AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Groupes fermés
Le groupe des Matières est fermé aux inventés et scénarios, merci de votre compréhension
Intrigue
Un vent de changement souffle sur les terres d'Oranda... Pour en découvrir plus, la première intrigue a été dévoilée
Venez donc tout savoir (ou presque) du meurtre d'Osrian Thenkar, membre de la Famille Birghild
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des hommes, merci de privilégier ce sexe qui est en infériorité numérique

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Partagez|

What a night l Aspyn & Orkem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 1205
❝ Avatar : la sublime alicia vikander fassbender (bientôt bientôt)
❝ Multi-Compte(s) : la tête brûlée rashka velane, l'étrange letto danvan
❝ Crédits : bonnie

❝ Métier : voyageuse illégale
❝ Age : vingt-six ans déjà
❝ Niveau : 4


~#~Sujet: What a night l Aspyn & Orkem Ven 19 Mai - 0:18


What a night
Aspyn & Orkem




L'inauguration du commerce d'un célèbre joaillier : voilà ce qui réunissait tout ce beau monde en cette douce soirée. Le gratin des quatre éléments avaient été invité afin d'apprécier les divers bijoux, dagues et poignards ornés qu'exposait cet artisan de talent. La paix et le respect mutuel devait être au rendez-vous afin que la nuit se passe sous les meilleurs augures. La possibilité d'enchérir pour acheter des parures, le fait de boire du vin de qualité et de manger s'en s'arrêter étaient généralement des raisons suffisantes pour que les convives tendent à oublier qu'ils ne possédaient pas le même don. Le lieu était immense, c'était une demeure à étages, où les pièces étaient inombrables, décoré de marbre et de colonnes, comme seul les plus riches Orandiens pouvaient se payer.
La jeune Birghild avait reçu une invitation quelques jours plus tôt, toutes les femmes de familles représentantes avaient été vivement encouragé à se rendre à cette réception. L'hôte espérait ainsi vendre ses œuvres aux plus charmantes femmes, chose qui ferait palir d'envie le bas peuple.
C'était sans envie particulière qu'Aspyn s'était rendu à l'inauguration, au bras de son meilleur ami, Dorin, fils d'Ysire Pelion, la dirigeante du peuple des Terre. Le jeune homme avait beaucoup plus d'enthousiasme qu'elle. Le fait de profiter l'espace d'une soirée, et d'oublier l'absence de Zora, kidnappé par le dictateur, lui donnait du baume au cœur. Ces dernières semaines n'avaient pas été facile à vivre, mais désormais, il fallait recommencer à penser à soi, à ne pas se laisser aller par désespoir.
Vêtue d'un ensemble peu conventionnel, que sa couturière personnelle lui avait confectionné, lui facilitant les mouvements tout en étant fluide et gracieux, Aspyn fit son apparition. Quelques murmures s'échappèrent des conversations, mais les regards ne s'attardèrent pas plus, ce qui l'arrangeait grandement. Attirer l'attention n'était pas sa tasse de thé, non pas par timidité, mais parce qu'elle préférait l'ombre et la discrétion.

«Regarde celui ci As, s'enthousiama Dorin en attirant la jeune femme à lui. Ce collier est sublime, il t'irait à ravir ! »

Elle s'attarda alors sur l'étalage que le marchand avait installé pour promouvoir sa boutique, suivant l'indication de son ami. Il lui montrait là un énorme collier brillant et lourd, paré de rubis. Beaucoup trop imposant, lumineux et riche pour elle, qui préférait la simplicité et la praticité des choses. En effet, en dehors des sorties officielles, Aspyn passait le plus clair de son temps dans les forêts et jungles du continents, ravie de grimper aux arbres et de se balader telle une sauvageonne.
Pouffant de rire, la fille de représentants donna un coup de coude au Pelion en lui indiquant un pendentif simpliste, fait d'une lanière de cuir et disposant d'une minuscule émeraude.

«Celui est bien mieux, lui assura-t-elle sans se rendre compte que leur débat avait attiré l'attention des plus curieux sur eux. Tu me confonds avec ma sœur, moi je n'ai pas le décolleté assez accueillant pour porter de grosses pièces ! »


© BLACK PUMPKIN

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Orkem Vahlaan
confirmé


❝ Message : 257
❝ Métier : Conseiller Militaire (Sezni)
❝ Age : 36
❝ Niveau : 6


~#~Sujet: Re: What a night l Aspyn & Orkem Dim 21 Mai - 12:25

Une soirée mondaine, quelle excellente idée avait eue là un joaillier pour tirer le conseiller Vahlaan de la paperasse ! Orkem aurait largement préféré terminer les dossiers qu'il avait à traîter et les études demandées par le gouvernement Sezni plutôt que d'aller passer une soirée qui s'annonçait encore une fois d'un ennui mortel dans une boutique bondée de monde où chacun allait débourser une somme gigantesque pour des futilités, et pour pouvoir se pavaner ensuite avec comme un paon en période de rut en lâchant d'un air aussi pincé que fier « j'étais parmi les premières personnes à acquérir une des merveilles de cet artisan ! »...Pitoyable. Tout simplement pitoyable. Il ne souhaitait, à la base, certainement pas aller à cette soirée, à laquelle il avait été invité par un messager privé venu lui porter de vive voix l'invitation personnalisée qui lui avait été adressée. Il s'en était fallu de peu pour que l'homme ne se fasse éconduire à coups de bottes au postérieur, mais une fois de plus, Dhelm avait été là pour calmer les ardeurs de son employeur. Quatre jours. Quatre jours qu'il était enfermé dans son étude, se faisant amener de quoi manger sur place, et ne dormant pratiquement pas, sortir ne lui ferait sans aucun doute pas de mal !

Il avait donc décidé de consacrer l'après-midi précédant cette fameuse soirée à profiter d'un sommeil réparateur et de se préparer tranquillement lorsque son corps lui-même l'arracherait des bras de Morphée, c'est à dire à l'heure approximative à laquelle l'inauguration était sensée commencer. Parfait, il n'aurait pas à se coltiner les discours des mécènes et les prières de bonne fortune adressées au gérant. Il tailla soigneusement sa barbe, passa aux bains se délasser et se nettoyer, avant de se faire coiffer par une jeune femme qu'il avait embauchée quelques mois plus tôt. Ses cheveux attachés à la mode Seznienne lui donnaient un air d'une dureté indécente s'il venait à froncer les sourcils un peu fort, et lui accordaient un charisme certain s'il se contentait d'un fin sourire. De quoi pianoter sur la gamme des émotions des futurs convives le collant d'un peu trop près. Certes, Dhelm avait raison, en un sens, il rencontrait parfois des personnes très intéressantes dans ce genre de soirées (dont une qui, l'année précédente, avait consenti à lui céder un ouvrage d'analyse de la faune et de la flore Sezniennes ! Quoi qu'il l'eut payé pour une véritable fortune, cet ouvrage faisait désormais partie des joyaux de sa collection), et s'il partait avec l'idée que l'ennui allait être au rendez-vous, évidemment qu'il allait s'ennuyer ! Quoi que mettre son orgueil de côté ne soit pas chose aisée, il finit par y parvenir alors que sa jeune coiffeuse venait l'aider à organiser la soirée des domestiques qu'il ne voulait ni savoir ni voir inactifs. Faisant au passage le choix d'un parfum légèrement musqué, il s'attarda quelques instants dans son office avant , le temps de s'approcher du seul véritable meuble utilitaire qui s'y trouvait.

Ses doigts coururent sous le tiroir de bois noir de son bureau pour en decrocher une petite bourse remplie de formes sphériques, donc il sortit deux représentantes : deux têtes de pavot blanc qu'il ouvrit d'un coup d'ongle avant d'en racler la résine à l'aide d'une lame plate qu'il essuya sur ses paumes. Des gestes répétés maintes et maintes fois au cours de ces cinq dernières années. Frottant ses mains l'une contre l'autre, formant une petite boule de résine, il la piqua dans un mécanisme semblable à l'attache d'une broche, une tige de métal fine bloquée par un arc de cuivre, les deux reliés à une petite parabole de cuivre également. Ses doigts formant un trépied, il posa sur ceux-ci la parabole en question avant de se saisir d'un tuyau de verre. Une petite flamme apparut dans la creux de sa main, bleutée, pointant vers l'arceau de métal, et la petite boule de résine entra lentement en ébullition, libérant une vapeur blanchâtre qu'il aspira d'une traite à l'aide du tube de verre et un dépôt brun au fond du réceptacle de cuivre qu'il nettoya consciencieusement. Torse-nu , il rangea la totalité du petit matériel qu'il avait sorti avant de se parfumer légèrement tandis que la vapeur au goût et à l'odeur fleurie commençaient à faire effet. Sur l'instant, il lui fut difficile de choisir une tenue, les effets du pavot étant d'une concentration intense juste après la prise. Après s'être laissé porter par la sensation de quiétude que provoquait chez lui cette plante, il opta au final pour celle que toutes les grandes occasions le voyaient porter, une tenue aussi pratique pour danser que pour s'asseoir, pour se battre que pour discuter : une armure de cérémonie en cuir bordeaux, légère, sous une cape d'épaule sang-et-or, le tout par-dessus une chemise de soie fine de même couleur ornée de broderies en fil d'or et un sarouel assorti, avant de partir enfin pour rejoindre les lieux, profitant des derniers rayons du soleil pour passer par la grand-place du palais des représentants. Il était peu probable que les Ergorn aient le temps et le désir de se rendre dans pareille réception à une heure pareille...Et puis il voyait assez mal Karam acheter un bijou, ni pour lui, ni pour qui que ce soit.

Dhelm sur les talons, il arriva enfin à l'adresse prévue, devant la grande porte, gardée, que le messager lui avait indiquée. Il fit signe à son homme de main de l'attendre alors qu'il s'avançait tranquillement vers les deux gardes. La gigantesque bâtisse qui abritait cette boutique s'élevait sur plusieurs étages, et force était de constater que le joaillier devait descendre d'une famille de nobles, et passer une décennie voire plus à vendre des bijoux, furent-ils en or massif et pierres précieuses pour pouvoir se payer pareil luxe. C'est détendu, le sourire aux lèvres, après avoir montré patte-blanche, qu'il congédia Dhelm d'un geste nonchalant en entrant dans la bâtisse. Que d'animation en ces lieux ! La quiétude de son office lui aurait presque manqué...Mais il ne tarda pas à se trouver face au capitaine de la garde de Dahud, un vieil ami qu'il salua chaleureusement, comme il le fit avec les autres de ses connaissances, revenant cependant assez rapidement vers le capitaine Breal, visiblement fort intéressé par l'achat d'un poignard ouvragé au vu de l'étal devant lequel il semblait stagner.

- L'armurerie de Dahud est-elle à ce point désemplie, capitaine?
- Non, bien sûr que non ! Mais la mienne s'agrémenterait bien d'un jouet supplémentaire![/color]
- Il faut reconnaître que c'est littéralement du travail d'orfèvre...Mais je ne suis pas convaincu que les gardes de ces petites merveilles d'esthétiques soient très agréables ç prendre en main.
-[color:4096= Entre un joaillier et un forgeron, la différence est gigantesque, Conseiller.
- Environ soixante à quatre-vingt livres de muscles, en général, oui!Les deux hommes rirent quelques instants, commencèrent à parler de tout et de rien, de leurs vies respectives, l'un à Dahud, l'autre navigant entre Lucrezia et Inaki...Jusqu'à ce que quelqu'un vienne bousculer Orkem. En temps normal, le conseiller se serait fait un plaisir de démontrer ses capacités à carboniser l'ingénu, mais...En réalité, pouvoir discuter tranquillement, hors du cadre professionnel, avec des personnalités qu'il ne connaît finalement pas personnellement, et qui, réciproquement, ne le connaissent pas non plus, était plutôt agréable, le tout avec un verre de vin et la possibilité de se faire l'acquéreur d'une pièce unique, en plus de sa consommation de pavot l'adoucissait fortement.

-Regarde celui ci As, Ce collier est sublime, il t'irait à ravir! semblait s'enthousiasmer le jeune homme qui ne s'était visiblement même pas aperçu qu'il avait bousculé le conseiller.


Celui-ci s'était arrêté sur un collier massif composé d'or pur et de rubis, et bien que la magnifique jeune femme qui l'accompagnait l'eût sans mal porté à merveille, elle s'en dédouana de manière pour le moins...inattendue pour une demoiselle de la haute.

- Celui est bien mieux, Tu me confonds avec ma sœur, moi je n'ai pas le décolleté assez accueillant pour porter de grosses pièces !  

Cela eut pour mérite de faire sourire le conseiller une fois de plus alors qu'elle désignait un collier beaucoup plus fin et discret. Orkem se surprit à penser le mot  « incohérence » en voyant cette jeune femme. Il fronça légèrement les sourcils : entre son parler un peu moins soutenu que celui de la plupart des noblaillons aux faux-airs de gens dignes et la discrétion dont elle semblait être friande, à en juger par le bijou qu'elle préférait à celui présenté par le jeune homme.

- Le rubis de la passion et des pulsions, l'emeraude de la clairvoyance et de la fidélité... Si je n'étais pas persuadé que vous ayez fait ce choix par esthétisme, j'aurais dit que vous veniez d'éconduire votre ami!

Les quelques personnes, dont l'artisan, ayant entendu la petite analyse d'Orkem -au demeurant pertinente- ne manquèrent pas de s'en amuser.  Le conseiller Seznien tapota amicalement l'épaule du jeune homme avec un petit sourire en coin, alors que l'artisan lui demandait s'il s'intéressait vraiment aux gemmes et pierres précieuses. Le conseiller de Sven s'adressa à l'un avant de répondre à l'autre.

- Ne le prenez pas mal, jeune homme, je suis d'humeur taquine ce soir..Mais j'en oublie la politesse ! Orkem Vahlaan, dignitaire de Sezni !, se présenta-t'il en prenant la main de celui qui l'avait bousculé précédemment, la serrant fermement en guise de salut, avant de se retourner un instant vers le joaillier qui venait de réitérer sa question, Je m'intéresse à tout ce qui peut enrichir ma culture personnelle, je n'aime pas me lever un matin et me coucher aussi sot qu'au réveil.

- Dites plutôt que vous aimez vous faire désirer pour mieux briller ensuite, Vahlaan, et que vous compensez votre manque de ponctualité par une présence culturelle intéressante! lui dit le capitaine de la garde de la ville.
- Me voilà percé à jour, Breal ! Quelle sera ma peine pour être incapable d'arriver en temps et heure à des réceptions?
- Je ne suis pas juge, mais faire preuve de politesse auprès de cette jeune femme que vous n'avez toujours pas saluée serait un bon début
- Je plaide également coupable pour l'étourderie permanente...Toutes mes excuses, mademoiselle.

Il s'inclina poliment en glissant, avec une délicatesse certaine, sa main dans celle que lui tendait la demoiselle en question et en effleura le dos du bout des lèvres, comme le voulait le protocole. Il se redressa lentement en plongeant son regard azuré dans celui de la jeune femme, un petit sourire en coin sur le visage, sourcils légèrement froncés. Il

-Il ne me semble pas que nous ayons été présentés, je n'oublie jamais un visage, encore moins s'il est aussi charmant que le vôtre.

______________________

Spoiler:
 


au jeu des surnoms, on m'appelle...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 1205
❝ Avatar : la sublime alicia vikander fassbender (bientôt bientôt)
❝ Multi-Compte(s) : la tête brûlée rashka velane, l'étrange letto danvan
❝ Crédits : bonnie

❝ Métier : voyageuse illégale
❝ Age : vingt-six ans déjà
❝ Niveau : 4


~#~Sujet: Re: What a night l Aspyn & Orkem Sam 27 Mai - 22:51


What a night
Aspyn & Orkem




Il n'y avait que lors de ces brèves soirées qu'elle agissait ainsi, comme une enfant étourdie. Son statut n'était plus un problème, tant qu'elle évitait les regards et qu'elle ne se retrouvait pas au centre des conversations mondaines. La présence de son meilleur ami y était toujours pour beaucoup, il avait le don de la détendre, de la faire rire et surtout : de la faire sortir de ces silencieux songes dans lesquels elle s'enfermait si fréquemment.
Aspyn était l'incarnation de l'ombre, ayant laissé briller sa sœur jumelle dès les premiers instants. Cela lui convenait entièrement, après tout, elle n'était pas non plus une blanche colombe qu'il était bon de mettre en avant. Et d'autant moins depuis que la malédiction du don de la matière coulait secrètement dans ses veines.

Le débat lancé à propos des créations du bijoutier semblait attirer l'attention sur le duo d'amis, et sans qu'ils ne s'en rendent compte, ils furent rapidement entourés de plusieurs invités. Certains d'ailleurs, avaient entendu leur conversation et l'indélicatesse des paroles de la jeune femme à propos de son pauvre décolleté.

« Le rubis de la passion et des pulsions, l'émeraude de la clairvoyance et de la fidélité... Si je n'étais pas persuadé que vous ayez fait ce choix par esthétisme, j'aurais dit que vous veniez d'éconduire votre ami ! S'exclama un homme derrière Dorin. »

Des convives rièrent et Aspyn ne put s'empêcher d'esquisser un sourire. Il était vrai qu'à la vue d'une personne externe, on pouvait réellement croire qu'elle venait de refuser les avances du jeune homme qui l'accompagnait. Mais eux deux savaient très bien qu'il en était tout autre : Dorin avait toujours été plus attiré par Zora, même s'il s'évertuait, malgré les années, à tenter de le cacher.

L'homme à l'origine de la plaisanterie conversa quelques instants avec le vendeur. Il paraissait assez étrange mais intriguant à la fois, d'une grande carrure, les yeux clairs et la voix relativement posé. Rapidement, la jeune femme se surprit à l'écouter, ignorant le fait que Dorin souhaitait s'éloigner puisqu'il n'avait pas très bien apprécié la remarque de celui qui se présenta alors comme Orkem Vahlaan.
Toutefois, il fut assez poli pour les saluer, en respectant le protocole, ne faisant que frôler la main de la Birghild.

«Il ne me semble pas que nous ayons été présentés, je n'oublie jamais un visage, encore moins s'il est aussi charmant que le vôtre, fit-il en la charmant poliement.
- Aspyn Birghild, fille du représentant Terre, se présenta-t-elle à son tour avant de désigner le jeune homme à ses côtés. Et vous voici en présence de Dorin Pelion, fils de la présidente du peuple de l'Est. »

Faire les présentations l'avait toujours grandement ennuyée, cela avait tendance à jeter un froid lorsque l'on se rendait compte que ces deux jeunes gens qui aimaient plaisanter, étaient en réalité les  descendants d'importantes familles.
Pourtant, Aspyn accompagna ses mots d'un fin sourire, notant le fait, rare, d'avoir été complimenté par un représentant de la gent masculine.
Elle se trouvait plutôt intrigué d'avoir affaire à un homme de Sezni. Peut-être savait-il des choses à propos de sa sœur retenue prisonnière ? Etait-il un proche collaborateur du dictateur ? Beaucoup de questions qu'elle chassa rapidement de son esprit, s'étant résignée à oublier sa jumelle l'espace d'une soirée. Il lui fallait profiter, souffler un peu. D'ailleurs, c'était une mauvaise idée de questionner cet homme ; la dernière fois qu'elle avait tenté d'interroger un détenteur du feu, en pleine jungle, cela s'était plutôt mal terminé.

« Si je puis me permettre, ajouta alors la brunette amusée. Quelle pierre auriez-vous choisi ? Vous me semblez être un homme à saphir, perspicace et intuitif, mais il est envisageable que je me trompe à votre égard... »

Son regard se faisait presque joueur, malin, avide de sa réponse. Cela faisait un bon moment qu'elle ne s'était pas lancé dans une discussion à double sens avec un inconnu.


© BLACK PUMPKIN

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Orkem Vahlaan
confirmé


❝ Message : 257
❝ Métier : Conseiller Militaire (Sezni)
❝ Age : 36
❝ Niveau : 6


~#~Sujet: Re: What a night l Aspyn & Orkem Mar 30 Mai - 2:08

Le conseiller de Sven Ramose sourit largement en entendant le nom de celle et celui à qui il avait affaire. Deux enfants de représentants...De petits Ranrek avec un élément différent ? La jeune femme ne lui semblait absolument pas du genre du fils de Karam, mais en un sens, son acolyte avait un peu les mêmes mimiques, ce qui ne manqua pas d'amuser Vahlaan. Il ne le montra cependant pas et prit soin de retenir les noms de ses deux interlocuteurs.

- Aspyn Birghild, fille du représentant Terre. Et vous voici en présence de Dorin Pelion, fils de la présidente du peuple de l'Est

Orkem s'inclina à nouveau respectueusement, mais ne réitéra pas ses excuses auprès du jeune homme : une fois était suffisante, et Breal pourrait en attester: lorsqu'il se voulait blessant, il pouvait l'être bien plus. Parfois même littéralement. Cependant, la soirée n'était pas au pugilat, mais à la contemplation. Il ne se serait pas permis l'avide regard que portaient certains hommes sur des femmes aussi belle que l'était son interlocutrice, il ne faisait pas partie des soudards de la garde, loin s'en fallait, son regard soutenait sans flancher celui de la dénommée Aspyn, à qui il adressait un petit sourire en coin en se relevant avec une lenteur mesurée.

- C'est un honneur, mademoiselle, jeune homme. Et dire que je pensais avoir fini de faire des révérences pour la soirée, me voila forcé de reconnaître que la politesse va m'obliger à en faire encore quelques unes...La noblesse et les vertèbres ne sont pas de grandes amies, je le crains!

Breal entama une longue inspiration, précédent usuellement une remarque plus ou moins cinglante, mais à laquelle Orkem mit fin en levant un poing autoritaire à hauteur d'épaule en lançant un regard noir au gradé. Il reporta son attention sur la jeune femme en passant lentement sa main droite dans sa barbe fournie et entretenue. Il passait toujours un temps fou à éviter qu'elle ne ressemble qu'à un amas de poils hirsutes : sa barbe était sa plus grande fierté, physiquement parlant, ses yeux bleus étant souvent mal vus au sein de la société Seznienne, mais qu'importait : il en était presque au sommet Il écouta attentivement Aspyn, qui lui posa une question pour le moins inattendue, mais il apprécia grandement le fait qu'elle soit partante pour prolonger la discussion plutôt, comme il en avait l'habitude avec la noblesse de son pays, de s'enfuir après s'être présentée. Là où il n'appréciait pas le moins du monde de discuter avec la majorité des Sezniennes, il ne connaîssait absolument pas cette jeune femme autrement que par son titre, mais outre son physique plus qu'avantageux, il y avait quelque chose en elle, quelque chose qu'il était incapable de décrire, mais qui piquait sa curiosité au vif. Il l'écouta donc attentivement en laissant reposer sa main droite sur la garde de son khepesh.

-Si je puis me permettre,quelle pierre auriez-vous choisi ? Vous me semblez être un homme à saphir, perspicace et intuitif, mais il est envisageable que je me trompe à votre égard...

- Mais permettez-vous, mademoiselle, permettez-vous ! Quand à ma perspicacité et mon intuition...Je vous laisse en juger par vous même, l'objectivité n'est pas mon fort lorsqu'il s'agit de moi. déclara-t'il avec un petit sourire charmeur.

Alors qu'il terminait de répondre, son sourire s'élargit légèrement, amusé par la remarque de la jeune femme. Elle était aussi taquine qu'il pouvait l'être lui-même, et quoi qu'elle se soit présentée sous le rang important dont le droit du sang la faisait disposer, elle n'avait pas exactement le comportement que l'on pourrait attendre de la fille d'un représentant de la Terre, encore moins en présence d'un dignitaire de Sezni, contrée tout à fait opposée à Gorka s'il en est une. Il ne marqua qu'un léger temps de pause avant de répondre, mais le léger plissement de ses paupières ainsi que le tout aussi léger froncement des sourcils qui l'accompagna marquaient le fait que sa réflexion était faite à l'instant où elle avait terminé de poser sa question. Il laissait planer un de ces courts silences qui soulignent si bien l'importance de ce qui est dit ensuite, et qu'il affectionnait tout particulièrement, avant de se fendre d'une réponse probablement un peu différente de celle que devait attendre la jeune femme, qu'il gratifia d'une discrète oeillade en réfutant sa déduction pour la rediriger vers le fruit de sa réflexion propre.

- Le Saphir est une pierre magnifique, en effet... mais j'ai une préférence pour une pierre que l'on ne trouve pas dans cette -cependant magnifique- collection ar elle n'est que semi-précieuse: l'obsidienne. Il en existe un type dont les iridescences  forment des "yeux" que la teinte noire d'encre de la pierre, opaque, rend absolument magnifiques. Je ne me sépare jamais de celle-ci.

Il tira de sa ceinture une petite bourse de cuir dont il délaça les liens pour laisser entrevoir une pierre polie de forme sphérique et de la taille d'un oeuf de caille. Noire comme une nuit de nouvelle-lune, elle se voyait striée de plusieurs anneaux concentriques dont les tons variaient entre le doré, le rose, le orange, le bleu et le vert, selon l'angle depuis lequel elle était éclairée et la tendit à la demoiselle, souriant toujours de la même manière amusée, posant son ton encore plus calme et mystérieux qu'auparavant.

- Le symbole de la quête de la vérité et de la connaissance…Une pierre fascinante sans aucun doute. Mais elle m'a déjà livré une grande partie de ses mystères.

Une jeune servante vint, portant un plateau, leur amener des coupes d'un vin capiteux aux arômes épicés, dont il ne se fit pas prier pour se servir et lever le contenant en courbant respectueusement la nuque, regardant tour à tour Aspyn et Dorin, portant un toast «  A vous, et à notre rencontre. » déclara-t'il calmement avant de porter la coupe à ses lèvres et d'en boire une gorgée, doucement. Breal avait disparu dans la foule, et cela arrangeait bien le conseiller : quoi que sympathique, l'officier était rapidement ennuyeux, à plus forte raison après quelques verres. Orkem soutenait toujours le regard d'Aspyn, son sourire refusant visiblement de quitter ses lèvres, et s'adressa calmement à elle ainsi qu'à son ami.

- Mais à vous, non...gardez-la donc, je suis certain qu'elle mettra vos yeux en valeur... dit-il calmement en portant sa main libre à son cœur comme le voulait la coutume à Sezni lorsque l'on offrait un cadeau à quelqu'un.[/b][/color] Puis-je me permettre de vous demander ce qui vous amène tous deux à cette petite inauguration tout en vous proposant d'en continuer le tour ? Je crois que nôtr e hôte a ouvert une nouvelle salle dont il n'avait pas terminé l'installation voilà quelques minutes![/b][/color], déclara-t'il en étendant son bras vers une porte à double-battant qui venait effectivement d'être ouverte à l'instant, invitant Aspyn et Dorin à s'y rendre en sa compagnie. Cette soirée s'annonçait bien plus intéressante que prévue, finalement!

______________________

Spoiler:
 


au jeu des surnoms, on m'appelle...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 1205
❝ Avatar : la sublime alicia vikander fassbender (bientôt bientôt)
❝ Multi-Compte(s) : la tête brûlée rashka velane, l'étrange letto danvan
❝ Crédits : bonnie

❝ Métier : voyageuse illégale
❝ Age : vingt-six ans déjà
❝ Niveau : 4


~#~Sujet: Re: What a night l Aspyn & Orkem Ven 2 Juin - 23:20


What a night
Aspyn & Orkem




Tandis que son ami tentait de montrer de maniève plus équivoce son agacement quand à la situation, Aspyn le fit cesser son impolitesse et ses soupirs d'un regard froid et clair. Elle s'amusait bien en compagnie de ce feu, Dorin n'avait rien à dire. Cela n'était certes, pas très bien réputé de discuter trop longtemps avec un autre élémént que le sien, peu importe noblesse il y avait ou non. Mais ce soir, il semblait que la jeune femme allait faire une exception.
L'homme s'inclina respecteusement en entendant leurs titres, avant de plaisanter à nouveau. Il avait l'humour facile, inné, malgré son apparence bourrue, qui faisait plutôt penser à un guerrier sanguinaire qu'à un charmant animateur de dîner huppé. Mais il ferait largement l'affaire pour la distraire ce soir.
Il fit cependant très rapidement preuve de son autorité en faisant taire l'homme à ses côtés, d'un simple signe de la main. La brunette reconnaissa là une marque de son influence. Elle aussi pouvait user de tels stratagèmes pour faire taire ceux qui l'entouraient et la servaient, mais elle n'était pas très friande de la méthode, appréhendant les tentatives d'assassinats qui pouvaient toucher les maîtres désagréables. Au fur et à mesure des années, ses servants avaient donc apprit à la connaître et préféraient simplement l'éviter, la sachant indépendante et fugueuse si elle se sentait un peu trop étouffée par leur présence.

« Le Saphir est une pierre magnifique, en effet... Mais j'ai une préférence pour une pierre que l'on ne trouve pas dans cette -cependant magnifique- collection car elle n'est que semi-précieuse: l'obsidienne, expliqua l'homme.
Il en existe un type dont les iridescences forment des "yeux" que la teinte noire d'encre de la pierre, opaque, rend absolument magnifique. Je ne me sépare jamais de celle-ci. »

La jeune Birghild l'écoutait avec une certaine attention. Il était bien rare de rencontrer des hommes aussi fin connaisseurs, sans être non plus obsédé par les pierres au point d'en faire un métier. Elle avait toujours beaucoup apprécié les bijoux, les pierres précieuses, leurs significations et la soit-disant force qu'elles étaient capables d'apporter à leur propriétaire. Aussi, découvrir l'obsidienne, qui lui était encore inconnue, la ravissait totalement. En témoignait la brillance de ses yeux.
L'homme lui présenta alors une de ses possessions, qu'elle examina sous toutes les coutures. La pierre était sublime, mystérieuse, autant que l'était son propriétaire.

« Vient-elle de votre région ? S'enquit-elle en montrant le bien à son ami Dorin, qui semblait bien peu intéressé. »

Une femme apporta du vin, qu'Aspyn ne se refusa pas. Une des choses qui la différenciait de sa jumelle, résidait aussi dans le fait qu'elle était plus prompte à écouter ses pulsions que sa raison. Aussi bien pour le plaisir que pour survivre. Son éducation de la haute société n'avait pas eu de grands impacts sur elle, puisqu'elle s'était toujours débrouillé pour évoluer dans l'ombre de Zora, qui avait prit la place de descendante à mettre en avant et à éduquer en conséquence.
Elle porta un toast en compagnie de cet énergumène nommé Orkem, avant qu'il ne lui offre soudainement la pierre, la main sur le cœur. C'était une habitude de seznien auquelle elle ne pouvait s'empêcher de trouver un certain charme, même si ce peuple était pour le moment à l'origine de son plus grand malheur. Elle accepta le présent, un peu gênée, mais ce mastodont lui faisait oublier sa haine des élémentaires du feu, du moins le temps d'une soirée.

« Puis-je me permettre de vous demander ce qui vous amène tous deux à cette petite inauguration tout en vous proposant d'en continuer le tour ? ajouta l'homme en les invitant à se diriger vers l'intérieur de la demeure. Je crois que nôtre hôte a ouvert une nouvelle salle dont il n'avait pas terminé l'installation voilà quelques minutes !
- Nous sommes de passage en la capitale
, entonna Aspyn en le suivant, mentant délibérément sur la véritable raison de sa présence à Dahud. Et nous avions fortement besoin de divertissement ! »

Elle lui lança un discret sourire avant de glisser sa main sur l'avant bras du seznien, comme le voulait la coutume lorsque deux personnes de hautes rangs arrivaient ensemble sur les lieux d'une réception. Dorin la fusilla du regard, avant de décider de s'éloigner, ne sachant pas à quel jeu s'adonnait son amie. Elle jouait littéralement avec le feu, et lui, était si empli de haine depuis le kidnapping de Zora qu'il ne parvenait pas à comprendre cette soudaine facilité à festoyer en compagnie d'un homme de cette race.

« Pardonnez mon ami, s'excusa la brunette avant de boire une gorgée de vin. Nous sommes un peu à cran ces dernières lunes...
Dansez-vous en Sezni ?
Proposa-t-elle alors, pour se changer les idées.»

© BLACK PUMPKIN

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Orkem Vahlaan
confirmé


❝ Message : 257
❝ Métier : Conseiller Militaire (Sezni)
❝ Age : 36
❝ Niveau : 6


~#~Sujet: Re: What a night l Aspyn & Orkem Mer 7 Juin - 12:09

N’échappant nullement à Orkem, l’agacement du jeune homme accompagnant la jeune Birghild ne l’émouvait nullement. Il avait présenté ses excuses après l’avoir taquiné, que fallait-il de plus ? A question rhétorique, réponse logique : rien du tout, et s’il n’était pas content de ce qu’il avait, il pouvait bien aller voir ailleurs avant de ne provoquer quelque réaction aussi considérée qu’agacée chez le conseiller de Ramose. Vahlaan n’était pas de ceux qui se plongent dans une discussion corps et âme dans le but de la rendre la plus fructueuse possible, il était de ceux qui équarrissaient les coins de cette même discussion jusqu’à en retirer une sphère parfaite, lissant les détails inutiles pour n’en retirer que l’essence même sans s’investir dans celle-ci au point de perdre tout repère extérieur. C’était là une ambivalence fort intéressante : le détachement du sujet contrastait tout particulièrement avec l’intérêt qu’il y semblait porter. Il attendit la question de la jeune femme de longues secondes durant, anticipant avec justesse ce qu’elle allait lui demander, et prit également le temps de la laisser prendre à son tour sa coupe avant de confirmer ce que supposait sa question.


- Celle-ci vient en effet d’une ancienne zone volcanique en terre de Sezni. La pierre en elle-même n’est pas rare, mais il est si difficile d’en obtenir sans connaître un sort funeste qu’elle a malgré tout une valeur certaine. Mais puisque nous sommes d’un monde similaire, inutile de préciser que la valeur pécuniaire n’est absolument rien qui puisse nous empêcher de petites « folies » comme celle-ci. déclara-t-il en souriant légèrement.


A la question qu’il posa ensuite, son interlocutrice répondit qu’elle était, avec son ami, de passage à la capitale, et que tous deux souhaitaient se distraire. Effectivement, se changer les idées était un de ses impératifs quand il venait dans cette ville, qu’il trouva, pour la première fois, heureusement cosmopolite. Orkem était de ceux qui considérait les autres élémentaires comme ses égaux d’un point de vue biologique, mais qui ne pouvait s’empêcher de penser que son peuple était le plus méritant de tous, aussi en retirait-il une certaine haine de l’étranger, qui d’ordinaire se manifestait par un mutisme et une violence intenses dans le regard et l’attitude, mais ce soir-là, il avait assez haï. Les dossiers sur lesquels il s’était penché toute la journée faisaient mention d’ennemis de Sezni dans une proportion impressionnante, et cela n’avait pas manqué de le rendre d’humeur exécrable du lever, avant celui du soleil, au départ jusqu’à cette inauguration qui regorgeait de pierres précieuses et d’or ciselé, au milieu de laquelle il avait trouvé une perle : une Birghild qui bavardait le plus naturellement du monde avec un conseiller de la nation des flammes. Celle-ci s’enhardit même à lui prendre doucement le bras, ce dont il fut à la fois étonné et ravi. Depuis combien de temps n’avait-il pas courtisé une femme ? Huit ? Dix mois peut-être ? En réalité, il fuyait la gent féminine, du moins la partie de celle-ci qu’il pouvait quotidiennement cotoyer. Bien sûr, il n’aurait pas le même comportement avec une inconnue rencontrée à un dîner mondain (quoi que l’exception qu’était Aspyn lui rappelait quelque peu la charmante aînée des Lumnar, aussi ne se montrait-il pas sous son jour habituel : silencieux, froid et apathique) qu’avec Hly’tha, qu’il appréciait et respectait particulièrement, ou avec Eden, qui n’était pas un possible cas de référence quand à ses capacités en matière de relations entre êtres humains.


Le dénommé Dorin semblait bien peu apprécier le rapprochement entre la jeune Birghild et le conseiller Valhaan. Celui-ci ne s’en pouvait, en un sens, réellement réjouir : voir un enfant de la famille représentante de Gorka avec un conseiller militaire de Sezni n’était pas vraiment rassurant pour quiconque était ami de la première, mais ce fut avec cette jeune femme au bras qu’il dirigea leurs pas vers la nouvelle salle. Décidément, cette échoppe était immense, et il ne s’en plaignait certainement pas : plus il y avait de monde, plus son armure de cérémonie ainsi que la charmante compagnie de la brune se remarquaient. Et Orkem avait toujours aimé se faire remarquer.


- « Pardonnez mon ami, Nous sommes un peu à cran ces dernières lunes..., s’excusa-t’elle alors qu’il levait sa main libre en hochant la tête pour signifier que le comportement de Dorin était déjà oublié, avant qu’elle n’enchaîne sur une question qui le prit de court. Dansez-vous en Sezni ?


Danser. Voilà des lunes qu’il n’avait pas dansé. Des années, même. Deux ans et demi, pour être précis…deux ans et demi, depuis qu’il avait commencé à fréquenter Hly’tha. Entre ses innombrables allers-retours entre Lucrezia et Inaki, ses refus catégoriques de se rendre dans des soirées tant qu’il n’y était pas obligé par le dictateur en personne, et même dans ces cas-là, sa propension à se tenir à l’écart, il n’avait même pas eu récemment l’occasion de danser réellement…ou s’il l’avait eue, il s’en était passé. Bien sûr qu’il avait appris à danser, et il avait même été un temps où cela avait eu forcé l’admiration de certains de ses camarades militaires lors des fêtes de l’armée, où il parvenait, grâce à cela, à repartir à chaque fois en charmante compagnie…Mais ce temps était révolu depuis bien longtemps, à son grand dam, et quoi qu’il soit toujours dans une forme olympique, il n’en manquait pas moins d’entraînement dans ce domaine. Il sourit en coin en soupirant doucement.


- Oui, les gens dansent en Sezni aussi, mais…je vous avoue qu’il y a bien longtemps que je n’en ai pas personnellement eu l’occasion, et je crains de n’être un peu rouillé. Cela dit…Il ne me semble pas avoir tout oublié.


Il dégagea doucement son bras de celui de la jeune femme en posant sa coupe sur un meuble voisin, et lui tendit la main paume vers le haut en exécutant une révérence polie, comme un homme de la noblesse se devait de le faire s’il souhaitait inviter une femme de rang au moins équivalent à danser. Leurs doigts s’entrelacèrent et il se redressa alors qu’il se rapprochait d’elle tranquillement en posant sa main libre sur les hanches galbées de sa cavalière qui l’entraîna sur le parquet de danse avec un sourire amusé. Ses premiers pas furent simples, sobres, mais malgré tout suffisamment assurés pour que leur duo ne paraisse pas gauche, et rapidement, sur cet air de valse que jouaient les musiciens depuis leur estrade en surplomb du sol d’une trentaine de centimètres, il se laissait porter par la musique, son regard plongé dans celui d’Aspyn, qu’il tentait de ne pas dévorer du regard, sachant parfaitement à quel point il pouvait paraître intimidant si ses yeux décidaient de se durcir alors qu’il fixait quelqu’un, se contentant de se plonger dans les iris de la demoiselle son regard azuré, et d’inverser peu à peu les rôles. Alors qu’elle le guidait jusque-là dans la danse, il prenait peu à peu l’initiative des pas, et quoi que l’on puisse penser, en voyant la masse de muscles qu’il représentait danser avec la frêle jeune femme qu’était Aspyn, à plus forte raison parce qu’Orkem était toujours vêtu d’une cuirasse et de protections de cuir qui couvraient son corps de ses pieds jusqu’à ses épaules, sans même parler de ses bottes ferrées, il parvint à ne pas lui broyer les orteils sur un pas maladroit.


Il retrouvait rapidement le souvenir de ses jeunes années, des bals militaires, des mariages, des fêtes diverses et variées, et quoi qu’il ait perdu quelque peu l’habitude de danser, celle-ci lui revenait peu à peu, et il s’en tira remarquablement bien, sans pour autant que ce soit la performance du siècle en la matière. Lorsque la musique prit fin, il finit son pas en lachant la hanche de la jeune femme pour venir saisir sa main délicatement et l’amener à ses lèvres en lui adressant de nouveau une révérence. Terminer une valse sur un baisemain était peu courant et assez difficile à faire sans se retrouver à contretemps sur les dernières notes, mais c’était là un petit jeu dans lequel il était passé maître autrefois, et qu’il se félicita intérieurement d’avoir de nouveau réussi. Il n’était pas passé loin d’un cuisant échec cependant, et se surprit à sourire, amusé, en se redressant lentement…tout en libérant le lacet de sa botte gauche, sur laquelle il avait marché avec l’autre. Un pas de plus, et il aurait risqué de voir le parquet de beaucoup plus près que prévu. Il entrelaça de nouveau ses doigts avec ceux d’Aspyn et se rapprocha d’elle doucement, s’enhardissant même à rajuster du bout des doigts une mèche qui tombait sur le front de sa cavalière et s’apprétait à lui cacher une petite partie du visage.


Vous dansez remarquablement bien, mademoiselle…Je crains que nous autres, Sezniens, n’ayons réellement le sens que des rythmes tribaux, s’amusa-t-il en penchant légèrement la tête sur le côté : elle dansait bien mieux que lui, c’était une évidence, quand à s’en dédouaner, son ton amusé seul laissait comprendre que ses origines n’y étaient pour rien et que l’excuse n’était même pas prononcée pour être prise comme telle, mais réellement comme une nouvelle plaisanterie comme il les appréciait, Vous êtes réellement étonnante, Aspyn…Bien peu de gens de la noblesse adoptent un comportement aussi libre que le vôtre...Et c’est bien dommage. dit-il en souriant légèrement, sans aucune ironie dans la voix, Je vais aller me chercher un verre de vin, souhaitez-vous boire ou manger quelque chose ? Autant ne pas faire un voyage égoïste.

______________________

Spoiler:
 


au jeu des surnoms, on m'appelle...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 1205
❝ Avatar : la sublime alicia vikander fassbender (bientôt bientôt)
❝ Multi-Compte(s) : la tête brûlée rashka velane, l'étrange letto danvan
❝ Crédits : bonnie

❝ Métier : voyageuse illégale
❝ Age : vingt-six ans déjà
❝ Niveau : 4


~#~Sujet: Re: What a night l Aspyn & Orkem Dim 2 Juil - 20:57


What a night
Aspyn & Orkem




«Fascinant, souffla-t-elle en buvant les paroles de son interlocuteur. Ces pierres renferment bien des secrets, tout comme l'histoire de notre monde...»

Les histoires venant d'ailleurs l'avaient toujours fortement intéressée. Déjà petite, elle ne s'était pas sentie à son aise à voyager seulement entre Bleuzenn et Dahud, il lui avait fallu fuir, courir, s'évader dans la forêt fluorescente à la recherche d'apaisement, de solitude mais aussi d'aventures. A l'âge adulte, elle s'était alors décidé à désobéir aux dieux et à ses géniteurs, en franchissant certaines frontières. Mais ses pieds n'avaient encore jamais foulé le sol seznien. Son intérêt pour la région était très grand, celle ci l'intriguait, aussi bien pour les fabuleuses découvertes et nouveautés qui s'y cachaient que pour réussir à libérer son double, en proie aux mains du dictateur Ramose. Elle se mit alors à imaginer quels périples avait du traverser son compagnon de soirée, lors de ses entraînements ou de ses voyages dans le désert. Il en devenait d'autant plus captivant qu'elle n'avait encore pas réellement profité d'une discussion passive et positive avec un détenteur du feu jusque lors.
Lorsque l'homme aborda la valeur pécuniaire de son cadeau, la jeune femme sentit une chaleur grandir en elle, un sentiment de gêne sûrement, en comprenant que ce présent était vraiment significatif. L'argent n'avait jamais été une grande préoccupation, sa famille avait toujours veillé sur elle et pour les rares fois où elle s'était débrouillée seule : Aspyn avait su faire preuve d'ingéniosité. Mais elle ne pouvait s'empêcher de relever le fait qu'un feu avait fait preuve de générosité envers elle.

En avançant dans la demeure, les regards s'arrêtèrent sur le duo inattendu que formait le conseiller Vahlaan et la descendante Birghild. Ils n'avaient rien à faire ensemble, tous les différenciait : aussi bien leur corpulence, un homme imposant face à une frêle brindille, leur accoutrement, une armure face à une étrange robe de composition, que leur don respectif, le feu accompagné de la terre. Ou plutôt de la dangereuse matière.
Mal à l'aise, l'originaire de l'est resserra quelque peu son contact sur l'homme, inconsciemment. Attirer l'attention était pour elle signe de mauvais augures, cela ne la rassurait pas, et son don avait tendance à se manifester dans ces moments, comme pour l'accabler un peu plus. La matière était joueuse, elle s'amusait à faire en sorte que son hôte flirte constamment avec le danger.
Pour tenter de se changer les idées, elle l'invita ensuite à danser, quoiqu'un peu incertaine de sa proposition : un homme de son métier savait-il danser sans lui écraser les pieds ou la serrer trop fort contre lui ? C'est ce qu'elle n'allait pas tarder à découvrir.

«Oui, les gens dansent en Sezni aussi, mais…je vous avoue qu’il y a bien longtemps que je n’en ai pas personnellement eu l’occasion, et je crains de n’être un peu rouillé. Cela dit…Il ne me semble pas avoir tout oublié, lui assura Orkem, l'air amusé par la situation.»

La danse n'était pas son fort, mais cela avait le mérite de l'avoir toujours amusé. Les robes fluides que lui confectionnait son couturier personnel avaient toujours le mérite de donner l'impression que la brunette était plus gracieuse qu'elle ne l'était en réalité. Intérieurement, elle remercia sa déesse de ne pas lui avoir laissé prendre la décision de porter une tenue d'homme, comme elle préférait souvent le faire.
Son cavalier se positionna respectueusement pour engager la chorégraphie, plutôt passif et suiveur au début, bien qu'impliqué. Aspyn n'était pas perturbé par le rapprochement physique entre eux : les hommes ne l'avaient jamais gêné. Ce n'était pas là une grande confiance en ses charmes, mais surtout sa grande indépendance et son caractère qui lui assurait de ne jamais se faire briser le cœur. Le regard ancré dans celui de son partenaire, doté d'un petit air de défi, elle se laissait porter par la musique, en remarquant petit à petit que l'homme prenait le dessus. Il devenait le meneur de la valse, chose dont elle n'avait pas l'habitude, mais qui l'intriguait : c'était assez rare de vivre un art de manière aussi intense.
Lorsque la musique cessa, le mastodonte lui baisa chastement la main avant de replacer délicatement une mèche de ses longs cheveux aux reflets caramel. Aspyn ne dit rien, étonnée par la douceur dont faisait preuve l'individu. Autant elle aimait découvrir ce qu'il se cachait derrière chaque personne, découvrir l'histoire de chacun, la part d'ombre et de douceur, et pourtant, elle préférait elle même, rester très discrète sur son intimité et ses pensées.

«Vous dansez remarquablement bien, mademoiselle… Je crains que nous autres, Sezniens, n’ayons réellement le sens que des rythmes tribaux.
- N'exagérez pas,
ria-t-elle, je ne sais que sautiller en suivant le rythme. J'aime beaucoup plus l'intensité que vous apportez à vos pas, vous, les disciples de Malaggar. »

Ils restèrent un instant sur la piste, à s'amuser de leur prestation qu'elle jugeait intimement piteuse alors qu'ils avaient été aux yeux de tous un véritable modèle d'élégance. L'homme du feu semblait assez intéressé par la jeune femme, sa différence, son comportement original, presque indigne de son statut. Il la complimenta avec une certaine honnêteté, qui ne semblait pas être munie d'arrières pensées.

«J'imagine qu'il faut toujours un vilain petit canard dans chaque famille, répondit-elle quelque peu pensive. Mais je suis consciente d'être chanceuse de pouvoir me montrer sous mon réel jour, je remercie Tarlyn de m'avoir fait voir le jour quelques minutes après ma soeur, je n'aurais pas su me comporter comme... toutes ces personnes, fit-elle en désignant du regard l'assemblée, guindée.»

La brunette songea à sa jumelle, prisonnière tandis qu'elle avait le loisir de pouvoir se divertir auprès d'un homme charmant. La culpabilité menaçait de s'emparer d'elle, mais ces pensées furent rapidement balayées.

«Je vais aller me chercher un verre de vin, souhaitez-vous boire ou manger quelque chose ? Autant ne pas faire un voyage égoïste. 
- C'est vrai qu'un peu de vin et quelques fruits me feraient le plus grand bien,
avoua-t-elle, ne se comportant pas du tout comme une dame de haut rang, qui préférait manger peu pour rester svelte. Danser me semble toujours bien plus épuisant et complexe que courir.»



© BLACK PUMPKIN

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
What a night l Aspyn & Orkem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Dahud :: Lucrezia-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: