AccueilAccueil   Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des Terre, des Eau et des Innocents
Merci de favoriser les PV, scénarios et pré-liens !
Intrigue n°2
La deuxième intrigue a vu le jour
Pour savoir ce qui va se passer entre les régions, c'est par ici !

Partagez|

Briser la glace - Lachlan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Briser la glace - Lachlan Lun 12 Juin - 3:42


Briser la glace

Lachlan Thralmur & Syl Celfirgasa


Syl Celfirgasa se sentait un peu honteuse durant tout le voyage d’Ibaï à Brynjolf. Il était vrai que la distance ne surpassait en rien celle avec Lucrezia. Syl ne cessait de rappeler ce voyage à ses souvenirs. Cela diminuait la culpabilité qui enserrait son cœur. Cette culpabilité de quitter ses parents sans rien dire. Certes, la jeune fille ne voulut rien dire pour ne pas rendre triste Beör, son père. Ils avaient peut-être lancé une recherche. Elle ne s’éloignait jamais d’Ibaï normalement.

Effectivement, elle voyageait jour et nuit ne dormant que pour quelques heures. Elle passa par la forêt et sur le dos d’Ariegal son ami le plus loyal. Ariegal était un ours polaire. Comme s’il avait une dette envers elle pour l’avoir aidé petit, Ariegal aidait la jeune fille aujourd’hui. Cela leur prit deux jours, presque trois pour atteindre le village de Brynjolf. On était Maggar. Syl se demandait sans cesse si elle n’aurait pas dû attendre le 13e mois. Le 27 commençait la fête à la déesse Glorië.

- Qu’est-ce que Glorïe aurait fait elle ? Ariegal, qu’est-ce que tu en penses toi ?

Pour toute réponse, l’ours polaire grogna de contentement relevant la tête. Son odorat sentait de bonnes odeurs. Syl porta donc son regard vers l’avant. Ariegal sentait les odeurs de cuisine présentes dans le village de Brynjolf en cette brunante : une brunante terne comme le dernier mois laissait voir. Syl souriait contemplative du village. Le vent caressait son visage sale pour cause de ces deux jours de voyage. Elle farfouilla un moment dans la besace en bandoulière et en sortit une carte. C’était bien Brynjolf. La nervosité pour ses parents laissés à Ibaï se transforma donc en excitation, en peur pour celui présent à coup sûr à Brynjolf.

Syl mit donc pied à terre ses bottes s’enfonçant un peu dans la boue. Caressant Ariegal sous le menton, elle lui chuchota doucement de rester en forêt, de l’attendre. Lentement, il s’éclipsait donc pour probablement aller chasser. Syl n’avait pas faim ni rien pour sa part. Elle prit une grande inspiration et ses pas l’entraînèrent vers Brynjolf.

Plusieurs minutes passèrent avant que Syl soit au cœur du village. Des gens l’observèrent et elle courba la tête gênée. Ils savaient que cette jeune fille provenait de la capitale. Finalement, elle n’eut pas besoin de se défendre. Pourtant, le poignard qu’elle portait à la ceinture lui permit de couper quelques fruits et graines. Dans un souffle, elle demanda où se trouvait la taverne. On lui pointa une direction.

- Merci dit-elle dans un petit sourire.

Dès lors, ses pas se firent plus rapides telle si l’excitation de voir son vrai père primait sur la peur. Syl tourna la poignée et entra dans l’établissement. À l’heure de la brunante, le bâtiment était plein à craquer. Syl ne savait plus que faire … Elle ne savait pas à quoi il ressemblait. Enfin, si. Syl le savait un peu. C’était vague. Elle se mordilla la lèvre et s’assit à un coin de table près de deux hommes moins costauds que ceux criant à tue-tête au centre.

Syl regardait autour d’elle. C’était bruyant et il y avait très peu de femmes et encore moins de son âge. Elle tenait la bandoulière de sa besace de ses deux mains. Qu’est-ce que je fais ici songeait-elle ? Je devrais être chez moi continuait-elle dans ses pensées très peu sûre de sa personne actuellement.

Puis, un homme aux cheveux roux passa non loin de sa personne. Son cœur fit un bond dans sa poitrine. Syl baissa la tête effrayée pour recommencer à se mordiller la lèvre. Est-ce que c’était son père ? Son vrai père ! Il semblait être assez … Rustre comme sa mère avait décrit l’homme un jour.

Elle ne voulait pas pleurer, mais sa gorge se serrait de plus en plus. La peur se mélangeait à l’émotion qui lui fit lâcher un sanglot.

- Mademoiselle ? Ça va ?

Demanda l’homme assis à côté d’elle. Son vis-à-vis la regardait aussi intrigué. La taverne était le lieu pour retrouver sa joie de vivre normalement et non l’inverse. Se voulant sûrement être gentil, ce dernier glissa sa pinte vers elle et hocha la tête lui proposa de boire. Confuse et honteuse de sa conduite, Syl essuya le plus élégamment possible ses larmes puis, elle s’avança et trempa ses lèvres dans la mug. Elle fut surprise du goût fort de la boisson.

- Merci … murmura-elle d’une toute petite voix posant son regard en l’homme pendant quelques secondes.

- Eh ! On a besoin d’une pinte ici ! Amenez une pinte à cette petite !

Lâcha subitement l’homme faisant un grand geste de la main droite en direction de Lachlan.

fiche By Camo©015
Revenir en haut Aller en bas

avatar


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 1887
❝ Avatar : Kristofer Hivju
❝ Multi-Compte(s) : Kara Ergorn-Jaggde, Cyne Wkar
❝ Crédits : angeldust (ava), tumblr (gif signa & profil), persephone (signa)

❝ Métier : Aide son ami Aishwarya à sa taverne
❝ Age : 37 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Briser la glace - Lachlan Jeu 15 Juin - 11:14


La taverne était particulièrement remplie ce soir-là, ce qui ravissait le grand roux non sans l’inquiéter un peu. Ses yeux fourmillaient dans la salle pour observer les clients, essayant d’empêcher les vols qui pouvaient très bien se produire dans le dos de sa sœur. Appuyé contre le bar, une pinte de bière à côté de lui, Lachlan ne perdait pas une miette des conversations des clients de la taverne, bien trop occupés à boire le plus de vin et de bière possible pour se rendre compte que leurs voix portaient bien plus qu’à l’accoutumée. Il faisait également attention à sa sœur, qui zigzaguait au milieu de tous ces ivrognes, attrapant les chopes vides, les remplaçant par des pleines en veillant au maximum à ce que les buveurs paient leur dû. Ce soir donc, Lachlan était content. La taverne marchait bien, les boissons coulaient et les pièces rentraient dans la caisse sans qu’il ne fût obligé de mettre dehors des hommes un peu trop enivrés.

La cacophonie des clients ne masquait pourtant pas le souffle entrecoupé d’Emeraude quand celle-ci parvint enfin à s’asseoir à côté de Lachlan, les joues rouges. Levant les yeux sur le beau visage de la femme qu’il aimait le plus au monde et pour qui il donnerait sa vie s’il le fallait, il observa un instant les légères cernes sous ses yeux, sa lèvre inférieure mordillée jusqu’au sang et ses joues légèrement plus creuses que d’habitude. Ce fut à cet instant qu’il se rendit pleinement compte qu’avec tout ce qui s’était passé dans sa vie, il avait un peu mis de côté sa sœur et la taverne. Perdu au milieu des aveux de Styx, inquiet à propos du meurtre du Terre et des extrémistes Eau du marché de Lucrezia qui pouvaient très bien mettre la sécurité de sa famille en danger, il n’avait plus porté autant d’attention à sa sœur. Se sentant plus que coupable, Lachlan lui caressa la joue doucement, un léger sourire contrit aux lèvres. « Laisse-moi m’occuper du reste ce soir. Va te reposer ».

Emeraude voulut riposter, sûrement dans l’optique de l’envoyer balader avant de continuer à s’esquinter, mais son frère lui fourra sa propre pinte de bière dans les mains, lui intimant de la finir avant d’aller se coucher auprès de son petit-ami qui avait sûrement dû plier bagages, puis il se leva pour passer derrière le bar, préparant quelques chopes en avance. Quasiment toutes les tables étaient prises, à l’exception d’une ou deux assez éloignées, qui visiblement venaient tout juste d’être abandonnées puisque les chopes trônaient encore au milieu de la surface. Lachlan comprit rapidement que ces fils de chien avaient réussi à se barre pendant qu’il discutait avec sa sœur, profitant de cet échange pour s’enfuir la queue entre les jambes sans payer leur consommation. Le visage noir, attrapant un torchon d’un geste rageur, il se dirigea vers la table la plus éloignée en ondulant entre les clients et la lava rapidement.

Ce n’était clairement pas un travail digne du nom de sa sœur. Il avait à peine passé un coup de torchon sur la surface après avoir soulevé les chopes d’une main, alors qu’Emeraude aurait passé au moins cinq bonnes minutes à tenter d’effacer les taches de vins qui avaient incrusté le bois de la table. Haussant vaguement les épaules, se désintéressant totalement de cette tache qui ne partirait jamais et qui ferait sûrement frôler la crise cardiaque à sa sœur, il se redressa afin de retourner au comptoir pour y déposer les chopes vides quand un client plus sobre que les autres l’apostropha, commandant une pinte pour une jeune brune que Lachlan ne parvenait pas à distinguer correctement. Fronçant les sourcils, il s’apprêtait à lui amener ça quand la voix de sa sœur s’éleva dans son esprit.

Elle n’aurait jamais accepté de servir une enfant. Ses principes moraux étaient bien plus stricts que ceux de Lachlan et servir de l’alcool à une personne ayant moins de dix-sept ans était pour elle quelque chose d’inacceptable. Lachlan et Aishwarya eux-mêmes avaient tenté de la raisonner, en vain. Grognant intérieurement, le gros roux ne parvenait pas à se retirer de la tête le visage furieux d’Emeraude si elle venait à apprendre qu’il avait servi une jeune fille sans lui demander son âge. Grinçant des dents, il s’arrêta devant la petite brune en croisant les bras. « T’as quel âge ? On sert pas aux moins de dix-sept, ici ».

Lachlan observa un moment les yeux rouges de l’inconnue, ses mains serrant violemment une sorte de besace au point de s’en faire blanchir les phalanges. Haussant légèrement un sourcil, il lança un regard d’avertissement à l’homme qui l’avait interpelé, avant de s’asseoir devant la jeune fille. « Y’a un problème ? » La voix de Lachlan était sourde et légèrement agacée, mais si la petite avait un problème et qu'elle venait dans cet établissement pour y trouver un endroit où se reposer et fuir un quelconque problème, Lachlan n'allait certainement pas la jeter dehors. Même s'il se fichait un peu de ce qu'elle pouvait avoir comme problème, il ne voulait pas d'esclandre dans la taverne. L’homme se détourna du roux, tandis que ce dernier avait le regard fixé sur l’inconnue, fronçant les sourcils.

Spoiler:
 

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Briser la glace - Lachlan Mar 27 Juin - 3:30



Briser la glace

Lachlan Thralmur & Syl Celfirgasa


L’homme plutôt costaud approchait aussitôt de la table à la voix entendue. Syl avait reçu une sorte de décharge électrique qui lui donna une chair de poule en parant son corps au complet. Elle ressentait les cheveux se dresser sur sa tête. Puis, la porte d’entrée s’était ouverte au même moment pour se refermer ensuite. Le coup de vent encourut fit frissonner de la tête aux pieds la jeune fille qui eut un mouvement de réflexe des épaules.

- Hm … Je …

Elle ne savait quoi répondre à l’homme. Il l’effrayait. La jetterait-il dehors ? Le regard de la jeune fille monta vers lui. Ses cheveux étaient roux et très bouclés. Très jeune, Syl avait aussi eu les cheveux très bouclés. Parfois, lorsque sa mère la coiffait ses belles boucles élégantes prenaient alors forme. Son regard était dur et son sourire absent. Il semblait frustré et en colère de voir qu’une jeune fille voulait une pinte. Syl voulut s’excuser, mais de manière enjouée on prit le relais à sa place.

- Même si elle avait moins de 17 ans, cette petite avait besoin d’un petit remontant. C’était simplement une petite goutte monsieur Thralmur. Rien de plus.

Soupirait l’homme dans un dernier sourire sincère envers Syl avant de retourner son regard vers son copain. Certes, on savait que les deux hommes ne lâcheraient pas Lachlan du regard surtout qu’il venait de s’asseoir à la table. S’il y avait un problème ?

Était-ce vraiment son père ? Baissant les yeux pour les essuyer discrètement et élégamment, elle prit une inspiration. Elle se mordit à nouveau la lèvre inférieure. Syl ne s’attendait pas à ce que son véritable père soit aussi … Rustre ? C’était le mot. Ce furent pourtant aussi les mots de Dasyl. Pourtant, Syl rêvait de ce père et jamais il n’a été aussi peu poli et inélégant. Toujours, il fut un beau chevalier altruiste et avait bon cœur. Elle avait toujours imaginé qu’il eut une excellente raison pour l’avoir abandonné. Que c’était à cause d’être un Exempt peut-être ? Syl eut un sanglot. Ceci lui fit se redresser les épaules et les fit paraître tendues. Elle fit finalement non de la tête à la question sans réponse de Lachlan bien malgré qu’on crût visiblement en l’inverse.

- Mademoiselle ?

Fit l’homme assit près de Lachlan. Il lui faisait vraisemblablement penser à Bëor en étant aussi protecteur. De penser à son père adoptif depuis sa naissance qu’elle abandonna pour aller en retrouver un autre lui fit lâcher un autre sanglot et quelques larmes en prime.

- Je … J … Je suis désolée … J … Je m’ap … m’appelle Syl Celfirg … Celfirgasa … Ma mère est Das … Dasyldorië et … Et je v … vis à Ibaï …

Lâchait-elle finalement ces mots qui ne voudraient sûrement rien dire pour Lachlan. Syl pensait qu’il se souvenait de Dasyldorië, mais … Peut-être pas en même temps. Elle en eut tel un poing au cœur si cette avenue était la vérité. Elle leva légèrement la tête pour la redescendre aussitôt effrayée. Lâchant la besace, ses paumes devinrent des poings. Elle se détestait. Le regard vers ses genoux, Syl fronça les sourcils et mordit franchement sa lèvre inférieure. Elle tentait de se trouver une force intérieure. Actuellement, elle était la pire des idiotes.

- Je … V … Vous êtes … mon père … ?

Lâchait-elle si faiblement, si peu sûre de sa personne que s’en devenait une véritable question, un point d’interrogation s’éparpillant partout dans son esprit. Ses lèvres avaient à peine bougé.

Syl Celfirgasa venait de manquer de courage. Après toutes ses heures dépensées avec sa meilleure amie à préparer cette escapade.

fiche By Camo©015
Revenir en haut Aller en bas

avatar


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 1887
❝ Avatar : Kristofer Hivju
❝ Multi-Compte(s) : Kara Ergorn-Jaggde, Cyne Wkar
❝ Crédits : angeldust (ava), tumblr (gif signa & profil), persephone (signa)

❝ Métier : Aide son ami Aishwarya à sa taverne
❝ Age : 37 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Briser la glace - Lachlan Mar 11 Juil - 14:11


Lachlan ignorait totalement l’homme de la table d’à côté qui, malgré le regard noir du roux et ses menaces sous-jacentes, ne semblait pas comprendre qu’il n’avait rien à faire dans cette conversation. Si la personne en face du tavernier inhabituel avait été un homme ou quelqu’un d’un peu plus vieux, Lachlan ne se serait pas gêné pour fermer le clapet à cet énergumène qui ne connaissait manifestement pas les ordres d’Emeraude, mais face à cette jeune fille qui semblait si perdue, si mal à l’aise et terrifiée, il préférait ne pas créer d’esclandre. Avec sa chance légendaire, il pouvait se retrouver avec une bagarre sur les bras, une gosse blessée et les hurlements de sa sœur qui retentiraient dans toute l’auberge, faisant fuir les clients les plus peureux.

Le regard posé sur la gamine devant lui, Lachlan s’attendait peut-être à tout entendre. Qu’elle s’était fait battre, qu’elle avait été mariée de force, qu’elle avait été virée de chez elle à coups de pieds au cul parce qu’elle était d’un autre élément. Ou des trucs moins importants, elle avait perdu son chat, son doudou préféré avait été arraché. Les larmes continuaient à couler sur les joues de la petite et il était prêt à aller réveiller sa sœur pour qu’elle vienne s’occuper d’elle. Il n’avait jamais eu assez de patience avec les enfants, encore moins avec ceux qui ne faisaient que pleurer. Il ne parvenait pas à deviner l’âge de la gamine, mais elle était loin d’être assez courageuse pour faire ce qu’elle comptait faire, et s’il n’arrivait pas à lui faire cracher le morceau, alors il abandonnerait assez vite.

Cependant, elle finit par lâcher des mots, presque inaudibles pour le gros rustre qui dut se pencher en avant pour l’entendre. Fronçant les sourcils en attendant un nom qui lui disait quelque chose sans qu’il ne parvienne à remettre un visage dessus, Lachlan eut un mouvement de recul quand il entendit la dernière parole de la gosse. Son père ? Plissant les lèvres d’un air agacé, il se recula en secouant la tête. Il ne savait pas d’où sortait cette petite, mais elle avait finalement de sacrés couilles de se pointer ici en affirmant qu’il était son père. Il ne comprenait pas l’intérêt d’une telle farce ; Lachlan n’était absolument pas riche, bien au contraire. Avec les soucis d’argent de la taverne et le peu qu’il gagnait dans les combats clandestins — combats auxquels il participait de moins en moins —, il n’avait aucune fortune à léguer à un quelconque héritier qui pourrait venir se pointer du jour au lendemain.

Et pourtant, alors qu’il ouvrait la bouche pour lui demander calmement — dans la limite du raisonnable — de sortir de cet établissement avant qu’il ne la prenne par la peau du cul pour la virer, avec sa farce qui ne le faisait pas rire, un souvenir du passé l’étreignit brutalement. Une image floue, lointaine, d’une brune qu’il avait rencontrée pendant son périple jusqu’à Brynjolf. A cette époque, elle ne vivait pas à Ibai ou, en tout cas, ils s’étaient rencontrés dans une petite ferme d’un village voisin. Dasyl. Une femme avec qui il avait passé une nuit avant de la quitter au petit matin pour continuer sa route vers un lieu sûr. Sans qu’elle ne le sache, pendant qu’il profitait de la chaleur de son corps, Emeraude avait participé au vol de nourriture, de couvertures et toutes autres choses qui pouvaient faciliter leur fuite. Jamais Lachlan n’aurait pu penser que cette histoire d’une nuit à peine aurait pu engendrer la fille devant lui.

« Je ne sais pas comment tu peux connaître Dasyl, mais le mensonge que tu me sors là est d’une connerie monstre ». La voix du roux ressemblait plus à un grondement. L’homme de la table d’à côté sembla préférer se détourner tout aussitôt, abandonnant lâchement la petite qu’il avait pourtant commencé à protéger. « Je ne sais pas qui tu es et tu ferais mieux de partir d’ici. Si ton job de petite voleuse est de dépouiller les riches, dommage pour toi, tu t’es trompée de cible ». Lachlan se leva brutalement, lançant un dernier regard d’avertissement à la gamine. « J’te laisse deux minutes pour te barrer ». Ramassant les pintes de bière vides qu’il avait déposées sur la table, il se dirigea d’un pas rageur vers le bar où il reposa brutalement les chopes, le souffle coupé par la colère. C’était la première fois qu’une personne tentait de lui faire avaler des couleuvres, et il savait très bien pourquoi on s’attaquait à lui alors que cela faisait si longtemps que personne n’avait osé s’en approcher.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




~#~Sujet: Re: Briser la glace - Lachlan

Revenir en haut Aller en bas
Briser la glace - Lachlan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Archives :: Corbeille-
Sauter vers: