AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Groupes fermés
Le groupe des Matières et des Exempts sont momentanément fermé aux inventés et scénarios, merci de votre compréhension
Intrigue
Un vent de changement souffle sur les terres d'Oranda... Pour en découvrir plus, la première intrigue a été dévoilée
Venez donc tout savoir du meurtre d'Osrian Birghild (ou presque)
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des Innocents, merci de privilégier les PV et scénarios !
Ils sont en sous nombre et on aimerait bien avoir de nouveaux amis avec qui jouer !
Scénarios
Le scénario d'Eden'El Lumnar a été mis en avant par Silee Pherusa
C'est le dirigeant d'un refuge de Lucrezia qui n'attend qu'à être pris !

Partagez|

Lipstick Nude [Aspyn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Sven Ramose
expert


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 275
❝ Avatar : Michael Fassbender
❝ Crédits : HardCandy

❝ Métier : Dictateur
❝ Age : 38 ans
❝ Niveau : 9


~#~Sujet: Lipstick Nude [Aspyn] Sam 10 Juin - 2:19


Le départ pour Sezni était imminent, et il avait grande hâte de quitter pour un peu de temps la Cité-Reine. Certes, elle offrait des possibilités, et des simplicités, que personne ne pouvait nier, Sven compris. Avant d’être un Dictateur craint, et respecté à la fois, il avait été un riche et influent commerçant de roches volcaniques. C’était dans les tavernes bruyantes et fumantes autour d’une bière qu’il contractait les contrats annuels, avec les partenaires habituels. Il avait eu aussi à fréquenter des bordels, pour acheter des clients importants à coup de demoiselles voluptueuses – ou de jeunes hommes imberbes pour certaines personnes. Enfin, c’était dans ces différentes maisons qu’il avait visité – et dormi bien des fois, selon l’amabilité de l’hôtesse de maison -, qu’il avait étendu son réseau, telle une araignée tissant son fil avec patience.

Pourtant, il n’avait jamais réellement apprécié cette ville. Ce sentiment de n’être qu’un invité, qui n’avait aucun droit, l’étouffait. Ajoutons à cela que voir ces hommes et ces femmes qui pensaient vivre en harmonie, et à égalité, l’écœurait. Les inégalités persisteront et à l’heure actuelle, c’était sa population qui en souffrait. Entre sa précarité, ou encore sa réputation, les choses allaient prendre du temps à se redresser. Oh, il ne se plaignait pas des bordels mais telle était la situation : le quartier Sud attirait pour la chair, mais en terme économique ou culturel ou militaire, il ne brillait en rien.

Cependant, avant de penser à la déchéance du quartier sud de la Cité-Reine, il y avait bien des sujets à dénouer à Sezni. Il voulait révolutionner le modèle actuel, jusqu’à ses racines, allant de l’organisation de la famille, à la définition claire et précise des castes et de leurs rôles respectifs. A l’heure actuelle, avec le dit modèle imposé par ses précédents dirigeants, Sezni était incapable d’évoluer et stagnait dangereusement. Autant dire, s’éloigner d’une région qui nécessitait d’être redressée chaque journée qui se présentait à lui ne plaisait pas à Sven.

Quand Lucrezia devenait trop étouffant pour lui et si aucune affaire urgente ne le retenait, il avait pris l’habitude de faire une balade avec son fidèle cheval dans les environs sauvages de la cité. Une première raison était que ces balades le rapprochaient davantage de ses balades dangereuses mais qui l’emplissaient d’adrénaline au sein de Sezni. Une seconde raison était qu’il appréciait d’observer les frontières – les contrôles, le nombre de soldats, le système …

Entouré de deux soldats – une chose superflue à ses yeux, mais que Karam n’avait pas cessé d’insister suite au meurtre du bal -, il fit une de ses fameuses balades à cheval. Les oreilles sifflantes à cause du vent et le cœur battant la chamade, un sourire s’élargit sur les lèvres du Dictateur, un sourire qui s’élargissait au fur et à mesure qu’il prenait de la distance avec ses deux gardes.

« Prévisible »
pensa-t-il avec amusement, donnant une tape encourageante à l’encolure de son cheval, une jument châtain claire avec plusieurs tâches blanches. Le stéréotype voudrait qu’il ait un cheval noir luisant, ou blanc neige, mais la réalité était qu’aucun de ce genre de cheval n’avait répondu à ses exigences, et seule la tachetée blanche en avait été capable. Elle pouvait courir de grande distance, sans souffler dangereusement de ses nasaux ou changer de rythme – même minime.

La frontière n’était pas loin mais elle n’était toujours pas visible. Pourtant il avait dû s’arrêter. Le cheval voulait boire. Dès que la jument avait entendu les clapotis caractéristiques de la rivière, elle avait ralenti et changé drastiquement de direction. Sven ne pouvait que prendre son mal en patience. A l’image des femmes dans son existence, la jument aussi avait décidé de diriger son monde. Sven en profita pour se dégourdir les jambes et descendre un tantinet la rivière. La jument était intelligente, et le suivra. Il le savait car c’était ainsi que ce duo homme –animal avait toujours fonctionné.

Au bout de cinq petites minutes, il fut attiré par des bruits. Deux hommes beuglaient quelque chose, avec des rires casaniers qui n’auguraient rien de bon. D’un pas nonchalant, sans se presser pour le moins du monde, il s’y dirigea, curieux de connaître l’histoire et surtout la fin de la dite histoire. A peine avait-il posé un regard sur la situation, qu’il comprit de quoi elle en retournait. Une jeune fille nue qui se baignait dans un coin des plus discrets de la dite rivière, sous l’ombrage de quelques arbres et buissons bien touffus, et deux hommes qui semblaient vouloir s’approprier le corps.

Il n’eut pas le temps de se demander s’il devait aider ou pas la jeune femme. Il le « devait », car la dite personne n’était nulle autre qu’Aspyn Birghild, jumelle de Zora Birghild. Il resta un court instant, immobile, à admirer les courbes de la brunette. Il devait admettre une chose : il était difficile d’assister à un tel spectacle, et de rester neutre tant pour l’une que pour l’autre. Décidément, les Birghild allaient le rendre fous, s’il ne le faisait pas avant.

- Bonjour, messieurs. Je vous prie de vous éloigner de ma bien-aimée
, mentit-il sciemment, sachant d’ores et déjà qu’une brunette allait voir verte, voire rouge. Il aimait embêter cette fratrie, décidément. Et il était curieux de connaître de quel bois était fait la jumelle.

Evidemment, et sans surprise, les deux hommes présents beuglaient et l’insultaient. Sven aurait pu discuter ou intimider, accuser le coup, prétendre rendre au double ou attendre le premier coup pour ensuite proclamer la légitime si besoin. Il ne fit ni l’un, ni l’autre. Il récupéra une petite pierre du bord de cette rivière – ces choses-là n’en manquaient pas dans ces environnements – et s’approcha calmement d’un des hommes. A sa surprise, il allait rencontrer de la résistance : entre le couteau, ou les tatouages exhibés témoignant une maîtrise de terre.

Il lança un regard agacé à la demoiselle. Un regard qui finit par ne plus être agacé devant la jolie silhouette trempée de la brune.

- Aurais-je droit à un baiser, après ?


Il ne pouvait pas se permettre tant de familiarité avec Zora, en raison de son titre, mais Aspyn n’avait pas ce genre de privilèges. Elle était une femme, mais avec un nom de famille prestigieux. Voilà tout, et ce genre de demoiselles, Sven avait l’habitude.

______________________

No honest man can have pleasure in exercising power over his people. But we know words are so powerful, they can create a moment, bring grace and love or unite. But they can destroy just as easily. — .

power is my destiny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lipstick Nude [Aspyn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Dahud :: Rivière-
Sauter vers: