AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Groupes fermés
Le groupe des Matières et des Exempts sont momentanément fermé aux inventés et scénarios, merci de votre compréhension
Intrigue
Un vent de changement souffle sur les terres d'Oranda... Pour en découvrir plus, la première intrigue a été dévoilée
Venez donc tout savoir du meurtre d'Osrian Birghild (ou presque)
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des Innocents, merci de privilégier les PV et scénarios !
Ils sont en sous nombre et on aimerait bien avoir de nouveaux amis avec qui jouer !
Scénarios
Le scénario d'Eden'El Lumnar a été mis en avant par Silee Pherusa
C'est le dirigeant d'un refuge de Lucrezia qui n'attend qu'à être pris !

Partagez|

Business Talk [Orkem]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Sven Ramose
expert


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 275
❝ Avatar : Michael Fassbender
❝ Crédits : HardCandy

❝ Métier : Dictateur
❝ Age : 38 ans
❝ Niveau : 9


~#~Sujet: Business Talk [Orkem] Lun 29 Mai - 0:14

Le Dictateur ne vivait pas dans le Palais auprès de sa famille représentante. Il avait sa propre demeure au Dahud, avec une salle d’entraînement, et jamais bien loin de son peuple. A ses yeux, il devait toujours garder un œil sur chaque personne composant sa « Nation », qu’elle soit sur le territoire de Sezni ou du Dahud. Quant aux politiciens, il les voyait assez suffisamment en journée, ou il laissait sa famille représentante se charger de certaines négociations ennuyeuses.

Cette seconde demeure qu’il n’appréciait pas, il ne jurait que par le désert de Sezni, était pourvue d’une salle d’entraînement et il y passait bien des soirées, à illuminer sans cesse les environs de ces puissantes et grandes flammes. Sven « bouillonnait », littéralement. Une vapeur blanche s’échappait de sa peau rougie, et brûlante. Voilà plusieurs heures qu’il s’entraînait avec un autre maître du feu des plus talentueux. En temps ordinaire, ces entraînements se terminaient constamment avec un Dictateur colérique, et frustré, de ne toujours pas maîtriser la dernière étape de son élément, cette étape où il devient lui-même un Feu. Pourtant, aujourd’hui, il était d’humeur bien plus festive. Ainsi, il se contentait d’une tape dans le dos du maître du Feu, avant de le congédier.

- Orkem, est-il là ? demanda-t-il à une domestique, toujours présente dans la pièce où se trouvait le Dictateur, sauf ordre contraire de sa part. Cette dernière acquiesça, indiquant par la même occasion que le Conseiller venait d’arriver. Faites-le entrer, alors.

Torse et pieds nus, assis sur un sofa moelleux, avec une table plus ou moins garnie non loin, il attendait. Enfin, attendre était un grand mot pour cet hyperactif. Le voilà déjà se relever, pour accueillir de loin son invité, cet homme qui allait apporter ses idées et conseils dans les futures guerres qui allaient s’annoncer. A la fête dédiée aux Divins, la mort d’un certain homme n’était qu’un sombre présage. Enfin, sombre pour le monde, mais lumineux pour Sven. Il allait enfin pouvoir agir.

« Cependant, Elwyn semble vouloir patienter » pensa-t-il aussitôt. Les conseils de sa sœur étaient les seuls qu’il suivait vraiment à la lettre. Pourtant, il fallait admettre que certains étaient plus durs que d’autres, dont ce conseil qui était de laisser « faire ». Il espérait sincèrement qu’elle avait raison et que la situation allait s’envenimer toute seule. Le Dictateur craignait malgré tout que les Terres et Airs se rangent comme des petits agneaux, après un ou deux accords digne des bureaucrates qu’ils étaient pour le Ramose.

- Bienvenue Orkem ! J’espère ne pas avoir interrompu une soirée agréable.

Sven se fichait profondément d’interrompre ou non une douce nuit d’un homme de sa Nation. A ses yeux, tout intérêt de la Nation passait avant toute chose matérielle comme immatérielle. Il se montrait présent à tout instant pour la dite Nation et par conséquent, il attendait le même dévouement de la part d’autrui.

- Alors, dites-moi, qu’avez-vous pensé de la dite fête ? interrogea de but en blanc Sven, peu adepte des longs discours édulcorés sans intérêt et vide de sens. Il aimait aller droit au but, et parler en toute franchise par conséquent. Qu’avez-vous apprécié, comme ne pas apprécier ? Je suis vraiment curieux.

Sven n’avait pas apprécié la piètre représentation de la Nation du Feu.
Mais Sven avait apprécié le malheureux incident de fin.

Quiconque le connaissait suffisamment pouvait largement s’en douter, mais personne n’oserait réellement le dire à haute voix. Il n’était jamais bien vu de se réjouir d’une mort et même le Dictateur le savait, d’où son silence ou ces façons détournées de parler.




Dernière édition par Sven Ramose le Lun 5 Juin - 14:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Orkem Vahlaan
confirmé


❝ Message : 136


~#~Sujet: Re: Business Talk [Orkem] Lun 29 Mai - 23:56

-Bienvenue Orkem ! J’espère ne pas avoir interrompu une soirée agréable.
- Bonsoir, Generalissime.

Orkem commençait à connaître cet homme, qui l'avait amené au sommet. Inutile de raconter sa soirée dans le moindre détail -surtout vu le manque d'intérêt complet de celle-ci, il lisait pour la quatrième fois un rapport d'un de ses yeux à Dahud qui écrivait aussi mal que si l'on avait donné une plume à un chameau pour qu'il rédige un mémoire-, les brèves étaient de mise. Sven semblait étonnamment ravi. Enfin, étonnamment, ou non, au vu des récents évènements. Le conseiller avait jubilé toute la soirée quand il avait entendu l'annonce du meurtre au bal des représentants. Un travail fait par un amateur, mais un travail qui avait porté ses fruits. Voila qui avait largement de quoi réjouir Sven Ramose, et qui plaisait tout autant à son conseiller, venu comme à son habitude en armure de cérémonie, qu'il avait du enfiler à la hâte avec l'aide d'un de ses domestiques pour comparaître devant son supérieur qui l'avait quelque peut fait mander d'urgence. Or, de base, quand Sven Ramose disait "dès que possible", cela voulait dire que la tâche à faire était pour l'avant-veille. autant dire que "en vitesse" signifiait bien plus encore.

-Alors, dis-moi, qu’as-tu pensé de la dite fête ?  Qu’as-tu apprécié, comme ne pas apprécier ? Je suis vraiment curieux.
Le signal était donné : "je suis vraiment curieux". Autant dire "les détails m'intéressent", en un sens, mais le détail le plus infime n'intéressait pas Ramose. Il voulait les grandes lignes, rapidement, pragmatiquement, et sans détour. Exactement ce qu'aimait Vahlaan. Parler franchement sans s'ennuyer des fioritures. Ce qu'il fit d'ailleurs avec un petit sourire en coin.

- J'ai vu des danseuses plus douées dans les bas-quartiers d'Inaki, et probablement bien moins couteuses pour leur performance, mais il faudra s'en contenter, ce qui est fait est fait. Comme si le feu était un simple ornement...Enfin. Au moins, il y a eu un mort.

Il lâchait ses mots avec un ton consterné. Cette soirée avait été une merde monumentale depuis l'apparition des officiels, qui avaient comme toujours fait leur petit discours plein de flagorneries en tout genres et de figures de styles alambiquées et dénuées de sens. Il y avait eu le discours de Sven, qui avait au moins eu le mérite d'être un peu plus intéressant que les autres (comment penser autrement en pur Seznien?), mais qui restait une prise de parole officielle d'un politique devant une foule venue baver ses phrases et ses frasques dégoulinantes d'inepties entre les murs des différents palais. Et puis il y avait eu le meurtre. Le cri dans la nuit, l'interception du suspect...Le refus d'Orkem de se retirer, aussi, qui avait fait grincer des dents quelques gardes de Lucrezia, mais dont il se moquait éperdument : si quelqu'un devait pouvoir voir le moindre détail de ce qui s'était passé, c'était bien lui. Ainsi que Sven, évidemment, leurs intérêts convergeant, et justement, cet assassinat servait directement leurs intérêts. Les yeux du conseiller se mirent à briller à l'instant où il évoqua le mot "mort". Il reprit calmement, un petit sourire sur les lèvres.

- Je me suis un instant demandé si ce n'était pas votre oeuvre tant cette petite animation tombait à point nommé. Sterenn pourrait avoir notre entier soutien si les choses venaient à dégénérer...

Le sous-entendu était très clair : écraser Gorka et Vainui ne serait pas difficile avec l'aide du peuple de l'air. Il suffisait de faire passer ce meurtre sur le compte du premier, et au beau milieu d'un éventuel conflit armé, agiter un levier vers le second pour engranger une infernale machine de guerre qu'aucune faction ne pourrait écraser. Il fronça quelque peu les sourcils en passant la main dans sa barbe.

- Mais il me semble encore important de consolider nos forces. Je me permets à ce propos de remettre à votre connaissance ma suggestion concernant une force d'élite. Ce seront certes des dépenses supplémentaires, mais...je pense que l'on peut parler d'investissement rapidement et fortement rentabilisable au vu des récents évènements.

Vahlaan n'avait pas réellement peur de Ramose, à l'instar de la plupart des politiques Sezni qui se faisaient dessus à la seule idée qu'il puisse les convoquer. Comme le généralissime, il était un homme de pouvoir et d'action. Il était taillé pour être au sommet, suffisamment ambitieux et intelligent pour y rester, et largement assez visionnaire pour apporter à Sezni un vent de fraicheur qui ne saurait que devenir une véritable déflagration sur Oranda une fois passées les terres du feu. Il se surprit à réfléchir à autre chose, souriant toujours en coin, et à l'évoquer à voix haute. Effectivement, ses dires s'intégraient bel et bien dans son idée exposée quelques instants avant. Sa voix grave et calme ponctua la dernière partie de son monologue d'un léger grondement de fond rauque qui faisait plus penser au souffle d'un fauve en chasse qu'à la respiration d'un homme politique important. Il n'en avait cure. C'était ainsi que se devaient d'être les hommes de Sezni. Impitoyables. Féroces. Battants. Ambitieux. Vainqueurs.

- Et il me semblerait avisé de presser les représentants de Vainui pour qu'ils expliquent l'attentat du marché. Il se pourrait que leur réaction soit...intéressante. Mais peut-être suis-je dans le faux. Cela dit, j'imagine que vous m'avez fait mander pour parler d'un sujet bien précis, vous n'êtes pas homme à vous éparpiller dans diverses ramifications cognitives. Qu'en est-il?

______________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Sven Ramose
expert


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 275
❝ Avatar : Michael Fassbender
❝ Crédits : HardCandy

❝ Métier : Dictateur
❝ Age : 38 ans
❝ Niveau : 9


~#~Sujet: Re: Business Talk [Orkem] Lun 5 Juin - 20:11

Orkem n’hésitait pas à souligner la maigre performance des danseuses du feu. Sven ne pouvait que s’accorder à cet avis au travers d’un grognement mécontent. La Nation du Feu avait des très belles coutumes, ainsi qu’un grand talent à profiter de chaque instant présent. En effet, dans un environnement fait pour tuer tout vivant à tout instant – l’aridité du désert, le manque de ressources, les animaux les plus vénéneux ou encore les températures les plus extrêmes de jour comme de nuit … -, le vivant avait tôt fait d’apprendre de vivre au jour le jour. Or, ce qu’il avait vu à la Capitale pas plus tard qu’hier était une représentation de danseuses lascives, qui ne comprenaient nullement la véritable signification des flammes qu’elles avaient manipulées. S’il n’avait pas été Dictateur, il aurait offert lui-même un spectacle digne de ce nom.

Dans son « agenda » des choses à faire avant son grand retour à Sezni, il s’était noté qu’il devait encore discuter avec le Patriarche de la famille à ce sujet – une fois la question de sa future alliance traitée, une question qui devait attendre « théoriquement » l’accord de Sven. En effet, quand le Dictateur avait offert ce nouveau poste à cette famille, il avait été clair sur un point : aucune décision sans son accord préalable. Le Sud devait se montrer uni, et nullement parsemé et divisé à l’image des Démocraties ou Oligarchies. S’il fallait choisir un camp entre Fanior, ou Birghild… Il le ferait « ensemble ».

- Si je devais attaquer quelqu’un, j’aurais préféré quelqu’un de la nation de l’eau, et pas seulement une personne, se contenta de commenter le brun, en réponse aux soupçons effacés de son conseiller. Une telle annonce pourrait être très mal prise … en temps ordinaire. Cependant, avec les années, la méfiance entre le Feu et l’Eau n’était plus une chose secrète. Tout le monde savait.

Finalement, son conseiller parla rapidement des points qui inquiétaient ou passionnaient le Dictateur soit la politique à adopter dans ce contexte perturbé. Il y a quelques jours, une telle question ne se serait pas posée. Il aurait soutenu le peuple de l’air, ce peuple où vivait sa sœur cachée. Cependant, récemment, de nouvelles opportunités « s’ouvraient » potentiellement à lui, au travers de la jeune politicienne Zora. Il était divisé. En tant que Dictateur, il devait analyser la situation aussi froidement qu’il pouvait, sans être influencé par ses sentiments ou ses passions. En tant que Frère, il aurait souhaité avant tout savoir qui et comment était derrière cela, et si sa sœur était à l’abri. Il aurait pu la soupçonner d’être derrière ce genre de choses mais il la connaissait trop. Elle n’aurait rien fait d’une telle envergure, sans l’en avoir informé au préalable.

Des choses se tramaient dans les coulisses. D’une part il était heureux car « elles » bougeaient enfin. D’autre part, il était inquiet car tout se passait à son insu. Ce fait n’avait souligné qu’une chose : son réseau d’informations était très mal au point, et il se devait d’y remédier au plus vite. A quoi bon un Dictateur sans mille yeux ? Son prédécesseur était mort en raison de cette cécité politique.

- Pourquoi soutenir Sterenn ? demanda calmement Sven. Le Frère et le Dictateur s’opposaient dans ce choix. L’un offrait une proximité à un membre cher de sa propre famille, alors que l’autre proposait un autre avantage que bien des militaires oubliés.  Gorka a plus à offrir en termes de ressources, que Sterenn. Une armée affamée n’ira pas loin. Alors qu’une armée bien nourrie peut faire de grande chose, comme mettre bas les mercenaires de Sterenn.

A bien réfléchir, Sterenn était bien mieux organisé comparé à Gorka. Ces derniers étaient bons comme éclaireurs ou traqueurs, mais nullement comme une armée de destruction massive, à l’image de celle de Sezni et de Vanui. Ajoutons à cela que symboliquement, l’Air apportait force au Feu. Cependant, en contrepartie, il y avait Gorka et ses multiples ressources naturelles dont Sven jalousait depuis bien des années, depuis qu’il avait mis pied dans le monde du commerce plus précisément. Pendant que les Sudistes mourraient de faim, dans une précarité alarmante, Gorka avait droit à des paysans bien nourris et paisibles, avec de larges champs. Qu’avait Sterenn à offrir en termes de ressources pour une armée comme celle de Sezni, si jamais la guerre s’enclenchait.

Car oui,  si une guerre s’enclenchait, il y avait un certain risque qu’Andar y apporte son soutien. Si battre Sterenn ou Gorka n’était pas une chose complexe – le nombre l’emporterait largement – la question sera plus épineuse et problématique face à l’armée d’Andar. Cette armée-ci égalait tant en terme de nombres, que de talents, au grand dam du Dictateur.

- Une Elite ? demanda Sven, en affichant un air un tantinet agacé. L’idée n’est nullement mauvaise mais je voudrais que vous développiez bien des points, comme les critères de sélection, les entraînements, les missions. Et surtout le temps de la mettre en place, car nous allons probablement en manquer prochainement.

Les ressources étaient une problématique constante pour Sven. Et récemment, le temps également. Il ne voulait pas se lancer dans un projet qui risquerait de se retourner contre lui par manque de temps, ou de suivi. Il doutait peu qu’Orkem le trahisse, mais malgré tout, il y avait toujours une « possibilité ».

- J’ai fait appel au Conseiller, avant l’ami
, répondit Sven. Je voudrais savoir comment tourner cette situation à notre avantage. Car les routes et possibilités sont nombreuses, mais les résultats bien trop incertains. Je crains qu’en nous hâtant sur certaines pentes, nous jouions le jeu de forces inconnues.

Cette idée l’avait également traversé. Etait-ce un simple crime ? Etait-ce une provocation ? Etait-ce inclus dans un schéma dont il était prévu comme simple marionnette ?

- Je vais rencontrer prochainement les Ergorn. Je voudrais bien m’entendre sur une stratégie, et une position, à adopter avec. La neutralité sera exclue, évidemment. , prévient Sven d’emblée. Il faudra prendre également une dernière chose en compte : Zora Birghild. Elle est mon invitée d’honneur pour quelques temps. A voir si nous pouvons profiter de sa visite sur nos terres pour tourner des choses à notre avantage.

______________________

No honest man can have pleasure in exercising power over his people. But we know words are so powerful, they can create a moment, bring grace and love or unite. But they can destroy just as easily. — .

power is my destiny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Orkem Vahlaan
confirmé


❝ Message : 136


~#~Sujet: Re: Business Talk [Orkem] Sam 10 Juin - 11:18

- Ce n'aurait pas été un choix réellement judicieux. Vainui pourrait nous causer de sérieux ennuis, militairement parlant, et leur présence dans la capitale est déja d'une importance certaine.

Orkem semblait pensif. Il venait clairement de soupçonner son supérieur d'un meurtre en plein centre de Lucrezia, de lui demander le plus naturellement du monde -quoi qu'avec cette langue qu'affectionnent particulièrement les politiques : le sous-texte- si c'était son oeuvre, et se permettait en plus de critiquer la démarche de celui-ci. Mais le rôle de conseiller, et Sven le savait, ne se limitait pas à donner des idées et dire "amen" à tout, mais bien à donner des conseils, que ce soit en allant dans le sens de celui qui les reçoit, ou à contre-courant de sa manière de penser. Cela dit, Sven n'avait pas tort. Avec l'attentat du marché, il aurait été d'une simplicité enfantine de tuer un représentant de l'eau, et de faire porter le chapeau à quelqu'un d'autre. Les conséquences, en revanche, n'auraient pas été simples à gérer. Pas le moins du monde. Il se retrouva cependant étrangement surpris par la question de son supérieur lorsque celui-ci avança un argument tout à fait entendable (là n'était pas le problème) mais qu'Orkem trouvait presque faux dans la bouche de Ramose.


-  Pourquoi soutenir Sterenn ? demanda calmement le Dictateur,  Gorka a plus à offrir en termes de ressources, que Sterenn. Une armée affamée n’ira pas loin. Alors qu’une armée bien nourrie peut faire de grande chose, comme mettre bas les mercenaires de Sterenn.

Orkem sourit légèrement, ne répondant pas tout de suite. Il avait donc, comme il l'avait prévu, remis sur le tapis le sujet qui lui tenait à coeur : créer une division de soldats d'élite. Cela prendrait du temps, des moyens, et demanderait une sélection minutieuse de ses futurs membres, mais cela ne lui faisait pas peur. Vahlaan était un soldat qui avait été propulsé dans le monde politique, mais avant tout, il restait un soldat. Pas une journée ne se passait sans qu'il prenne sa lame en main. Pas une journée ne se passait sans qu'il ne s'entraine au combat. Pas une journée ne se passait sans qu'il étudiât des plans de bataille, de machines de siège, de stratégies militaires oubliées ou au contraire, récentes. Il n'avait jamais réellement quitté l'armée. Officiellement, bien sûr que si, il y avait six ans qu'il n'était plus officier ou quoi que ce soit, il n'était plus qu'un conseiller militaire sans pouvoir sur cette même armée, mais il avait l'assentiment du peuple à son rôle, et c'était là une excellente chose. Ramose avait été malin, il ne s'était pas entouré au hasard. Il aurait pu prendre un maître d'armes comme conseiller militaire, mais il avait préféré proposer ce rôle à son ancien camarade d'entraînement, du temps où tous deux avaient étudié la maîtrise du feu sous la férule du même maître. Une période courte, de quelques mois à peine, avant que Vahlaan ne revienne à sa vie militaire, mais suffisante pour que les deux hommes se rencontrent, s'estiment, et échangent sur de nombreux points de vue. Lorsque l'ancien régime militaire chut, tout le monde dans les rangs pressentait une promotion imminente et fulgurante pour lui...Mais personne ne s'attendait à ce genre de promotion. Il s'était rapidement adapté à sa nouvelle vie, mais il continuait à agir et à penser comme un militaire. Voila sans doute ce qui faisait sa renommée.Sven ne sembla pas trouver mauvaise l'idée que venait de lui proposer son conseiller, et ce dernier en esquissa un sourire satisfait. Si élite il y avait, rien ne pourrait résister à la machine de guerre Seznienne, et ce fut le moment qu'il choisit pour répondre en faisant craquer ses phalanges.

- Les missions seront celles que vous confierez à cette élite. Quand à la formation et à la sélection...Je m'en chargerais en personne s'il le faut. Personne ne serait en mesure de former pareil groupe mieux que je ne le suis. N'est-ce pas pour cela que vous m'avez offert ce poste? Parce qu'aucun autre ne l'aurait mieux rempli dans les intérêts de notre nation? Laissez-moi carte blanche, et personne ne pourra arrêter notre armée. Quand à "pourquoi aider Steren", je prendrais votre argument à l'envers : sans nous, Steren risque d'être écrasée par Gorka.  Et vous avez mis le doigt sur le coeur du problème : les mercenaires.  un petit creux dans nos caisses, et voila qu'ils pourraient partir en mission pour nous, loin, très loin...et nous finirions le travail dans la foulée en minimisant les pertes et en maximisant les gains.

Il fit une petite pause, souriant légèrement en jouant avec sa barbe. Une poignée de secondes s'égraina alors que Vahlaan s'apprêtait à reprendre la parole.

- L'inverse serait du suicide. Steren perdrait meme sans notre aide, Gorka pourrait même la refuser. A votre place, je ne prendrais pas le risque de perdre et du temps et des hommes, si le besoin s'en faisait sentir d'intervenir militairement, sans garantie de retour. Mais ce n'est qu'un conseil.

- J’ai fait appel au Conseiller, avant l’ami. Je voudrais savoir comment tourner cette situation à notre avantage. Car les routes et possibilités sont nombreuses, mais les résultats bien trop incertains. Je crains qu’en nous hâtant sur certaines pentes, nous jouions le jeu de forces inconnues.

- C'est possible. Dans ce cas, autant mener une enquête approfondie avant d'agir. J'ai déjà commencé mes petites recherches, discrètement, un mot de votre part, et tous mes gantelets à Lucrezia se mobiliseront. En politique, "trop prudent" n'est pas une formulation existante.

-Je vais rencontrer prochainement les Ergorn. Je voudrais bien m’entendre sur une stratégie, et une position, à adopter avec. La neutralité sera exclue, évidemment. , prévient Sven d’emblée. Il faudra prendre également une dernière chose en compte : Zora Birghild. Elle est mon invitée d’honneur pour quelques temps. A voir si nous pouvons profiter de sa visite sur nos terres pour tourner des choses à notre avantage.

Orkem se creusa les méninges, fronçant les sourcils en faisant rouler une pièce entre ses doigts. La situation était complexe, et s'il était certain que Karam serait un décisionnaire avisé, rencontrer "les Ergorn" n'était pas obligatoirement la meillleure des solutions à ses yeux. Entre Khorde, qu'il supposait plus que fortement d'être cocufié par son propre frère et incapable de le voir par lui-même (ce qui donna au passage au conseiller quelques idées intéressantes) et Ranrek, désintéressé de la politique tant que les choses ne le regardaient pas directement, Kara, qu'il connaissait principalement de réputation pour être aussi belle qu'habile à manipuler...Bah, Sven serait bien capable de lui rendre la monnaie de sa pièce, il était loin d'être bête. Orkem prit son temps pour formuler sa phrase suivante, toujours cet air dubitatif sur le visage. Sven prenait des risques énormes à considérer la totalité de la famille comme des décisionnaires possibles.

- La neutralité...Pourrait être une option intéressante le temps de l'enquête, si vous souhaitez que nous en menions une... Mais la réputation des Sezniens est faite depuis longtemps, ne pas prendre parti serait suspect. L'attaque des pseudo-suprématistes de Vainui me laisse perplexe : aucun de ceux que j'ai vus n'a utilisé sa maîtrise de l'eau, pourtant Dhelm et moi en avons carbonisés un certain nombre...Mon conseil serait donc le suivant : prenez position auprès de Vainui, et non contre eux. Rapprochons-nous d'eux. Gorka et Steren douteront lourdement de ce choix, si l'attentat du bal vient d'une des deux nations et qu'elle vise à nous embourber, il est possible que ce choix déstabilise ceux qui sont derrière tout ça. Et si Vainui ne veut pas de notre aide, une petite voix me dit qu'il se pourrait que tout le monde pense qu'ils cachent quelque chose. C'est actuellement la nation la plus dangereuse pour nous. Si des groupes extrémistes venaient à agir trop tôt au goût de leur roi alors qu'il soutient leurs idées...il voudrait forcément le cacher. Alors seulement, s'occuper du meurtre et se positionner (et je vous redis qu'à mon avis, du côté de Steren serait le plus judicieux) serait une option. Que Vainui accepte ou non notre soutien, cela nous laisserait le temps d'éclaircir ce meurtre et ce qu'il en est attendu, quand aux suprématistes, dans un cas, nous les traquerons, et je doute que celui qui est derrière tout ça s'y attende, dans l'autre, nous enfonçons Vainui dans son refus en les faisant passer pour les commanditaires et si nous jouons biens notre coup...il se pourrait que les autres nations veuillent se prémunir de pareil acte à l'avenir. A trois contre un, Vainui tomberait bien vite.

______________________

Spoiler:
 


Dernière édition par Orkem Vahlaan le Lun 19 Juin - 10:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Sven Ramose
expert


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 275
❝ Avatar : Michael Fassbender
❝ Crédits : HardCandy

❝ Métier : Dictateur
❝ Age : 38 ans
❝ Niveau : 9


~#~Sujet: Re: Business Talk [Orkem] Dim 18 Juin - 23:07

L’idée de soutenir Vanui pour déstabiliser les ennemis comme les alliés plaisaient au Dictateur. Un sourire carnassier vint s’installer sur ses fines lèvres, laissant voir un soupçon de ses dents blanches. Cependant sa joie n’en restait pas moins « troublée » par un élément fondateur, l’élément qui était une épine à son pied depuis bien des années : Andar Drogon. Ce Roi était loin d’être stupide, au contraire. Il risquait de se douter de la supercherie, ou de lui mettre des batons dans les roues.

« Une attitude qui peut couler à notre sens, comme dirait Orkem » pensa-t-il. Il devait soumettre assez vite cette idée à sa sœur, afin de pouvoir cordonner leurs différents mouvements. En effet, Sezni pouvait agir seul mais la collaboration avec sa rouquine de sœur ne pouvait rendre les différentes stratégies que plus efficaces et utiles !

- Je vais déjà soumettre l’idée à sa jeune épouse, finit par dire Sven. Elle n’est pas active politiquement parlant mais elle a sa petite influence sur Andar. Plus important, on pourrait tester une première réaction « nordique » au travers d’elle, et nous réajuster pour Andar.

Plus important, une femme était souvent une confidente et une influence non négligeable. Danis pourrait offrir plusieurs pistes : soit pousser Andar à reconsidérer l’offre d’aide de Sven, soit le conforter dans son refus catégorique. Si elle aide, saurait-elle être influente ? Si elle n’aide pas, est-ce qu’un doute peut s’immiscer au sein du couple, créant une faille à exploiter plus tard ?

« Il est vraiment bien triste d’en arriver à jouer à ce genre de choses »
soupira-t-il. Danis n’était qu’un menu fretin pour lui, et il détestait s’abaisser à ce genre de choses. Malheureusement, ces personnes étaient nécessaires pour que les plus forts continuent à s’hisser au plus haut, n’es-ce pas ?

- Bien j’ai pris en note vos propositions Orkem. Je vais prendre une décision dans les prochains jours, puis en discuter avec Karam pour m’assurer que lui comme sa famille suivra mes décisions. Quant à ta milice, j’autorise à un premier essai : trouve-moi au plus vite ces personnes derrière ces événements.

Les mots dits, il n’avait plus rien à ajouter. Pourtant son Conseiller semblait vouloir dire une dernière chose, et c’est un regard interrogateur que le Dictateur lui lança. La question de l’attentat comme de sa milice avaient été traités. Est-ce qu’il aurait oublié un tout autre détail important ? Peut-être était-ce en lien avec Sezni, mais voilà un sujet qui pourrait s’étendre sur bien plusieurs nuits. En effet, il y avait bien trop de choses à faire pour améliorer la situation de ce pays, comme de sa population.

- Vous semblez vouloir ajouter quelque chose, finit par dire le Dictateur. Aurais-je oublié de traiter d’un détail ?

Ils auraient pu festoyer mais avec les attentats et les doutes qui planent sur les Sudistes étaient tels qu’il valait mieux faire profil bas. Ajoutons à cela que durant les attentats, quelques hommes de Feu étaient aussi morts. Une chose qui tarissait la joie de voir les autres nations à dent.



______________________

No honest man can have pleasure in exercising power over his people. But we know words are so powerful, they can create a moment, bring grace and love or unite. But they can destroy just as easily. — .

power is my destiny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Orkem Vahlaan
confirmé


❝ Message : 136


~#~Sujet: Re: Business Talk [Orkem] Lun 19 Juin - 12:08

[HRP : si tu te sens de répondre, n'hésite pas, pour ma part, je poste ça pour que tu aies une idée du déroulement des évènements, mais je l'éditerais quand j'aurais un peu plus de temps pour développer les pensées d'Orkem ;) ]

- Je vais déjà soumettre l’idée à sa jeune épouse, déclara le Généralissime après quelques secondes de réflexion, Elle n’est pas active politiquement parlant mais elle a sa petite influence sur Andar. Plus important, on pourrait tester une première réaction « nordique » au travers d’elle, et nous réajuster pour Andar.

Effectivement, sa dame n’est pas aussi catégorique que lui, et elle pourrait être une première perche tendue à Andar… Contrairement à ce que le jeu politique donne l’habitude de faire, je préconiserais de réellement aider Vainui à mener leur enquête si ils acceptent notre aide. Mettez en avant le fait que vous ne soyez pas sûrs que le meurtre ne soit pas un traquenard non pas pour Gorka et Sterenn, mais bien contre nous ou contre Vainui, la simultanéité des deux évènements n’est pas anodine…Mais méfiez-vous : l’absence de frappe sur Sezni peut également être suspecte. Si cette alliance fonctionne, cela dit, nos hommes seront dans la nécessité de plier le genou devant Andar et ne tentent rien d’imprudent. L’idée me répugne, mais…c’est à mon sens la plus habile manœuvre que nous puissions faire.

- Bien j’ai pris en note vos propositions Orkem. Je vais prendre une décision dans les prochains jours, puis en discuter avec Karam pour m’assurer que lui comme sa famille suivra mes décisions. Quant à ta milice, j’autorise à un premier essai : trouve-moi au plus vite ces personnes derrière ces événements.

- Entendu. Je rentre à Sezni dans quatre jours, une dizaine d’hommes devraient suffire pour une première tentative. Quand à ce dont nous parlions ci-avant… La négociation ne sera sans doute pas facile, Andar est un vieux con borné qui se croit intouchable sur son glaçon géant, mais en faisant prévaloir cette alliance, qui serait une première dans l’histoire, il y a fort à parier que le gain de temps et d’informations vaudra l’investissement en temps et en hommes. Cela dit, je ne suis pas suffisamment visionnaire ni habitué du roi de Vainui pour prédire ses réactions durant notre possible collaboration.déclara le conseiller, l’air quelque peu soucieux. Il ne faut pas oublier que notre objectif sur cette opération est de gagner du temps pour sonder les alentours et tenter d’avoir une vue à tête reposée de la situation. Et s’il refuse…Falsifier des preuves et lui faire porter le chapeau ne sera pas un problème, il devrait même être possible de lui mettre l’attentat du bal sur le dos.

Vahlaan était soucieux. Au bal des représentants, il s’était fait discret tout du long de la soirée, longeant les colonnes, secouant un peu cet imbécile de Ceffyl, à qui il aurait volontiers botté sérieusement le postérieur, mais n’en avait pas eu réellement le temps…ni même la motivation, en réalité. Mais ce qui le tracassait était une possible réaction hostile de la part d’Andar. Si sur leur terrain, les Sezniens seraient fort à leur avantage, ils ne pourraient tenir Dahud et Sezni. De plus, Gorka et Stérenn étant dans une configuration martiale actuellement bloquée, il était impossible de compter sur un possible soutien extérieur.

Rapidement, ses pensées dérivèrent vers un autre sujet. Au début du bal, il l’avait vue. Il l’avait vue près de Ranrek. Il avait vu comment elle avait été présentée à Ramose, et il avait vu la réaction de celui-ci. Etait-il au courant que Ranrek, cadet de la famille représentante, récemment veuf, s’acoquinait avec une esclave ? Lui qui prônait la supériorité des Elementaires, n’en serait-il pas à la fois étonné et déçu ? En jouant finement, comme il l’avait souhaité depuis quelques temps, Sven pourrait l’aider très largement à récupérer Eden. Pensif, il hésitait à en toucher deux mots au dictateur, mais celui-ci l’y poussa d’une simple phrase.

- Vous semblez vouloir ajouter quelque chose aurais-je oublié de traiter d’un détail ?
- Les questions d’ordre politique et militaires ont été abordées, cela dit, c’est en tant que personne qu’une broutille me rend pensif. Je pensais à cette gamine qui accompagnait le cadet Ergorn au bal. Sa…servante, de ce que j’en ai compris. Je suis intrigué par leur relation, par eux. Ranrek Ergorn est un jeune homme intelligent, qui, j’en suis certain, jouera un rôle important dans les mois à venir…Mais venir au bal au bras d’une femme du peuple…Heureusement que ce meurtre a détourné l’attention, nous aurions été la risée de tout Oranda, et ça, mon vieil ami, bien que connaissant les liens qui vous unissent à Ranrek, et l’affection que je lui porte également, ce n’est pas envisageable. A moins que d’après-vous, je ne me trompe ?

Sven resta silencieux, ce qui ne manqua pas de faire soupirer son conseiller. bien sur qu'il ne repondrait pas. C'etait de Ranrek qu'il s'agissait . Sven lui pardonnerait tout, toujours, a moinsnque Ranrek ne commette une faute grave. le fils Ergorn avaiteu de la chance, le meurtre detournant l'attention au bal, sa venue au bras de la petite Lumnar etait sans conséquences, de fait, Ramose s'en moquait eperdument. l'absence de reponse etait malgré tout un bon point : Sven reflechissait. Orkem le connaissait depuis assez longtemps pour savoir que si ses mots n'avaient reellement eu aucun impact, Ramose l'aurait econduit sechement. n'ayant donc plus rien a ajouter, il se fendit d'une reverence polie et quitta les lieux d'un pas calme et assuré. il lui restait encore beaucoup a faire avant de repartir a Sezni.

______________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Business Talk [Orkem]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Dahud :: Lucrezia :: Quartier Sud :: Habitations-
Sauter vers: