AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Groupes fermés
Les groupes des Matières et des Exempts sont momentanément fermés aux inventés et scénarios, merci de votre compréhension
Intrigue
Un vent de changement souffle sur les terres d'Oranda... Pour en découvrir plus, la première intrigue a été dévoilée
Venez donc tout savoir (ou presque) du meurtre d'Osrian Thenkar, membre de la Famille Birghild
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des Innocents, merci de privilégier les PV et scénarios !
Ils sont en sous nombre et on aimerait bien avoir de nouveaux amis avec qui jouer !
Scénarios
Le scénario d'Eden'El Lumnar a été mis en avant par Silee Pherusa
C'est le dirigeant d'un refuge de Lucrezia qui n'attend qu'à être pris !

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Partagez|

Celui que la violence répugnait | Pv. Orkem

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


❝ Disponibilité RP : Pas disponible
❝ Message : 89
❝ Avatar : Rami Malek.
❝ Multi-Compte(s) : Filbor Othda
❝ Crédits : Lux Reterna

❝ Métier : Bourreau.
❝ Age : 28 ans.
❝ Niveau : 4


~#~Sujet: Celui que la violence répugnait | Pv. Orkem Dim 21 Mai - 16:42


    « Il mange seulement de la viande froide le soir. » Kacem fit une petite moue et se dirigea vers le chariot qui l'attendait au détour de la ruelle tortueuse dans laquelle il habitait. Ces quelques mots furent adressés à Lohm'Ir, un de ses camarades suprématistes qui devait garder le molosse de compagnie de Kacem pendant l'absence de celui-ci. En effet, quelques jours après ses retrouvailles avec Styx Frasier, l'écorché avait reçu la visite d'un homme assez massif et trapu chez lui. Cet homme, qui n'avait pas énoncé son nom, prétendait être venu à Lucrezia sur ordre d'un dénommé Orkem Vahlaan. D'origine, le lucrezien ne connaissait pas cet Orkem, et il ne le connait d'ailleurs toujours pas, mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il reçut la missive portée par le mastodonte en armure. « Gora Al Mansour va être exécuté. » Ces simples mots suffirent à attirer l'attention du disciple de Ballion qui se serait bien estomaquer d'un rire sadique provoqué par des pulsions alimentées elles-même par la rancœur qu'il portait à son ignoble paternel. Cependant, la surprise fut telle que sa seule réaction fut la suivante : son cœur se serra dans sa poitrine relativement fort, il déglutit, porta son attention sur le géant en face de lui et lui asséna une myriade de questions pour s'assurer de la véracité du parchemin en sa possession. Quand il lui fut confirmé que son père allait mourir dans une semaine, un grand sourire apparût sur son visage. Le messager dût trouver cela étrange. Personne n'aimerait apprendre que son père allait mourir prochainement. Et pourtant ... Une fois cette révélation confirmée, un énorme poids disparût du cœur du jeune homme, il se sentit alors aussi léger qu'une plume. Il avait déjà tiré un trait sur cet homme depuis bien des années mais au fond de lui, son ombre le hantait toujours et demeurait un spectre indicible qui planait par dessus lui, et alimentant ses craintes en permanence. Cependant, Kacem savait bien que cette douleur permanente qui le torturait n'était qu'éphémère, qu'un jour elle disparaîtrait lorsqu'il apprendrait le trépas de son tortionnaire ... Et ce jour était venu.

    Deux jours plus tard, ayant juste eut le temps de s'organiser pour son départ précipité pour Inaki, Kacem embarqua donc dans la caravane tirée par les énormes destriers sombres venus le chercher à la capitale. Il avait longtemps hésiter à refuser de venir, s'étant promis de ne jamais revoir son père mais imaginer la face déconfite de son géniteur n'était pas encore assez jouissif pour le bourreau qui ne serait tranquille qu'au moment où il verrait sa tête sur une pique. De plus, selon les dires du messager, le dit Orkem désirait réellement avoir Kacem à ses côtés pour tuer son père, ce qui le contraignait ainsi à obtempérer. Certainement une marque de sadisme de sa part. Peut-être espérait-il voir de chaudes larmes courir sur les joues du jeune Feu, mais il n'en serait rien. Il allait le regarder mourir, sans sourcilier, peut-être même sourirait-il. Il avait longtemps fantasmer sur la mort de son père, ce monstre qui l'avait battu sans répit pour satisfaire ses poings. Rien que de repenser à tout cela, ses poils hérissaient, et il se mordait la lèvre. D'horribles images de son enfance lui revenaient en mémoire. Son père, à moitié nu, du sang qui peignait encore ses phalanges éclatées, tandis qu'une femme -peut-être même pas encore adulte- se dandinait contre lui avec un air de dégoût sur le visage, caressant de ses petits doigts boudinés la barbe emmêlée du forgeron qui ne regardait même pas du coin de l'oeil son fils qui était recroquevillé sur lui-même dans un coin de la forge, entouré par des cendres virevoltantes, le visage engourdi, rougi par les coups, et boursouflé. Drôle de portrait de famille, n'est-ce pas ? Cette scène surréaliste se reproduisait pourtant bien souvent. Gora n'avait jamais réellement désiré de fils, à la limite pourquoi pas une fille, il aurait put en abuser, mais un fils ... Que pouvait-il bien faire de lui ? Il lui confiait des corvées, le battait, et le laissait vivre seul sans lui fournir de réelle aide. Kacem apprit bien vite à se débrouiller seul, parfois il obtenait l'aide de quelques personnes qui avaient pitié de lui, on lui donnait un sou, ou alors des abats dont il pourrait éventuellement se repaitre. Sezni, sa mère-patrie, ne lui évoquait que de mauvais souvenirs -telle que sa brûlure alors que Ballion, son maître à penser, en parlait comme d'une terre promise, une terre sainte, comme de la capitale d'un futur monde gouverné par les Puissants-Feux. Kacem avait du mal à adhérer à cela car le Sud ne lui rappelait que trop son impitoyable père. Néanmoins, les choses allaient changer. Ici même, à Sezni, en sa capitale d'Inaki, Gora allait bientôt rendre son dernier souffle. C'est là où tout a commencé que tout va se conclure. Kacem pourra ainsi, peut-être, tourner la page sur sa blessure béante et ainsi apprendre à accepter la terre des siens. Enfin, après des dizaines d'année, son tortionnaire allait répondre de ses crimes. Du moins, pas vraiment. Orkem ne l'avait très certainement pas condamné pour ses actes passés, cet incapable avait très certainement dû offenser quelqu'un qui lui était supérieur de quelque manière que ce soit, s'attirant ainsi définitivement le courroux de Malaggar qui aura raison de lui ...

    Le chariot sursautait. Le sol n'était plus aussi stable qu'avant. Le moricaud lança un rapide coup d'oeil dehors et s'aperçut que la géographie du lieu avait bien changé. On avait, en effet, troqué l'humidité de la jungle pour l'aridité d'un désert. Les couleurs n'étaient plus vertes et bleues, mais bien orangées et brunes. Tout ce sable n'avait en rien manqué à Kacem qui sourit tout de même en voyant les lieux. Il ne se serait pas imaginé retourner en Sezni maintenant, il avait bien d'autres choses de prévu avant cela. La dernière fois qu'il avait vu les sables du Sud, c'était lors de son départ définitif pour Dahud, peu de temps après sa Cérémonie qui avait résulté son accession au rang de Feu, l'une de ses plus grandes fiertés... Un sourire sur les lèvres, le jeune bourreau retroussa lentement la manche de son chainse et regarda avec admiration les lignes ocres courbées qui s'entremêlaient autour de son avant-bras pour finalement prendre fin peu avant son articulation, au niveau de son coude. Là, le véhicule bondit encore un peu et Kacem reprit ses esprits, regardant droit devant lui son compagnon de route, un trentenaire barbu aux longs cheveux gras qui le dévisageait depuis un moment déjà. Il ne savait pas ce qu'il faisait là, s'il était garde ou simple voyageur ayant payé l'homme d'Orkem pour l'accompagner mais en tout cas, il était du voyage. Les seuls mots qui avaient franchi les lèvres du bougre étaient : « Faut qu'je pisse. », ou encore « Pourquoi tu me regardes, ahuri, tu veux que je t'enfonce mon poing dans le cul ? ». Un homme, somme toute, agréable.

    Après quelques soubresauts durant quelques heures qui virent Kacem s'enfouir dans un sommeil agité, sa cape lui servant de drap, ils arrivèrent finalement à destination. Les jambes engourdies, le Feu se traîna jusqu'au bord du chariot et sauta de celui-ci, passant ensuite un coup sur ses braies poussiéreuses à cause du sable qui s'était infiltré dans leur carrosse d'infortune. Le soleil tapait déjà assez fort, ses rayons martelant le crâne du lucrezien. L'aridité ambiante assécha les lèvres du voyageur qui devait passer régulièrement sa langue sur celles-ci afin de les humidifier. Le conducteur du chariot bondit de celui ci à son tour et se dirigea vers Kacem, l'autre passager étant parti sans mot dire dans le dos de l'émissaire d'Orkem. D'après ce dernier, l'exécution n'aurait pas lieu avant la fin d'après-midi, soit dans quelques heures, l'occasion pour l'ancien habitant d'Inaki de se familiariser de nouveau avec la cité principale du territoire seznien. D'un hochement de tête, le basané remercia son passeur et s'éclipsa presque aussitôt, s'enfonçant dans le dédale de rues de la capitale. Il serait bien repassé dans son quartier natal pour saluer quelques personnes, mais il n'avait jamais vraiment aimé l'ambiance qui régnait là-bas et les faciés de certains l'effrayaient plus qu'autre chose, il s'abstint donc. En revanche, il se rendit dans une taverne qu'il n'avait encore jamais vu et se commanda de l'absinthe afin de fêter en solitaire la mort prochaine de son paternel. En son bon souvenir, il se paya même une prostituée bas-de-gamme, comme en raffolait son géniteur, et se l'envoya seul dans un coin. Une fois son affaire faite, la pauvre femme encore tremblante et qui peinait à se redresser dans l'obscurité, Kacem réajusta son corset après avoir jeté un oeil à son effroyable brûlure d'un camaïeu composé de couleurs chaudes, situé au niveau de sa poitrine; un des nombreux souvenirs laissé par son père sur son corps. Il fit claquer sa langue contre son palais, jeta trois pièces au sol pour la putain et sortit du bar pour affronter à nouveau la véhémence caniculaire de l'astre solaire.

    L'heure approchait. Kacem se rendit au lieu qu'on lui avait indiqué pour suivre l'exécution de son père. C'était bien la première fois qu'il allait être spectateur d'une exécution et comme par hasard, c'était pour l'exécution qu'il voulait le plus effectué … S'il y avait bien un homme sur Oranda qu'il voulait éliminer, c'était bien Gora. Néanmoins, cette tâche allait être effectué par un autre. A ce moment précis, il commençait à comprendre les victimes des criminels qu'il “jugait” de sa hallebarde sur la place publique de Lucrezia … Il n'avait peut-être pas à se mettre dans tous ses états après chaque exécution effectuée, à regretter ses actes, à cracher sur cette Justice mortelle qui le rendait malade : certains hommes méritent de mourir. C'est un fait qu'il commençait tout juste à assimiler parce qu'il allait voir son pire ennemi se faire sauter la caboche d'un coup de lame. Aussi sordide que cela puisse paraître, cette simple pensée déforma son pantalon de tissu un temps. La mort pouvait avoir bien des effets différents sur lui, vraisemblablement …

    A peine eut-il essayé de se rendre dans la mélasse de monde qui attendait l'attraction de cette fin d'après-midi qu'il fut aussitôt -ou presque- stoppé par deux gardes, dont celui qui l'avait escorté jusqu'ici. Il fronça les sourcils d'incompréhension et demanda alors aux deux hommes : « Que faites-vous … ? » On l'attrapa alors par le bras pour le tirer hors de la foule tout en lui déclarant : « Maître Orkem veut assister à l'exécution en votre compagnie. » Il voulait ainsi vraiment voir des larmes couler sur les joues du fils Al Mansour ? Si c'était le cas, il allait être bien déçu... Kacem retira alors son bras des mains du garde et le suivit sans rechigner. Il contourna la populasse qui parlait déjà du condamné, s'inventant une histoire autour de lui, ils créaient un peu un mythe autour de sa personne en extrapolant des crimes et des faits entendus à son propos. Un rictus échappa au suprématiste Feu en entendant ceci. C'était ridicule. Son père était juste un escroc, un violeur, un barbare sans cervelle, mais en aucun cas un génie du mal. Même si il était tout de même assez curieux de savoir pourquoi un homme tel qu'Orkem voulait le voir mort … M'enfin, tout ce qui l'importait réellement, c'était qu'une fois dépourvu de tête, il serait jeté comme un mal-propre en dehors de la cité pour qu'il pourrisse dans le désert aride, sa dépouille pouvant servir à alimenter les quelques animaux du désert sablonneux. Pareille crapule ne méritait en rien une sépulture digne de ce nom, couronné d'une épitaphe inscrite sur une pierre tombale louant une vie enjolivée afin de lui rendre hommage. Ayant vécu comme une pourriture, il se devait de mourir dans la pourriture. Rien de plus.

    « Maître, le voici » Après avoir monté quelques marches ensablées, Kacem fit finalement face à celui qui avait décidé de reprendre la vie de son père. Orkem... Il ne le connaissait guère avant que son émissaire ne l'évoque, il était apparemment quelqu'un d'assez influent en Sezni, ce qui expliquait le fait qu'il avait lui-même décidé la mort de Gora Al Mansour, et un puissant manieur du Feu, selon ce que lui avaient dit quelques unes de ses connaissances avant son départ. C'était un respectable serviteur de Sven Ramose, il était donc, en principe, du même bord que Ballion, peut-être même le connaissait-il, cela favorisait une bonne relation entre eux. En le voyant, Kacem s'inclina respectueusement, posant même son genou sur l'une des marches sans oser lui adresser la parole sans que celui ci le lui autorise. Après tout, il ne voulait pas rejoindre son père aussi rapidement dans l'au-delà ...

______________________

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Celui que la violence répugnait | Pv. Orkem
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Autres Terres :: Sezni :: Inaki-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: