AccueilAccueil   Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des Terre, des Eau et des Innocents
Merci de favoriser les PV, scénarios et pré-liens !
Intrigue n°2
La deuxième intrigue a vu le jour
Pour savoir ce qui va se passer entre les régions, c'est par ici !

Partagez|

Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Kaan Yasi
impur


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 125
❝ Avatar : Aaron Taylor-Johnson
❝ Crédits : non dit

❝ Métier : Hors la loie
❝ Age : 20 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria ) Ven 24 Mar - 15:45

Pourquoi tout était toujours si compliqué dans ma vie ? Ne pouvais-je pas simplement vivre comme tout le monde… J’ai toujours eu un désir de pouvoir. Désir dès mon plus jeune âge énormément éveillé par le contact privilégié que j’avais avec Sven. Certains de ses collaborateurs les plus proches parlaient moins avec lui que je ne le faisais. J’allais être le réveil pour le Sud. Ceux qui pourraient faire aboutir son œuvre et régner à ses côtés sur Oranda. Mais la vie ne m’a pas offert ce désir… Jamais je ne pourrais réussir maintenant à arriver à son niveau. Voire même difficilement arriver au niveau que j’avais avant mes 15 ans… Si seulement j’avais réussis à éveiller des pouvoirs… Si seulement le feu du sud m’avait choisi comme le reste de ma famille… Si seulement je n’étais pas un exempt… J’aurais préféré avoir vécu toute ma vie avec rien et être devenu exempt. Quand on a goûté à l’influence et au pouvoir, on ne peut s’en défaire. Dire que mon simple nom était signe de respect et d'invulnérabilité dans le sud… J’étais tombé si bas.

Les gigantesques couloirs. Les cours de sciences, de luth, de combat à l’épée, de danse, d’étiquette. Les bals, les anniversaires… Tout ça me manquait terriblement. J’avais l’impression de ne plus être moi-même depuis que j’avais perdu tout ça… Et c’était plus ou moins le cas. Je n’avais plus jamais été naturel après ma cérémonie. Comme si je voulais cacher mon apparence, mes actes ou mon existence au monde. Mais auprès d’elle, j’ai l’impression de pouvoir être naturel… Beaucoup moins réfléchi… Comme si sans me connaître, elle me connaissait… Une bouffée d’air nouvelle dans une existence un peu trop compliquée pour mon jeune âge mais que je dois assumer quand même…

En même temps, ce n’est pas très étonnant… Malgré nos différences de région (foncièrement opposées), voire même de nos différences de sexe ou de statut actuel, on a vécu la même enfance… Je veux dire : c’est pas avec Kol que je pourrais parler de mon passé au château d'Inaki… En soi, avec elle non plus… Elle m’apprécie parce que je ne suis personne à ses yeux et que pourtant je n’essaye pas de gagner quelque chose de notre relation. C’était tellement rare, déjà à l’époque ou je n’étais que le fils Yasi… Toutes les courbettes, les cadeaux, les politesses à rallonge, et les titres et surnoms pour essayer de flatter notre ego… Est-il difficile à comprendre qu'on ne cherche pas tout ça ? Que la simplicité d’un réel regard compatissant a plus de valeur à nos yeux qu’une bourse d’or bien remplie ? D’une oreille attentive car elle s’inquiète pour nous a plus d’importance que quelqu’un qui fait ça par obligation sociale. Est-ce que être tout le monde est si complexe que cela à demander ? Et quelque part, je pensais être le seul à penser ça, mais apparemment non…

Quand j’ai rencontré Nymeria, dans cette taverne au premier abord poisseux, je me disais que c’était mon esprit qui me jouait des tours. Qu'est-ce que la princesse du nord viendrait faire dans un bar de Lucrezia ? Mais quand je me suis bien assuré que c’était elle, je me suis dit que c’était une occasion unique d’avoir des informations utiles au sud. C’est Orkem qui allait être heureux… J’admets avoir été assez pauvre en informations ces dernier temps… Il fallait que je me rattrape… Et pour ça, rien de mieux que de réussir à tisser un contact.

Alors je suis allé la voir, parler de banalités, lui dire ce qu’elle voulait entendre : des simplicités sur la vie de tous les jours du bas peuple. Rien de plus simple, des histoires comme ça, j’en entendais tous les jours… J’étais plus ou moins payé pour ça il fallait dire… et cette façon respectueuse sans trop en faire de discuter avec elle lui a plu… Une bonne expérience personnelle qui me sert dans mon travail. Pour une fois que ça m’arrivait !

Alors on s’est vus une seconde fois. Puis une troisième fois… Puis on a commencé à se voir à chaque fois qu’elle passait par ici… jamais bien longtemps, toujours bien gardée. Et puis un jour, à la fin d’une de nos discussions, voilà qu’elle me chuchote discrètement qu’elle m’invite un soir au palais des représentants de l'Eau pour pouvoir parler plus librement que lorsqu'elle est accompagnée… J’ai beaucoup hésité. Mais comment lui refuser ? Elle avait l’air tellement heureuse de passer du temps à mes côtés… Et moi-même je prenais un plaisir certain à la côtoyer. Elle était… Si simple… Tellement ressemblante et différente à la fois de ce que j'avais l’habitude de voir… J’avais envie de la voir malgré les risques que ça pouvait engendrer… Je ne me rendais pas compte de ce que je commençais à ressentir pour elle, mais j’oubliais de plus en plus pourquoi j’étais venu lui parler avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria ) Ven 24 Mar - 19:15

UN RENDEZ-VOUS INNATENDU
12, dixième lune de l'an 836
La lune brillait de milles feux ce soir là. Elle éclairait magnifiquement le ciel, faisant ressortir sa profondeur et sa noirceur qui avait toujours attiré Nymeria. Elle était accoudé à sa fenêtre tandis que l'une de ses domestiques lui peignait calmement les cheveux. La princesse avait la tête ailleurs, dans les étoiles, le cœur léger. Ce soir, une fois que le palais serait calme, que ses domestiques seraient couchées, elle sortirait rejoindre un nouvel ami. Un jeune homme aux cheveux bouclés qui lui faisait sautiller le cœur, il était simple, beau garçon, amical, amusant. Nymeria avait peu d'occasion de fréquenter des gens « normaux ». La plupart se sentait obligé de passer par des pirouettes, des politesses, des offrandes, des mots doux. Kaan était différent. Kaan semblait vrai. Kaan n'était comme personne, et plus les jours passaient, plus il prenait une place importante dans le cœur de la princesse. Elle l'avait rencontré au hasard d'une auberge où elle avait autorisé ses gardes à s'y détendre. Elle faisait ainsi connaissance avec les gens du peuple, elle se sentaient parfois plus proche d'eux que de ceux d'en haut. Puis Kaan est venu à elle. Léger comme une plume, diplomate, élégant. Voilà que ce charmant garçon avait sut quelque peu renversé le cœur de la princesse. Malgré tout, celle-ci savait qu'elle ne pouvait pas se permettre de tomber amoureuse, pas de lui. De personne d'ailleurs. Ses sentiments ne comptaient pas. Elle était destinée à quelqu'un d'autre. Qui ? Elle n'en savait rien, mais son mariage serait politique et elle s'y était depuis longtemps résignée.  Les traditions de Vainui sont stricts : la princesse doit restée pure, vierge, jusqu'au mariage. Lavée de toute trace d'un homme sur son corps. Malgré tout, elle se refusait à en oublier sa jeunesse et à ne profiter de sa beauté. Elle plaisait, elle aimait plaire, elle savait plaire. Et puisqu'elle n'irait jamais plus loin que de bonnes discussions enjouées et amicales, Nymeria s'autorisait ce genre de romance sans engagement.  Mais pouvait-elle réellement parler de romance dans le cas de Kaan ? Ils ne se connaissaient pas si bien que cela, ils s'étaient croisés plusieurs fois, d'abord par hasard, puis finalement exprès. La princesse savait où le trouver et lui de même. Mais jamais ils n'ont pu discuter en tête à tête, à l'abri des regards et surtout sans les gardes de Nymeria. Elle n'était pas certaine de pouvoir expliquer les sentiments de son cœur, elle ne savait pas ce qui se passait dans sa tête, mais elle voulait le découvrir, elle voulait passer du temps avec ce bel homme aux cheveux bouclés qui lui plaisait tant. Un ami ? Une romance ? Une amitié pourrait avoir des suites, une romance, si elle venait à être découverte, pourrait bien créer un scandale, au delà des frontières de Vainui. Kaan était béni par la Terre. Cette réflexion fit sourire Nymeria, à croire que l'eau et la terre était vraiment complémentaire. Elle ne connaissait qu'une seule autre personne envers qui elle avait de tels émotions et c'était Eden'El. Cette enfant de Gorka que Nymeria avait aidé à fuir lors de l'épreuve du feu.

Quittant finalement le ciel étoilé, Nymeria se retourna vers sa suivante. Raisa. Elle était la seule au courant des sentiments que la princesse éprouvait. Et de son inquiétude. Raisa tenta de la rassurer par une sourire encourageant et lui fit porter une robe blanche en mousseline de soie qui volerait au gré du vent frais de la nuit. Leur rendez-vous ne pouvait avoir lieu à l'intérieur du palais, ils se retrouveraient dans les jardins. Laissant sa chevelure bien brossée aux mains de sa dame de compagnie, la princesse fut finalement coiffée d'un chignon bas laissant échapper quelques mèches tressées qui lui retombaient sur les épaules. Du rouge aux joues, du rose aux lèvres, voilà que Nymeria était prête. Elle était bien moins apprêtée que pour une sortie officielle, même si sa robe était faite de matière noble, celle-ci ne pouvait être portée qu'en cas de sortie intime, personnelle. Ses longs cheveux argentés se confondaient presque avec sa robe si blanche et si légère. Celle-ci fut simplement surmontée d'une capeline en laine beige afin de lui protéger les épaules du froid. Nymeria remercia Raisia et la congédia simplement avant de prendre la direction des jardins sous les yeux interrogateurs des gardes qui se tenaient aux entrées et sorties. Elle leur ordonna d'un ton ferme de ne pas la suivre, ni même de parler de ce qu'ils avaient vu, contre cela, ils seraient grassement payé.  Arrivant finalement sans autres encombres dans les jardins, la princesse prit place sur un banc, tendant l'oreille, tendant de distinguer des bruits de pas. Elle finit par apercevoir la silhouette de Kaan qui avançait vers elle, tout élégant. Elle se leva, les joues rougies par la situation. La voilà, elle, Princesse Nymeria Drogon, à un rendez-vous bien étrange juste à côté des murs de son palais.  Le saluant d'une révérence elle lui adressa ces quelques mots.

-Kaan. Quelle joie de vous revoir ! Nous ne devrions pas être embêté ce soir. Mes gardes  ne viendront pas, je l’espère.
code by bat'phanie


Dernière édition par Nymeria Shöva-Drogon le Mar 19 Sep - 21:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kaan Yasi
impur


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 125
❝ Avatar : Aaron Taylor-Johnson
❝ Crédits : non dit

❝ Métier : Hors la loie
❝ Age : 20 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria ) Dim 26 Mar - 16:22

Je me rapprochais du palais lentement. Cette perfection d’architecture me manquait tellement… Et même si on était bien loin des palais que l’on pouvait voir dans le sud, rien que de voir un si grand bâtiment, les gardes, les domestiques… J’en étais nostalgique… Je me revoyais courant dans les jardins, de part en part, jouant avec Arkan dans nos temps libres. Les grandes réceptions en extérieur, les anniversaires, les bals… Je ne pouvais vivre ce monde que derrière une fenêtre maintenant. Comme un enfant bavant devant la vitrine d’un boulanger.

Je me faufilais vers l’arrière du château. Les haies seraient plus faciles à grimper et l’endroit moins gardé. De plus, on se croiserait sûrement dans les jardins arrières si on voulait être seuls… J’admets que je ne comprenais pas bien pourquoi cette invitation… Je ne comprenais pas vraiment notre relation il fallait dire… Enfin… De moins en moins. Elle ne m’avait pas vraiment apporté d'avantage pour l’instant… D’un point de vue espion. Mais en tant que personne, je me sentais bien à ses côtés… Comme apaisé. Comme si je n’avais plus besoin de me méfier. Pourtant le danger était encore là… Voire même plus violent qu’avant vu que j’étais moins sur mes gardes… Les temps sont si durs… Surtout quand on prend autant de risques.

Après quelques minutes de marche je l’aperçus… Elle était toute vêtue de blanc. Un ange sur Oranda… Le peu de lumière que nous offrait les quelques bougies du jardin extérieur et le magnifique éclat de la lune donnaient des reflets argentés à sa chevelure. À vue d’œil, elle portait de la soie. La finesse de la coupe, la beauté du tissu… ça aussi quand on y a goûté, on peut difficilement s’en passer… Moi qui était habillé si simplement par rapport à elle… Une simple chemise de lin beige mal teintée et usée par le temps… et dire que j’ai approché sa perfection pendant une période !

Elle me salua d’une révérence. J’aurais aimé lui montrer tout mon savoir sur l’étiquette, sur mon passé… Lui montrer à quel point j’étais bon danseur. Mais il ne le fallait pas… ici, j’étais Kaan le petit réparateur de Lucrezia… J’aidais les gens à réparer leurs portes, les maisons… De quoi ne pas lui dire mon vrai travail tout en lui expliquant mon temps libre important et mes conditions de vie limitées…

Je fis une révérence maladroite. Quand on vous a bassiné pendant des années sur comment faire une révérence correcte, je vous jure que ça fait mal au cœur de devoir faire ça… Je la regardai, un sourire aux lèvres :
- Nymeria… Tout le plaisir est pour moi, merci pour votre invitation. J’admets qu’un peu d’espace n’est pas désagréable pour une fois… non pas que vos gardes me gênent, j’en comprends la nécessité… Mais un peu d’intimité n’est pas désagréable.

Je m’approchai à son niveau, restant juste devant elle, contemplant son regard gris cendré. Elle dégageait une telle aisance et une telle beauté… C’en était enivrant quelque part… Comme si elle attirait naturellement le peuple autour d’elle. De quoi faire enrager plus d’un prince… Combien avait-elle de prétendants ? Avec quel homme finirait-elle par se marier dans un but politique ? Tant de questions que je n’avais pas vraiment le droit de poser mais qui m’intriguaient. Mais pourquoi je m’intéressais à ça ? Ce n’est pas comme si je jouais dans la même cour… Moi j’étais là parce qu’elle le voulait… Et que je n’étais pas contre. Pathétique finalement comme raisonnement. Cherchant à la faire rire et à ne pas griller la couverture de bas peuple, je lui dis doucement :


- « Accepterais-tu que l’on se tutoie si on est seul à seul ? En plus on n’est dans ton château donc on a rien à craindre, si ? »


Il fallait bien être un peu acteur si on voulait que ça passe… Plus quelque chose semble évident, plus les gens ne vont pas rechercher d’autre explication… Et là, la dernière chose dont il fallait qu’elle se souvienne et qu’elle apprenne, c’est que je viens du sud et d’une très bonne famille… Si ça venait à arriver, ce serait plus ou moins la fin pour moi… Soit réduit en esclavage par le nord, soit pris en otage… Soit tué pour espionnage… Peu de scénarios qui me semblaient intéressants au premier abord. Non, la discrétion était de mise. Je passai mon doigt sur le banc qui se trouvait dans le jardin extérieur. Je me revoyais m’endormir sur ce type de bancs… Non, heureusement qu’elle était là sinon à part une bonne dépression, une expédition dans un palais ce serait juste me rappeler avec horreur ce que j’ai perdu… Mais je me perdais dans mes pensées. J’étais là pour elle après tout… Doucement, je lui montrai une direction comme pour l’inviter à marcher dans le jardin extérieur. Ça m’éviterait de devoir ne regarder qu’elle… Elle était à la fois si rassurante et déstabilisante… Même si j’avais un contrôle quasiment parfait de mon corps, un bégaiement est si vite arrivé sous le stress d’une situation. Alors qu’on commençait à marcher dans un silence quelque peu gênant, je décidai de briser la glace… Autant mettre les pieds dans le plat comme on dit.

« Et donc tu voulais me parler de quelque chose en particulier ? Ou c’était juste pour qu’on se voit plus librement ? »

Ça manquait totalement d’approche et de finesse mais je voulais relâcher cette tension. Je voyais bien qu’elle semblait préoccupée et j’avais quelque peu peur d’en être la cause… Car après tout, elle avait mon âge et malgré qu’elle soit princesse… elle devait avoir encore un nombre de responsabilités limité… En tout cas, sûrement pas assez pour la préoccuper une fois sa journée finie… Non ça semblait plus profond… Et ce long silence d’avant semblait être un signe avant-coureur. Je me mordis la lèvre inférieure, attendant sa réponse pour en savoir enfin un peu plus sur tout cela.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria ) Jeu 6 Avr - 14:43

UN RENDEZ-VOUS INNATENDU
12, dixième lune de l'an 836
Quand Nymeria vit apparaître Kaan au loin, dans ses vêtements sobres mais faits de beaux tissus, son cœur manqua un battement. Elle fut emplie d'une sensation qui ne lui était pas commune. Peut-être l’excitation de ce rendez-vous si proche de chez elle, si dangereux. Il était beau avec ses cheveux en bataille,  avec sa chemise usée par le temps, avec son visage aux traits si fins et son expression un peu candide. Mais Kaan était loin d'être bête, la princesse le savait. Il pouvait tenir des discussions intéressantes et semblait connaître les bases de l'étiquette. Il la salua d'une révérence un peu bancale ce qui fit gentiment sourire Nymeria, elle a qui ont a imposé l'étiquette depuis si petite, elle doutait même un jour de pouvoir faire semblant de ne pas la connaître. Le menton droit, la tête et le buste droit, le regard haut, jamais bas, les épaules en arrière, la prestance d'une princesse, tous les jours, tout le temps, du matin au soir, du réveil au couché, peu importe avec qui. C'était devenue sa nature, elle ne saurait plus se comporter comme une jeune femme normale. Elle était princesse de Vainui avant d'être elle-même. Mais avec ce jeune homme, elle se sentait différente. Il semblait voir au delà de l'étiquette, au delà des beaux habits, au delà du palais, de l'argent et de la royauté. Il semblait la voir elle. Et cela lui réchauffait le cœur.


-Nymeria… Tout le plaisir est pour moi, merci pour votre invitation. J’admets qu’un peu d’espace n’est pas désagréable pour une fois… non pas que vos gardes me gênent, j’en comprends la nécessité… Mais un peu d’intimité n’est pas désagréable.


La princesse était finalement épuisée par la présence constante de ses gardes. Elle les aimaient tous beaucoup, elle était proche d'eux, mais ne pouvait jamais vivre librement comme elle le désirait. Parfois, elle se dérobait à leur regard dans l'unique but d'aller admirer le paysage sans une multitude de personne autour d'elle. Voilà le paradoxe de la princesse, fille unique, jamais seule et pourtant, se sentant toujours si seule. Elle pouvait parler librement avec son père, celui-ci entendait ses demandes et comprenait son désarroi, mais il restait roi avant d'être père. Il y avait Brehn aussi, un jeune homme de la cours, son plus vieil ami. Avec lui, tout était simple. Lui non plus ne voyait pas qu'en elle la princesse qu'elle était. Il la connaissait en tant que Nymeria. Et Kaan lui faisait un peu cet effet là, elle se sentait normale, accessible. Mais jamais ils ne pourraient avoir de vraie relation, ni même de sentiments l'un envers l'autre. Mais la présence de ce jeune homme, issu d'un milieu si lointain du sien lui faisait énormément de bien.

-Accepterais-tu que l’on se tutoie si on est seul à seul ? En plus on n’est dans ton château donc on a rien à craindre, si ?

Nymeria resta silencieuse un instant. Le vouvoiement était une marque de respect au delà du protocole, ce sont les domestiques qu'on tutoies, les gens du peuples... et les amis. Kaan était-il son ami ? Qui était-il pour elle ? Que lui faisait-elle miroiter ? Elle acquiesça simplement, un léger sourire aux lèvres, presque gênée. Se sentait-elle prête à tutoyer ce jeune homme ? Elle avait l'impression qu'il était sur le point de chambouler son monde, mais il ne le devait pas. Elle devait à tout prix garder ses distances, même si cette présence chaleureuse lui faisait du bien. Elle était princesse et lui fils du peuple. Une amitié ne semblait pas impossible, mais si difficile cependant... Toujours en silence, ils se baladaient dans les jardins. Ces derniers étaient magnifiques, les domestiques venant de Gorka s'occupaient à merveille des plantes, Nymeria les enviait. Elle n'avait pas cette affinité avec la nature, l'eau était la sienne. Mais les fleurs et les arbres avaient tant à lui apporter, elle voulait en apprendre plus. Toujours plus. Malgré la nuit si noire, les couleurs qui animaient le jardins étaient vives, roses, rouges, oranges et jaune, son cœur était apaisée, Nymeria avait presque envie de se jeter dans les massif et de profiter de leur senteurs exquises. Elle ne dit rien pendant un long moment, marchant simplement à côté de Kaan. Le regard perdu sur les jardins qui semblaient interminables. De nouveau, le jeune homme brisa le silence. Sa voix était douce, réconfortante. Sans doute qu'elle aurait pu l'écouter parler pendant des heures et le regard ainsi à la simple lumière de la lune dont elle se sentait si proche. Il posa la question fatidique, celle à laquelle la princesse n'avait pas vraiment de réponse. Pourquoi l'avait-elle fait venir au juste ? De quoi voulait-elle discuter avec lui. Elle arrêta ses pas près d'un arbre qui la supplantait de plusieurs dizaine de mètre et posa de nouveau son regard sur Kaan.

«  Je n'ai pas de raison particulière pour vous... pour t'avoir fait venir. » elle esquissa un léger sourire avant de regarder de nouveau autre part. « Ta présence me fait du bien. Je ne sais pas ce qu'il se passe entre nous, et je ne sais pas non plus si tu le ressens ainsi. Mais mon cœur est tout chose quand tu es dans les environs. Et te parler librement, enfin ! C'est comme une bouffée d'être frais. » Elle reposa son regard perçant sur lui et prit une de ses mains dans les siennes. « Je t'ai fait venir par pur égoïsme, sans vraiment t'en laisser le choix. Si on vient à te trouver ici, tu sera sans doute en danger. Mais j'avais comme... comme ce besoin de te voir. Les jours passaient après notre rencontre et je pensais toujours un peu plus à toi. Je suppose que c'est ce que l'amitié fait. Mais je n'ai jamais vraiment eut d'ami comme toi. »



code by bat'phanie


Dernière édition par Nymeria Shöva-Drogon le Mar 19 Sep - 21:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kaan Yasi
impur


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 125
❝ Avatar : Aaron Taylor-Johnson
❝ Crédits : non dit

❝ Métier : Hors la loie
❝ Age : 20 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria ) Mer 10 Mai - 21:58

Elle était si charmante… Est-ce que mes goûts en amour ont été forgés par mon passé ? Est-ce ce qui m’attire chez elle ? Est-ce que c’est parce qu’elle est la représentation de l’ennemi que j’ai particulièrement envie de danser avec elle comme on aurait envie de s’approcher au plus de la mort par nos pulsions ? Elle est tout ce que on m’a demander d’haïr… Je pense que je suis quelque part attiré par Kolga par le même principe… Mais c’est un peu différent. Je me suis accroché à Ko car elle est l’opposé de Lyntha. Quelqu’un de simple qui est curieuse mais jamais à en devenir possessive… J’aurais pu lui cacher toute ma vie qu’elle m’aurait juste fait quelques scènes… Lyntha m’en aurait voulu à mort. Et Nymeria… C’était encore différent. Elle avait l’air si pure… Si douce… Si gentille… Et tellement proche de moi. La même enfance, le même dessein... Elle est mon reflet dans un miroir reflétant l'opposé direct. Je vois en elle mon échec ; mon enfance… Les heures d’étiquette, les cours de musique, les soirées mondaines, les grand repas… Mon échec à la cérémonie. Je rêve d’elle : aussi bien de sa personne que de ce qu’elle est devenue… J’aurais dû être ça pour le Sud. J’aurais dû la côtoyer dans les débats diplomatiques. Pourquoi a-t-il fallut que l'on se fiche de moi ?

« Je n'ai pas de raison particulière pour vous... pour t'avoir fait venir. »

Son sourire était une pure merveille ! Je la désirais tellement… mais je n’avais tellement pas le droit… Je devais garder mes bonnes manières.

« Ta présence me fait du bien. Je ne sais pas ce qui se passe entre nous, et je ne sais pas non plus si tu le ressens ainsi. Mais mon cœur est tout chose quand tu es dans les environs. Et te parler librement, enfin ! C'est comme… »
Une bouffée d’air frais ?

« … Une bouffée d’air frais. »

Je comprenais le moindre de ses mots comme s’il sortait de ma bouche. La différence était que moi je connaissais ce sentiment…

« Je t'ai fait venir par pur égoïsme, sans vraiment t'en laisser le choix. Si on vient à te trouver ici, tu seras sans doute en danger. Mais j'avais comme... comme ce besoin de te voir. Les jours passaient après notre rencontre et je pensais toujours un peu plus à toi. Je suppose que c'est ce que l'amitié fait. Mais je n'ai jamais vraiment eut d'ami comme toi. »

Comment lui dire… Comment lui expliquer… Est-ce que je peux seulement prétendre la comprendre vraiment ? Je jouais doucement avec ses doigts, délicatement sans la brusquer, en fixant le bleu de ses yeux. Le calme imperturbable de l’eau qui s’écoule… Deux saphirs au milieu de la pupille… son regard était d’une délicatesse rarissime.


« Nymeria… »

Je cherchais mes mots pour exprimer mon transport à son égard.

« Je sais très bien ce que représente le danger de venir ici. Et je suis venu en pleine conscience de cela… je sais que ma situation m’interdit d’être ici… encore plus d’être avec toi. »


Je m'avançai naturellement d’elle, rapprochant nos mains de mon torse, tremblant de la peur qu’elle me bannisse d’ici. Déglutissant, je lui dis doucement :

« Une amitié, même forte… n’entraîne pas ce genre de sentiments à l’égard d’une personne… »

Je soupirai, ne voulant pas la brusquer, fixant toujours son regard azuré.

« Si on était amis, on se serait vus en ville… Tu ne m’aurais jamais demandé de prendre autant de risques pour venir te voir… »

Peut-être que j’allais trop loin, mais je me devais de lui dire. Elle avait l’air si perdue avec ses relations amicales…

« Est-ce que tu ressens cette anxiété en toi ? »
Je croisai mes doigts dans les siens et serrai sa main.


« Arrives-tu à sentir les pulsions de mon cœur au travers de ma main tant il bat fort ? »


Je la recoiffai doucement glissant mon autre main derrière son oreille pour replacer une de ses mèches argentées.

« Je suis au regret de te dire que c’est une forme unique d’amitié liant deux personnes avec un sentiment beaucoup plus fort… »

Regardant le sol, voulant la dévorer des lèvres, je me résignai à la lâcher avec délicatesse.


« Mon statut social m’interdit de te le dire… » Je soupirai. « Mais sache que je le ressens pour toi, de la même façon que tu le ressens pour moi. Ton absence est un manque à mes jours, ton toucher un manque à mon corps et ta présence un manque à mon âme. »

Je ne lui avais rien dit et je ne le savais que trop bien : notre idylle était impossible… Serait-elle capable de pardonner mon franc parlé ? D’accepter mon noir dessein, celui de ne pas pouvoir l’embrasser ?

Quand bien même, pourquoi continuais-je à espérer ? Je ne suis que son ombre après tout… Un jouet sur lequel elle a jeté son dévolu car il ne la voyait pas comme une princesse mais bien comme Nymeria… Une jeune femme du Nord de 20 ans… ayant reçu une éducation noble et tous les tourments qui vont avec. L’existence même de notre relation, dans le fond, était une infamie. À mes yeux, elle ne sera que toujours trop par rapport à ce que je peux prétendre avoir… À ses yeux, je ne serais jamais que celui qui a su faire battre son cœur… pas celui choisi par son père. Quelque part, j’avais eu la chance de ne connaitre quasiment que Lyntha quand nous étions jeunes. Je me devais de m’attacher à elle car elle devait être ma future. Et à cette époque, j’avais eu la chance de ne pas connaitre le problème actuel auquel était confrontée Nyme… Même si je me rendais bien compte que je tenais trop au gens… Et entre autres, à celle qui parvenait à brouiller mon esprit au point d'avoir de l’attirance amoureuse pour elle.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria ) Lun 15 Mai - 18:19

UN RENDEZ-VOUS INNATENDU
12, dixième lune de l'an 836

«  Nymeria.... » La princesse se crispa un peu. D'abord le tutoiement, maintenant il s’appelait par son prénom. Des sentiments contradictoires se formaient en elle : la jeune femme était heureuse d'enfin être considérée comme une fille normale, pour autant, voilà que cette approche très directe, la sortant sans ménagement de sa zone de confort, la mettait mal à l'aise. Rien que pour avoir appelé la princesse de Vainui par son prénom, Kaan aurait pu être punit. Leurs mains se touchaient, Kaan jouait délicatement avec les doigts graciles de la princesse, celle-ci tentait de ne pas perdre pied, noyée entre une sensation de bonheur particulièrement forte et un agacement pur et dur vis à vis du protocole. Si seulement on ne lui avait pas bourré le cerveau avec l'étiquette qu'il fallait tenir en toute circonstance, peut-être serait-elle capable d'apprécier pleinement ce jeu de séduction auquel ils se livraient tout les deux. Il était venu tout en connaissant les risques de sa présence ici. Il était venu malgré tout. Peut-être parce que c'était la princesse qui le lui avait imposé. Aurait-il osé ne pas venir avec qu'elle, héritière du trône de Vainui, le conviait à un rendez-vous improvisé dans les jardins du palais de Lucrezia qu'elle habitait pour le moment ? Il s'empara des deux mains de la princesse, celle-ci retint un mouvement de recul. Ce n'était que Kaan. Il n'allait pas lui faire de mal. Il n'était pas mauvais. C'était elle qui l'avait convié. Mais bon sang, que faisait-il ? Les mains de Nymeria vinrent bientôt se poser sur le torse du beau jeune homme, seulement couvert de cette légère chemise. Il tremblait, son corps entier tremblait. Etait-il aussi mal à l'aise qu'elle ? Ou était-ce ainsi que son émotion s'exprimait ? « Une amitié, même forte.... n’entraîne pas ce genre de sentiments à l'égard d'une personne... »

Leur yeux ne s'étaient pas quittés un instant. Ils semblaient incapable d’échapper au regard de l'un et de l'autre. La princesse se permit une seconde de se perdre dans les yeux bleus du jeune homme, elle crut y distingué une cascade dont l'eau s'écrasait dans un bruit harmonieux, elle crut même ressentir l'humidité de cet endroit, bien protégé, endroit auquel elle était seule à avoir accès en ce moment, car il était caché dans les yeux de Kaan. Un havre de paix pour une fille bénie par la déesse de l'eau. Aurait-elle l'occasion de se rendre plusieurs autres fois dans cet endroit ? Elle s'y sentait bien. Elle ne s'y sentait pas seule. Elle était juste bien, elle ressentait qu'elle était là où elle devait être. Près de quelqu'un qu'elle aime et près de l'eau. Finalement, les prochaines paroles de Kaan virent la sortir de cet endroit si merveilleux, elle revint dans les jardins du palais de Lucrezia, avec lui. Elle savait que sa place n'était pas ici, elle le ressentait au plus profond d'elle même, Nymeria avait tellement peur que quelqu'un les surprenne, que quelqu'un s'en prenne à Kaan, que son père ait vent de cette balade nocturne.  Son cœur battait à tout rompre dans sa poitrine. « Si on était amis, on se se serait vu en ville... Tu ne m'aurais jamais demandé de prendre autant de risques pour venir te voir... Est-ce que tu ressens cette anxiété en toi ? » Nymeria la ressentait, il n'imaginait pas à quel point.

« Arrives-tu a sentir les pulsions de mon cœur au travers de ma main tant il bat fort ? »  Sur ces mots, elle comprit alors les gestes de Kaan. Elle comprit pourquoi il lui avait fait poser sa main là, tout près de son cœur à lui, sur son torse. Elle sentait les battement qui agitait son buste, elle les sentait bien, le sien de cœur, semblait battre à la même vitesse, ils semblaient battre tout les deux le même rythme, créer la même mélodie à travers leurs deux corps. Elle retira finalement sa main, restant silencieuse depuis un moment. Buvant les paroles de Kaan, laissant un air béat, à la fois charmée et étonnée se dessiner sur son visage. A quoi jouait-il ? Où voulait-il en venir ? Quand bien même Nymeria aurait des sentiments pour Kaan, ces derniers ne pourraient être viables. Quand bien même elle en aurait, elle devrait les supprimer. En avait-elle ? Selon Kaan, selon ses expliquations, oui. Mais la princesse ne s'était pas posé tant de question, elle avait simplement suivi son cœur, celui qui la poussait à vouloir revoir ce beau jeune homme aux cheveux ébouriffés. Il replaça avec une délicatesse certaine, une mèche rebelle qui se baladait depuis peu devant le visage de Nymeria. Elle n'avait toujours pas dit mot. Elle ne savait pas quoi lui répondre. Voilà qu'il lui posait beaucoup de question pour quelque chose qu'elle prenait tant à la légère. Non pas que ce jeune homme n'ait pas d'importance pour elle, mais jamais elle ne s'était imaginé qu'il pourrait en avoir autant. Il baissa finalement la tête, expliquant finalement que c'était une forme d'amitié bien plus forte qui liait deux être comme eux se liaient.

« Mon statut social m'interdit de te le dire.... Mais sache que je le ressens pour toi, de la même façon que tu le ressens pour moi. Ton absence est un manque à mes jours, ton toucher un manque à mon corps et ta présence un manque à mon âme. » Le cerveau de Nymeria fit un break un instant. Cet instant lui permit d'assimiler  le flux de parole non censée que Kaan venait de débiter. Venait-il d'insinuer qu'il l'aimait ? Elle ? La princesse, future reine de Vainui ? Elle s'en trouvait bien aise. Leurs mains s'étaient quittées depuis peu, Nymeria passa une main lasse sur son visage, tentant de remettre ses idées au clair. Elle posa finalement sa main près de son cœur à elle et releva la tête, croisant de nouveau ce magnifique endroit qu'étaient les yeux de Kaan. « Tu dis de belles choses, Kaan. » murmura-t-elle d'une voix mal assurée qui ne lui ressemblait pas. «  Mais même si tes propos étaient juste, cet amour... notre amour n'est pas viable. Il est proscrit, interdit. Je suis promise à un autre. Même si je ne le connais pas encore. J'ai renoncé à l'amour quand j'ai accepter le trône de Vainui. » Elle le regarda, cherchant ses réactions, elle ne voulait pas le brusquer, pas lui faire de mal. «  Je ne sais pas si je ressens tant de choses pour toi, je ne me suis jamais posé la question. Peut-être bien que je t'ai fait venir par simple egoisme, sans vraiment prendre conscience du risque que tu prenais, je n'ai jamais eu la moindre arrière pensée vis à vis de toi. » Elle prit délicatement la main de Kaan de sa main libre et vint poser celle-ci sur son autre main qui protégeait son torse. « Mon corps semble répondre à tes mots. Il semble me dire qu'en effet, il y a quelque chose. » Elle lâcha doucement la main. «  Mais c'est impossible. Je suis désolée. »



code by bat'phanie


Dernière édition par Nymeria Shöva-Drogon le Mar 19 Sep - 21:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Kaan Yasi
impur


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 125
❝ Avatar : Aaron Taylor-Johnson
❝ Crédits : non dit

❝ Métier : Hors la loie
❝ Age : 20 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria ) Mer 14 Juin - 20:16

Le verdict se posa sans laisser un quelconque espoir ni même une fenêtre de faiblesse. Elle maniait les gestes et les mots avec une facilité déconcertante. Elle se mentait à elle-même et je savais à quel point cela pouvait être douloureux. Peut-être que je tiens à elle simplement parce que je me vois en elle... Qu'est-ce que je faisais là ? J'avais tellement mieux à faire. Et pourtant ça me semblait important. Comme si quelque part, cette souffrance inévitable était un quelconque remède à mes tourments. Je ne savais que trop bien que c'était impossible. Et pourtant j'étais là. Est-ce que c'était un signe ? Est-ce que je m'étais imposé de venir ou avais-je simplement obéi à ses ordres ? Non je ne suis l'esclave de personne. J'ai combattu toute ma vie pour ma liberté, quitte à décevoir du monde. Pourquoi le monde était si compliqué ? Pourquoi ce que je ressens actuellement me rappelle les premiers jours avec Kolga ? Serais-je en train de perdre le contrôle de moi-même ?

Son toucher, sa peau, son regard... Chaque seconde me semblait une éternité. Non ce n'est pas moi, ça. Je suis un Yasi avant tout. C'est une Drogon. J'ai toutes les occasions du monde devant moi pour avoir une des informatrices les plus utiles que je n'aurais jamais et moi je laisse parler mes sentiments. Je laisse passer mon cœur avant mon éducation. Mon père me battrait pour un tel comportement. Le Sud avant tout... Le Sud avant tout... fermant les yeux pour me reconcentrer pendant plusieurs secondes, je replongeai mon regard dans ses yeux. Comment faisait-elle ? Pourquoi je n'arrivais pas à me concentrer ? Pourquoi est-ce que moi, Kaan Yasi, un des plus grands menteurs de Dahud capable de cacher n'importe quoi sous sa gueule d'ange, je suis pas capable de faire fi de mes sentiments bordel. Indifférence, c'est pourtant si simple. Je me sentais tellement différent. Comme affaibli par sa simple présence. J'avais l'impression que j'allais imploser. L'espace d'une seconde, je me dis qu'elle prenait presque plus de risques que moi. Après tout, je ne suis personne. Je suis simplement celui qu'elle a décidé d'inviter ainsi au fi du règlement. Je pourrais presque la faire chanter pour arriver à mes fins. Mais je m'en sentais incapable. Comme incapable de lui faire du mal.

Finissant par lâcher mon regard du sien je regardai le sol. Je devais passer à autre chose si je ne voulais pas que ça me détruise de l'intérieur. La voix faible, la mine triste je répondis doucement :

« Je le sais que trop bien... Ton destin et lié par celui que ton père choisira pour la politique du pays... Ni exception, ni déviation du chemin initial. »


Soupirant doucement, essayant de me résoudre à cette situation.


« Une relation vouée à ne pas exister. Dans aucun rêve. Dans aucun monde. Dans aucun cœur. »

Je touchai doucement sa joue du bout des doigts. Malgré que je m’efforçais à être le plus de marbre, mes yeux s'humidifiaient à mesure que je la regardais. La fixant dans les yeux comme un adieu à un monde que j'ai frôlé des doigts, je finis par répondre :

« Je suis désolé de vous avoir importunée, princesse de Vainui. »


Je voulais faire disparaître tout ça entre nous. Ne plus exister à ses yeux. Que je sois à jamais personne pour elle et que j'arrête de la fréquenter. Malheureusement, il n'y a que comme cela que j'ai réussis à oublier Lyntha. La démarche presque trop assurée, je viens mettre un genou à terre pour me retrouver inférieur par rapport à elle. Je détestais l'idée de me soumettre, mais si je voulais ne plus jamais être personne pour elle alors je devais faire comme tout le monde.

« Je vous promets de ne plus vous importunt princesse de Vainui. Je ne serais plus que votre obligé tant que vous le demanderez. »

Notre relation n'existe que de par ma compréhension d'elle. Si je deviens lambda pour elle, alors elle n'a plus aucune raison de me demander... À part si elle tiens trop à moi. Auquel cas je devrais me résoudre à vivre notre idylle dans la pureté de ses yeux. Et à souffrir en silence comme quelqu'un qui n'a pas la légitimité de se plaindre. Comme le monde veut que je sois : un exempt docile.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria ) Mar 20 Juin - 13:57

UN RENDEZ-VOUS INNATENDU
12, dixième lune de l'an 836

La nuit semblait s'être assombrie, et une brise fraîche s'était levée. Ce rendez-vous prenait une tournure inattendue. Nymeria se rendait compte de l'erreur qu'elle venait de faire, elle n'aurait jamais dû convier ce jeune homme, quand bien même cela lui faisait du bien. Qui était-elle pour s'autoriser à jouer avec le cœur d'un homme ? Elle avait renoncer à l'amour, certes, mais la princesse se devait de protéger ses sujets, et son attitude vis à vis de Kaan l'avait simplement blessé. Elle était perdue et un peu honteuse, beaucoup d'émotion venaient se rencontrer dans son esprit, d'un côté, la joie d'avoir revu ce beau jeune homme aux cheveux ébouriffés, de l'autre, la rancœur envers elle-même pour lui avoir fait du mal.

Il baissa les yeux, elle avait cru voir sa déception, ce bel endroit qu'elle avait visité quelques instants avant était devenu inaccessible, sombre. Kaan garda la tête basse, Nymeria tentait de rester stoïque, jouant presque l'indifférence. Qu’adviendrait-il de la relation maintenant ? Allaient-ils encore en avoir une ? Elle décida de laisser ce choix au jeune homme, s'il désirait toujours voir la Princesse, ils se verraient. Mais plus dans l'enceinte du palais. Ils ne se verraient qu'aux rares occasions où Nymeria posait le pied à Dahud, puisqu'il ne lui semblait pas que ce jeune homme soit de Vainui. « Je ne le sais que trop bien... » murmura-t-il finalement, «  ton destin est lié par celui que ton père choisira pour la politique du pays... Ni exception, ni déviation du chemin initial »

La réalité dite ainsi la frappa de plus belle. Elle n'avait jamais remit en question le fait de vouer sa vie à son pays, le fait de se marier par intérêt politique, mais lorsqu'elle se trouvait dans une situation pareille, elle se sentait terriblement misérable. «Mon fardeau est celui-ci Kaan... je ne suis pas maîtresse de mon destin.  » Et finalement, même si elle l'avait été, elle n'aurait sans doute pas choisi Kaan pour époux. Il n'était pas prince, pas Roi, si Andar n'était pas le décisionnaire, elle ferait en sorte d'épouser un bon parti pour le pays. Et Kaan n'en était pas un. Il était bien des choses, il semblait pouvoir apporté un semblant de normalité à la princesse, mais cette relation était vouée à l'échec. Nymeria ne pouvait se permettre de vouloir une vie normale : elle était l’Héritière. Beaucoup de ses citoyens rêveraient d'être à sa place, qui était-elle pour essayer d'obtenir une vie qui n'était pas la sienne ? Elle se sentait idiote et enfant, elle avait le sentiment d'avoir abusé de cet homme qu'elle appréciait tant.

« Une relation vouée à ne pas exister. Dans un aucun rêve. Dans aucun monde. Dans aucun cœur. » Il effleura sa joue du bout de ses doigts. Kaan finit par de nouveau la regarder et comme Nymeria le craignait, le si bel endroit qu'abritait ses yeux s'était assombris. Un blizzard orageux était devenu maître des lieux, la pluie semblait s'abattre. Il avait les yeux humide, le cœur de la princesse se serra. Que venait-elle de lui faire vivre ? Au delà de cela, il affichait un visage qui se voulait distant, lointain. Ils étaient physiquement proche l'un de l'autre, mais Nymeria avait le sentiment que les montagne de Sterenn les séparaient. Elle ne savait comment réagir, elle n'avait pas envie de ne plus jamais le voir. Mais si sa présence était trop douloureuse pour Kaan, elle accepterait la situation. Telle était son destin. Elle refusait de représenter une menace, ou une douleur pour qui que ce soit. Mais cela ne dépendait pas tant d'elle.

« Je suis désolé de vous avoir importuné, Princesse de Vainui. » Nymeria fronça les sourcils. Voilà qu'il la nommait de nouveau par son titre, plus de tutoiement, plus de ''Nymeria''. Princesse. Elle retrouvait sa place initiale, une place où elle se trouvait à milliers de vallées enneigées de la où était Kaan. Elle baissa un moment les yeux, blessée à son tour par un tel changement de comportement. A croire qu'elle aimait bien finalement, qu'un jeune homme du peuple lui parle d'égal à égal. Kaan plia le genoux devant elle. Le voilà physiquement en position inférieur. La princesse avait horreur de cela. Elle ne broncha pas, écouta simplement ce qu'il avait à dire tout en gardant les yeux fixés sur le haut du crâne du jeune homme.

Il promit alors de ne plus l'importuner, de n'être là que si elle venait à le demander. Nymeria soupira et après une légère hésitation, elle vint plier le genoux près de lui, se remettant à son niveau. La princesse posa doucement ses mains contre les joues du jeune homme afin de lui faire relever la tête.

« Je suis celle en faute dans cette histoire. Pardonnes moi de ne pas avoir compris le danger de cette situation, de cette relation. Je ne te ferais point mander si tu ne désires point me voir. » elle reprit sa respiration avant d’enchaîner, d'une voix hésitante «  Je suis celle qui t'importune en ce moment, n'inverse donc pas les rôles. Pardonnes moi. Le mal qui te ronge... il n'était pas voulu. » La princesse se releva et invita Kaan à faire de même. «J'espère que nous nous reverrons. J'espère que ton esprit se serra apaisé à ce moment. Au revoir, Kaan. »  Puis elle lui tourna le dos, sans autre forme de procès.


code by bat'phanie
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




~#~Sujet: Re: Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria )

Revenir en haut Aller en bas
Un rendez vous inattendu ( PV Nymeria )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Archives :: Corbeille-
Sauter vers: