AccueilAccueil   Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des Terre, des Eau et des Innocents
Merci de favoriser les PV, scénarios et pré-liens !
Intrigue n°2
La deuxième intrigue a vu le jour
Pour savoir ce qui va se passer entre les régions, c'est par ici !

Partagez|

I knew you were trouble ☙ avec Willas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Chenoa Ismor
néophyte


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 402
❝ Avatar : Kendall Jenner
❝ Multi-Compte(s) : Styx Frasier, Khorde Ergorn & Rhenis Kunan
❝ Crédits : meteors (ava) ; Frimelda (sign)

❝ Métier : fille de joie à la maison Ismor
❝ Age : 18 ans.
❝ Niveau : 1


~#~Sujet: I knew you were trouble ☙ avec Willas Lun 23 Oct - 4:33


Elle s’est enfoncé discrètement dans la nuit noire, la prostituée juvénile qui créchait dans les quartiers sud de la cité à la fois majestueuse et horrifiante qu’était Lucrezia, le coeur même de Dahud. Dans sa robe flavescente, sous la lueur vespérale de la lune, elle serpente dans les rues caligineuses comme un fantôme. C’est que depuis que les dieux ont apaisé leur colère, ramenant le temps clément sur les régions d’Oranda, les clients qui affluaient au bordel chez Ismor ne sont plus aussi nombreux.
I knew you were trouble
septième jour de la quatorzième lune de l'an 836
La vérité, c’est qu’elle s’ennuie. Attendre les clients dans la grande salle du bordel n’est pas ce dont elle a envie ce soir. Parce qu’elle est jeune Chenoa. Jeune et impétueuse. Elle aime croire qu’elle n’a peur de rien. Et même si elle se met bien trop souvent les pieds dans les plats avec cette tendance qui est la sienne, ça ne l’empêche pas de recommencer encore et encore.

La nuit, c’est le moment qu’elle préfère. Cette obscurité qui amenait avec elle cette ambiance propice aux secrets, aux plaisirs et à l’ivressse. Peut-être que cette engouement pour les ténèbres est l’héritage d’avoir vécu dans un tel établissement toute sa vie durant… Les clients affluaient bien à tout moment de la journée chez Ismor, mais les filles de joie passaient bien souvent leurs journées à procrastiner, à jouer aux cartes, aux dés ou à faire des emplettes pour Yasthyl. C’est seulement après que l’astre brûlant de Malaggar se soit échoué derrière les montagnes de Sterenn que la frénésie se faisait sentir, que la rue des plaisirs s’éveillait. Même enfant, blottie dans les draps de son lit dans les combles du bordel, observant la lune à travers cette étroite fenêtre, Chenoa ressentait ce vertige, cette sensation grisante lorsque l’heure de la débauche était arrivée.

C’est tout ce qu’elle a connu. Cette vie d’euphorie, de délices, de prospérité où les cadeaux dispendieux affluent, est la seule chose qui ait été à sa portée depuis toujours. Ça lui a semblé être une évidence lorsqu’on lui a demandé de décider ce qu’elle allait faire de sa vie : continuer à vivre chez Ismor et vendre son corps, ou voler de ses propres ailes dans le monde cruel et impitoyable où elle finirait probablement par mourir. Chenoa ne se voilait pas la face : elle n’avait rien ni personne. Personne d’autre qu’Ariel et Yasthyl. L’exempte et le maître de la maison avaient veillé sur elle toute sa vie. Ariel était comme une sœur et Yasthyl, comme un frère, ou un père même…

Aussi, assoiffé d’aventures et d’adrénaline, Noa a quitté le quartier sud. La plupart des hommes en recherche de sa concupiscence arpentaient habituellement les rues du peuple du Feu, mais tous les hommes sont sensibles à ses charmes. Elle n’aura qu’à passer la nuit dans une auberge avec celui qu’elle parviendrait à séduire…

Elle ne tarda pas à trouver satisfaction. Un grand homme au début de la trentaine, passablement éméché. En l’observant, son cœur se serra un bref moment à la pensée qu’il partageait plusieurs caractéristiques physiques avec le père de son enfant. Presque quatre lunes sont passées depuis la naissance de son fils et elle n’a toujours pas retrouver la fille de l’accoucheuse qui devait le vendre. Tous les jours, Chenoa se demande ce qu’il peut bien être advenu de l’enfant. Graduellement, Ça prend une toute autre signification. Ça n’est plus seulement un enfant indésiré, mais la chair de sa chair. Et même si elle n’est pas prête à être mère, elle doit le voir, s’assurer qu’elle a pris la bonne décision…

Tous sourires, elle discuta de longues minutes avec le brun sur qui elle avait jeté ton dévolu, s’apprêtant à enrouler son bras au du sien pour se diriger vers un recoin sombre où ils pourraient laisser libre cours au désir qui les tenaillait, lorsque ses sens l’avertirent d’une présence dans son dos.

@Willas Callace

______________________


   
   

       

           

       

              corps contre corps, main dans la main,
      plus rien n'existe, plus rien de rien,
      quand je te tiens du bout des doigts
      pour te ramener contre moi...
      ©️ Frimelda


Dernière édition par Chenoa Ismor le Ven 27 Oct - 20:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: I knew you were trouble ☙ avec Willas Mer 25 Oct - 22:24


I knew you were trouble


Ce n'est pas normal. Pas normal du tout. Je me sens tout drôle. Un sentiment d'effroi, d'inquiétude. Je suis terriblement nerveux ne sachant pas me tenir, comme s'il me manque quelque chose ou peut-être quelqu'un. Je fixe le feu de mon foyer essayant de me faire à l'idée que je ne suis pas responsable. Que je ne peux pas décider de son sort ! Qu'elle a pris une décision !

Pourtant, elle fonce tout droit vers la déchéance, une vie terrible et souffrante. Non, ce n'est pas une vie et à son jeune âge...C'est complètement grotesque de croire au bonheur avec un tel métier. Si on considère cela comme un métier...Oui, je l'accorde, c'est un moyen de survivre, mais pas quand nous avons quelqu'un qui est prêt à vous sortir de cette situation.

Je ne peux compter le nombre de fois que j'ai tenté de lui faire entendre raison. Que je ne la prenais pas en pitié ! Que ce n'est pas un échec de demander de l'aide. Que c'est tout à fait normal et que cela me fait plaisir de prendre soin d'elle. Qu'elle retrouve une vie descente....

Elle a fait un choix...le mauvais choix.

Cela plusieurs jours de cela. Plusieurs jours que je ne la vois plus, comme si elle me fuyait...

Ou peut-être pire, qui lui est arrivé quelque chose. Je ne me le pardonnerais pas. Je suis peut-être coupable, alors. Coupable de l'avoir propulsé dans les griffes de la nuit. Mes intentions étaient sincères, mais ayant toujours vécu seule, me voir tenter d'entrer dans sa vie l'a effrayé. Non, je ne me le pardonnerais pas...

C'est pourquoi je ne peux pas rester ici et ne rien faire. Je dois la retrouver et m'assurer qu'elle va bien. C'est bizarre, mais j'ai ce besoin de la voir. Je refuse que cette demoiselle se retrouve à faire ce genre de chose pour un peu de nourriture. Pas à son âge...

Je m'abrille de ma cape et quitte mon domicile sans hésitation.

La nuit tombe et les rues du sud deviennent désertes, mais je ne vois aucune trace, aucun indice. Faut-il que je change de quartier ? Habituellement, c'est ici qu'elle se promène, qu'elle cherche des clients. A-t-elle changé d'endroit ?

Apercevoir les étoiles illuminer le ciel m'effraie de plus en plus. C'est dans cette période de la nuit que les hommes sont de plus en plus propices à ce besoin charnel. Absorbés d'alcool, ils n’ont aucune barrière pour un peu de chaleur humaine, même si cette chaleur est donnée par une gamine de moins de 20 ans.

Mes pas m'amènent dans l'est, près d'une auberge dont je suis souvent intervenu pour des batailles de soûlons. Je passe rapidement près des tables, cherchant un doux visage, des traits fins, mais personne n'y correspond. Je commence à désespérer et à me trouver ridicule. Pourquoi chercher une personne qui vous fuit, qui vous repousse ? N'ai-je pas assez vécu des situations de ce genre pour comprendre le message?

Je suis entêté, je le sais, mais il faut bien me rendre à l'évidence...

Oui, je m'apprête à abandonner mes cherches, m'avouer vaincue.

C'est en rebroussant le chemin que je la vois...accompagnée. Dans une petite ruelle, à l'abri des regards, cherchant un coin tranquille. Je suis arrivé à temps.

Un homme grotesque et complètement idiot...Il me dégoûte.

Une montée de colère. Ma main saisit aussitôt le manche de mon épée.

Oh oui, je vais intervenir...

Je les suis, fixant attentivement celui qui a osé jeter son dévolue sur elle...Caché dans la noirceur, j'ose me présenter.

"Lâchez cette demoiselle, immédiatement !"

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Chenoa Ismor
néophyte


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 402
❝ Avatar : Kendall Jenner
❝ Multi-Compte(s) : Styx Frasier, Khorde Ergorn & Rhenis Kunan
❝ Crédits : meteors (ava) ; Frimelda (sign)

❝ Métier : fille de joie à la maison Ismor
❝ Age : 18 ans.
❝ Niveau : 1


~#~Sujet: Re: I knew you were trouble ☙ avec Willas Ven 27 Oct - 20:55

La plupart des gens croyaient qu’elle était - tout comme sa genre amie Ariel - une Exempte, une esclaves qui obéissait aux ordres de son maître, Yasthyl Ismor, une petite créature prisonnière qui était devenue une favorite de son patron qui l’avait prise en favorite en lui donnant son nom. Pourtant, Chenoa n’était pas un de ces êtres que les dieux avaient abandonnés… elle n'avait simplement pas passé la Cérémonie. Malgré tout, elle sentait des facultés s’élever en elle. Timidement, une marque était apparue sur son avant-bras.
I knew you were trouble
septième jour de la quatorzième lune de l'an 836
Tarlyn l’avait gratifiée d’une capacité à ressentir le danger, à ressentir les présences importunes, même quand elle ne les voyait pas. Là, dans la ruelle, alors que son amant d’un soir effleurait les longues mèches de sa chevelure sombre, alors qu’il s’apprêtait enfin à poser ses mains sur son corps frêle, elle ressentit une présence bien avant d’entendre le feulement de l’épée qu’il tirait de son fourreau.

« Lâchez cette demoiselle, immédiatement ! » La voix est familière. Le pauvre homme sur qui la jeune catin avait jeté son dévolu écarquille les yeux, reprenant ses mains comme si sa vie en dépendait.

Noa fait volte-face et avant même qu’elle n’aie eu le temps de placer un mot, elle sait que son gagne-pain a détalé. La jeune fille pose alors un regard noir sur la silhouette qui s’est approché dans les ténèbres de la nuit, dans la ruelle isolée où elle avait espéré ouvrir les cuisses pour accueillir cet homme, s’essouffler pendant quelques minutes pour oublier les tourments qui la préoccupent réellement. Et elle reconnaît cette crinière de cheveux brun chocolat, ce regard empli d’une gentillesse toute désintéressée et cette carrure solide mais douillette. Willas… Visiblement, l’homme de l’est semble décidé à lui mettre des bâtons dans les roues. Chaque fois que la brunette prend le risque de s’aventurer dans rues de Lucrezia depuis cette première fois où il l’a arrachée des griffes de trois ivrognes qui allaient s’en prendre à sa pudeur, chaque fois il est parvenu à chasser les hommes qui l’accompagnaient.

Willas lui évoquait un grand frère. Pas qu’elle en ait eu - elle n’avait connu ni sa mère ni son frère, et n’avait jamais su si elle avait une fratrie quelque part dans la cité-reine ou à Sezni… mais chaque fois qu’elle imaginait le rôle d’un grand frère, elle apercevait un homme comme Willas Callace. Un grand protecteur rempli de bonnes intentions qui veillerait toujours au bien-être des personnes qu’il aime, même s’il doit le faire à leurs dépens. Il était tombé des nues, le soldat, quand il avait appris qu’une si jeune fille vendait délibérément son corps dans une maison de débauche du sud de la ville. Et même s’il n’avait pas encore osé mettre un pied dans le bordel - ça ne plairait guère à Yasthyl d’ailleurs -, il talonnait la petite dès qu’il en avait l’occasion, tentant de la ramener dans le droit chemin.

Ça avait le don d’irriter l’adolescente qui ne comprenait pas que tout le monde soit déterminé à ce point de la sauver d’un destin qu’elle avait choisi. Elle était bien là où elle était. Jamais elle n’avait voulu dépendre de qui que ce soit pour se sustenter. Le soldat Terre lui avait bien offert de l’héberger, mais la fille de joie persistait à lui filer entre les doigts dès qu’elle le pouvait. Chez Ismor, Chenoa travaillait. Elle gagnait son toit, elle gagnait son pain, et elle était libre de ses mouvements. Et elle était heureuse la plupart du temps. L’unique tracas qui la rembrunissait depuis un moment, c’était cet enfant qu’elle avait confié à une autre et qu’elle voulait voir juste une fois. Ça, la jeune fille n’en parlait à personne - pas même à Ariel -, mais c’était le cauchemar qui la hantait dès qu’elle se risquait à fermer l’œil, c’était l’unique tourment qui venait secouer la barque tranquille sur laquelle elle coulait son existence depuis plusieurs années.

« Sir Willas… maugréa-t-elle en levant le regard vers ses prunelles sombres. Vous avez fait fuir mon nouvel ami. C’est pas très louable de votre part. À cause de vous j’aurai pas ma pécule. » Elle lui adresse une lippe boudeuse, une petite ride barrant son front.

@Willas Callace

______________________


   
   

       

           

       

              corps contre corps, main dans la main,
      plus rien n'existe, plus rien de rien,
      quand je te tiens du bout des doigts
      pour te ramener contre moi...
      ©️ Frimelda


Dernière édition par Chenoa Ismor le Lun 27 Nov - 1:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: I knew you were trouble ☙ avec Willas Mar 14 Nov - 7:02


I knew you were trouble


Ma main...

Mes muscles étaient si contracté que la friction de ma peau contre le cuir, me brûlait. Je grognais presque tel un chien impatient dans son désir de protéger son maître. Intervenir afin d'empêcher le pire à celui qu'il affectionne. Savoir que celui-ci court un grave danger le met hors de lui. Oui, un véritable chien de garde avec qu'une idée, un souhait en tête...

L'idée première était de foncer, sans prendre le temps de m'annoncer. Non, j'aurais souhaiter le surprendre et exprimer ma colère envers celui qui ose toucher une si jeune demoiselle.

Non, je n'ai pas osé. J'ai opté avec la menace.

Je le regardais avec dédain. Il avait presque deux fois son âge. Mon âge...

Je secouais la tête refusant de croire qu'un homme de ma maturité soit aussi insouciant pour se laisser entraîner un crime aussi puéril. Oui, je considère ceci comme un crime. Salir la jeunesse, la pureté et l'innocence d'une demoiselle pour quelques sous. Il y a rien de plus écoeurant.

La honte pour les gens de mon espèce qui ne pensent qu'à leur plaisir et non les conséquences de leur geste.

C'est pourquoi j'en pose un en me manifestant d'une voix forte et colérique.

Un homme indécent et aucunement le courage de m'affronter.

Une simple voix caverneuse l'a effrayé. C'est qu'il n'était pas digne de rencontrer mon épée, ni mes poings.

Non, c'est, plutôt le visage irrité de la demoiselle que je rencontre. Je pris cet instant pour sortir de l'ombre gardant toujours les traits de mon visage aussi dur et irascible. Elle a rapidement compris qui s'y trouvait. Ce n'est point la première fois que j'utilise mon autorité et la menace afin de la sortir de situation gênante.

Elle est complètement aveuglée par cette bande de profiteur. Ceux qui l'utilisent l'a considérant comme du bétail. Tout ce qu'elle voit c'est la récompense et non l'acte. Considéré son corps comme un moyen d'échange pour atteindre l'objectif de ses protecteurs. Je me dois de changer cette mentalité. De devenir son protecteur.

Je ne la perdais pas des yeux la fixant avec fermeté.

" Votre ami !? Allons, ma chère. Vous ne pouvez considérer cette homme comme un ami. Vous le connaissiez à peine. Un ami souhaite votre bien et votre bonheur. Ce qui l'intéresse c'est ce que vous êtes, non ce que vous lui faites..." terminais-je avec une timbre de voix plus doux et un regard tendre.

Oui, je m'inquiète énormément pour elle et je me considère comme une personne ressource. Une personne sur qui elle peut compter, mais elle me voit comme une nuisance.

Je me permis de regarder au-dessus d'elle un instant afin de m'assurer que cet être qu'elle ose nommer ami a bel et bien quitté les lieux. Ma main était toujours agrippé à mon épée, prêt à m'en servir.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Chenoa Ismor
néophyte


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 402
❝ Avatar : Kendall Jenner
❝ Multi-Compte(s) : Styx Frasier, Khorde Ergorn & Rhenis Kunan
❝ Crédits : meteors (ava) ; Frimelda (sign)

❝ Métier : fille de joie à la maison Ismor
❝ Age : 18 ans.
❝ Niveau : 1


~#~Sujet: Re: I knew you were trouble ☙ avec Willas Lun 27 Nov - 1:58

C’était cette même innocence que Willas cherchait si ardemment à protéger, cette apparence juvénile, cette absence de courbes sur son corps frêle qui attirait la plupart de ses clients. La majorité d’entre eux faisait le double de son âge, mais ça n’avait jamais beaucoup dérangé la jeune fille.
I knew you were trouble
septième jour de la quatorzième lune de l'an 836
Elle s’était accoutumée à voir les jeunes femmes fréquenter des hommes plus âgés. Après tout, elle avait grandi dans le milieu de la prostitution. Elle n’avait été violentée qu’une fois, et elle travaillait à sa vengeance. Yasthyl, Ariel et la mère maquerelle veillaient sur elle. Et l’acte en tant que tel n’avait rien de désagréable.

Du haut de ses dix-huit années, Chenoa Ismor arborait une longue chevelure aile de corbeau, de grands yeux de biche remplis d’une candeur bien feinte, de longues jambes transcendantes à la peau olivâtre, une stature mince, une derrière suffisamment rebondi, une poitrine à peine dessinée, une visage à la fois doux et espiègle, une enfance à peine terminée… et sur son bras gauche se dessinait un pâle tatouage brunâtre qui se confondait presque avec sa peau, qui passait fréquemment pour une tache de naissance. Aussi, on le croyait parfois Exempte, on la croyait parfois Innocente, mais une chose était sûre, c’est qu’on cherchait sans cesse à la surprotéger, à la sauver d’un destin qu’elle avait bien choisi.

Maintes et maintes fois on lui avait donné l’opportunité de partir. De nombreuses personnes avaient croisé sa route, lui avaient offert un sort plus honorable, plus louable, mais tant que ça n’incluait pas une vie à Gorka, Noa n’en voulait pas. Et ses rêves les plus secrets de se retirer sur les terres de Tarlyn, elle n’en parlait que rarement, et pas à n’importe qui. Elle devait y arriver seule. L’enfant et l’argent que la fille de l’accoucheuse devait obtenir lui assureraient un passage vers l’est, mais elle doutait maintenant de sa décision. Cet enfant auquel elle avait donné la vie changeait la donne, qu’elle le veuille ou non…

Le garde Terre la dévisagea avec une outrance à peine dissimulée. « Votre ami !? demanda-t-il d’un ton indigné. Allons, ma chère. Vous ne pouvez pas considérer cet homme comme un ami. Vous le connaissiez à peine. Il marque une petite pause avant de poursuivre d’un ton adouci. Un ami souhaite votre bien et votre bonheur. Ce qui l’intéresse, c’est ce que vous êtes, non ce que vous lui faites… »

Noa aimait créer le malaise chez ceux qui s’approchent de trop près, chez ces hommes qui croiyaient avoir tout compris et qui s’entêtaient à essayer de la sauver de ce destin funeste qu’ils entrevoyaient pour elle… « Vous vous envoyez souvent en l’air, Sir Willas ? l’interrogea-t-elle, le regard rivé au sien. Ça n’a habituellement rien de désagréable pour les gens impliqués. Je ne m’intéressais pas davantage à qui il était, surtout aux pièces qui cliquetaient dans sa bourse. Elle lui adressa un œil pétillant de plaisir. Si vous continuez à me suivre partout pour me mettre des bâtons dans les roues, je pourrai pas ramasser les pièces dont j’ai besoin pour payer mon dû à Ismor. Si j’paie pas, on me foutra à la porte. »

Bien sûr que cette affirmation était fausse. Yasthyl Ismor n’était pas seulement le propriétaire du bordel où travaillait la frêle Chenoa, il faisait aussi office de figure paternelle à la jeune femme depuis sa plus tendre enfance. Si le tenancier faisait preuve de sévérité envers ses autres filles, tout passait pour la brunette. Un battement de cils, une moue boudeuse et l’homme était à sa merci. La plupart des prostituées ne voyaient pas sa relation avec Yasthyl d’un très bon œil, mais Noa n’avait rien à faire des médisances à son sujet.

« Je fais comment, moi, si j’travaille pas ? »

@Willas Callace

______________________


   
   

       

           

       

              corps contre corps, main dans la main,
      plus rien n'existe, plus rien de rien,
      quand je te tiens du bout des doigts
      pour te ramener contre moi...
      ©️ Frimelda
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé




~#~Sujet: Re: I knew you were trouble ☙ avec Willas

Revenir en haut Aller en bas
I knew you were trouble ☙ avec Willas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Archives :: Corbeille-
Sauter vers: