AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Renouveau
Le forum rouvre enfin après une très longue MAJ qui a vu beaucoup de changements
Pour en savoir plus, c'est par ici
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des hommes, merci de privilégier ce sexe qui est en infériorité numérique
Nous recherchons également des Terre, n'hésitez pas à favoriser les PV, scénarios et pré-liens !
Recensement
On vous rappelle qu'un recensement est en cours, vous avez jusqu'au 8 novembre pour y répondre
Vite vite vite !

Partagez|

SOS d'un Orandien en détresse - Ft Willas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: SOS d'un Orandien en détresse - Ft Willas Jeu 5 Oct - 3:21


« SOS d'un Orandien en détresse »
Willas & Sandro

Une fois n'était pas coutume, le jeune Sandro avait décidé d'aller faire un peu d'équitation. Il était un noble, il savait très bien monter à cheval et ce depuis très petit. Il avait aussi toujours aimé cela, d'ailleurs. Sandro était un homme réellement bon autant avec les humains qu'avec les animaux avec qui il avait généralement un très bon rapport. Bien évidemment, il n'était pas un fils de la terre mais de l'eau et par conséquent il n'avait pas le pouvoir de se faire obéir par eux à sa guise mais tout de même, il aimait bien les caresser, les nourrir, s'occuper d'eux... Comme il vivait en plein coeur du quartier nord de Lucrezia, il ne pouvait pas vraiment avoir une écurie pour s'occuper d'un cheval du coup il se rendait souvent à une qui se trouvait un peu excentrée de la ville, proche de la plus grande rivière de Dahud. À Vainui, le jeune défenseur avait sa propre monture, un magnifique cheval blanc mais ici, il se contentait volontiers de ceux de l'écurie. Même lorsqu'il ne voulait pas monter, il aimait bien venir pour voir les bêtes ou même pour se détendre proche de la rivière.

Sandro se plaisait vraiment en ville mais il ne pouvait pas nier que cela était bon pour l'esprit de parfois venir se vider les idées dans des endroits un peu moins... urbanisés. Surtout qu'en ce moment, suite à la célébration du mariage de Brehn et Nymeria en ville, des tas de touristes étaient venues du monde entier et démultipliaient le nombre de personnes en ville. C'était certes excellent pour les affaires du jeune Galanis puisque des tas d'aristocrates venaient à lui pour qu'il puisse les aider à régler des affaires et des problèmes "juridiques" mais du coup, c'était agréable de s'éloigner un peu de ce brouhaha incessant. Il avait de la chance que son nom le précède et donc les affaires venaient naturellement à lui ce qui lui permettait de ne pas avoir à chercher les bons tuyaux pour gagner sa vie. Son père était un grand défenseur avant lui, tout comme le père de son père et ainsi de suite... Ainsi, même si sa famille avait travaillé à Vainui, il n'avait aucun problème à se faire pas mal de clients ici, d'autant plus que les plus riches cherchaient généralement des noms connus, des grosses têtes qui pourraient les aider à obtenir exactement ce qu'ils désiraient et il n'y en avait pas des tonnes en villes. En conséquence, le jeune Galanis disposait d'une assez belle réserve d'argent qui ne demandait qu'à être utilisée. Très dépensier, il n'avait généralement pas de problème pour cela et il se permettait généralement de payer gracieusement les gens à qui il demandait des services. Il n'était absolument pas radin, bien au contraire. Sandro aimait faire attention aux gens qui pouvaient croiser son chemin.

Assez insouciant, il ne se doutait pas forcément que des gens pouvaient être bien moins bien attentionnés à son égard, surtout que son renom dans son domaine pouvait ne pas l'aider à se faire des amis. C'était le cas de ce petit groupe d'extrémiste du feu qui le suivait depuis un moment sans qu'il n'y fasse vraiment attention. Sandro était très libéral et n'avait aucun mépris pour les autres éléments ni même pour les exempts. Du coup, il n'avait pas de ressentiment quant à l'idée de se promener dans toute la ville librement. Après tout, c'était son droit ! Toutefois, ce petit groupe d'extrémiste du feu n'avaient pas aimé voir le fils de l'eau déambuler dans leur quartier quelques jours plus tôt et avaient décidé de le lui faire payer. Fidèle à lui même, ne pensant pas qu'on pouvait lui vouloir du mal, Sandro n'avait pas vraiment vérifié ses arrières et n'avait pas vu ce petit groupe constitué de 5 personnes le suivre alors qu'il prenait le chemin de l'écurie. Il marcha pendant un bon moment avant d'arriver dans cet endroit complètement excentré qui donnait presque l'impression d'être dans une autre partie du monde tellement que cela différait de l'habituel paysage urbain de Lucrezia. Sandro salua le fermier qu'il commençait à connaître à force de venir et ils échangèrent quelques banalités avant que finalement Sandro ne le paie pour lui emprunter un cheval quelques heures tout au plus. Comme à son habitude, le défenseur le paya bien plus que nécessaire et insista pour que le fermier prenne tout, prépara et harnacha son cheval avant de grimper dessus et partir au trot le long de la rivière histoire de se balader.

Rapidement, ils s'éloignèrent de l'écurie et Sandro décida de se laisser aller en allant au galop. Vêtu d'une tenue très noble, une tunique bleu marine et brodée avec de l'or et d'une cape assortie (comme ça), Sandro faisait très bourgeois mais la tenue restait assez confortable pour qu'il puisse se sentir bien sur sa monture. Fendant les airs, sa cape volant au gré du vent, le jeune fils de l'eau passait vraiment un bon moment. A côté de lui, la rivière s'étendait et l'eau se faisait de plus en plus claire et belle à mesure qu'ils s'éloignaient de la ville. Le soleil lui donnait une très jolie teinte et rendait le tout encore plus agréable. Après une bonne séance, Sandro décida de faire une halte. Il laissa le cheval brouter non loin de lui pendant qu'il s'installa sur l'herbe fraiche juste au bord de l'eau. À ces yeux, à ce moment précis, rien ne pouvait gâcher cette journée tant elle avait l'air parfaite. Il n'avait aucune idée de ce qui allait se passer d'ici peu de temps. La suite des évènements allait très certainement être bien plus mouvementée qu'il ne l'aurait cru.


 

HJ:
 

 
© Belzébuth
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Willas Callace
confirmé


❝ Message : 55
❝ Avatar : Matthew Porretta
❝ Crédits : Doudou

❝ Métier : Soldat de Dahud
❝ Age : 45 ans
❝ Niveau : 6


~#~Sujet: Re: SOS d'un Orandien en détresse - Ft Willas Mer 18 Oct - 8:07


SOS d'un Orandien en détresse


Si je peux m'éloigner un peu de la ville...

Tous ces gens qui festoient sans compter, montrant leur argent et leur puissance...

Ce n'est pas que je suis asociale. Non pas du tout. J'ai simplement ce besoin de me ressourcer quelques fois et me retrouver en pleine forêt. Le rythme incessant de la ville me fatigue. Voir les gens courir après leur pain désirant toujours plus, toujours trop. Et cette injustice qui me frappe, chaque jour. Les plus grands, les plus riches s'en sortent laissant les plus faibles sans recourt. Oui, je me suis engagé afin de protéger Dahud, mais il m'arrive de penser me rebeller contre les règles. Sortir de cette alliance et partir sans réfléchir où je pourrais m'arrêter. Rencontrer d'autres types d'individus, d'autres races et cultures. Mener ma vie comme je l'entends et non pas sous la tutel de mon chef, des ordres des Grands. Ce serait tout une aventure.

Toutefois, je dois me faire à l'évidence; ce n'est qu'un rêve pour le moment. J'ai encore à faire ici. Ces gens ont besoin de moi, de mon aide. Je ne peux pas quitter Dahud et laisser mon peuple, mon ami Jackwen...

Plus j'y pense, plus je me sens égoïste. Oser ignorer ses tentatives d'approches en mon égard. Oui, il a commencé. Il a refusé catégoriquement de me parler à mon arrivé. Le voir aussi distant et déclarer ne pas me connaître, cela m'a brisé le coeur. Pourtant, faut-il que j'en fasse autant ? Oui, au départ, j'avais cette soif de vengeance, mais de me voir aussi mesquin et rancunier envers une personne que j'aime, c'est ignoble. Cet homme; je le connais depuis ma tendre enfance. Cela pèse dans la balance.

Et Saskia...Simplement dire son nom me torture...Elle, c'est tout autre chose; je dois l'oublier. Tenter d'effacer son visage de mes pensées. C'est insensé de croire à un avenir, à un espoir. C'est peine perdue. J'ai entendu sa réponse. Alors, pourquoi imaginer le contraire. Une possibilité...

Non...Tout cela...Tout cela dans ma tête. C'est trop.

J'ai besoin d'air.

" Je pars à la rivière !" dis-je tout haut à mes confrères. Ils sont tous aussi surpris que moi de me voir marcher aussi rapidement vers l'écurie. Prendre l'initiative du choix de ma ronde est une première. Habituellement, je laisse la politesse prenant souvent celui que les autres redoutent. Pas cette fois...

Ils me regardent tous béas. Personne tente de répliquer ou me retenir. Déjà sur mon cheval je franchis le marché prenant le chemin pour la rivière. Je ne regarde personne. Je fixe l'horizon voulant arriver à mon havre de paix le plus tôt possible.

Malheureusement, mes réflexes ont eu raison de moi.

Un groupe d'individus rôdent autour de l'écurie du vieux fermier. Il fallait être fou pour les croire innocents. Non, ils sont tout le contraire. Je garde mes distances demandant à mon cheval de ralentir. Pourquoi ceux-ci veulent-ils s'en prendre à un pauvre fermier tentant de gagner sa vie ? Je ne peux pas réaliser que les gens sont aussi mesquin dans l'appât du gain.

C'est en voyant le jeune homme sortir de l'écurie munit d'un cheval que je compris. Uniquement avec son accoutrement, on peut deviner ce qu'il vaut. Spontanément, je hoche la tête voyant ce gamin se mettre directement les pieds dans les plats. Ce n'est pas nécessaire d'arborer autant de richesse dans les environs. Nous savons précisément qui il est. Il n'est pas d'ici de toute évidence. Les festivités sont à son comble et plusieurs semblent vouloir se pavaner. Ce genre d'attitude le conduit tout droit à une possible embuscade. C'est triste à dire, mais je crains pour sa sécurité. Je dois abandonner mon projet pour son bien.

Je n'ai pas le choix. Je me dois de le suivre...Suivre ce prince de l'ignorance et ces cinq idiots qui osent croire faire fortune.

Je laisse une bonne distance entre moi et ces hommes afin d'éviter les soupçons.

La rivière...

Lorsque je compris que monseigneur désire s'arrêter, je ralentis la cadence me cachant derrière quelques arbres qui me séparent de lui.

La voie est libre pour les voleurs diraient-on. Ce qu'ils ne savent pas, c'est que je dispose de mon arc, prêt à m'en servir si nécessaire...

Codage par Libella sur Graphiorum

______________________


   
Would You Fight for My Love?

It's not enough that I love you - There's all these things I have to prove to you - You use the sun to erase the past - But you think it only raises for you. I'm getting better at becoming a ghost.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SOS d'un Orandien en détresse - Ft Willas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Archives :: Corbeille-
Sauter vers: