AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Renouveau
Le forum rouvre enfin après une très longue MAJ qui a vu beaucoup de changements
Pour en savoir plus, c'est par ici
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des hommes, merci de privilégier ce sexe qui est en infériorité numérique
Nous recherchons également des Terre, n'hésitez pas à favoriser les PV, scénarios et pré-liens !
Recensement
On vous rappelle qu'un recensement est en cours, vous avez jusqu'au 8 novembre pour y répondre
Vite vite vite !

Partagez|

Rise and Shine [Lach']

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Rise and Shine [Lach'] Mer 28 Déc - 12:15


Rise and Shine

Sven Ramose & Lachlan Thralmur
La douleur à son torse le faisait grimacer, à tel point que chaque mouvement réalisé avec sa maîtresse, et qu’importe la position – en-dessous, ou au-dessus – était un véritable enfer. A contrecœur, un tantinet rageur, il mit fin à l’acte plus tôt qu’il n’aurait souhaité. Avant même que la dite femme n’exprime une quelconque plainte – ou « remerciement », ou tout autre connaître positif comme négatif – il lui intima d’un simple regard de se « taire ». Il n’était guère d’humeur à supporter les paroles d’une quelconque donzelle, ou de quiconque.

Il se mit debout en poussant un grognement de douleur, et se dirigea doucement vers une baignoire d’eau chaude dans laquelle il entra sans tarder mais uniquement le bas. Il ne fallait pas qu’il mouille ses pansements déjà écarlates. Pour quelques jours, hormis des produits médicinaux spécifiques, rien ne devait toucher cette blessure causée par une dague – une tentative d’assassinat durant sa route de Sezni à Dahud – au risque de l’infecter.

Il réfléchissait. Pourquoi était-il déjà dans les bras de cette idiote ? Ah. Il était énervé et quand il était énervé, il avait deux choix. Soit taper un homme, soit se taper une femme. Sauf que dans le premier cas, il avait une ou deux douleurs et il était à DAhud – il doutait qu’on accepte qu’il utilise son talent feu, au risque de causer quelques brûlures sur telle ou telle personne, et il avait malheureusement « à se plier » aux règles ici. Quant à la seconde option, il regrettait à vrai dire. Il n’avait retiré aucun plaisir ou soulagement. AU contraire, il était devenu encore plus colérique.

Toujours en silence, un tic nerveux à l’œil, il s’habilla seul et quitta le lieu bien vite. Un homme de main – le seul en qui il avait entière confiance, et qui l’avait sauvé d’un sacré pétrin – l’attendait. Il étudia rapidement le Dictateur, et conclut que ce dernier était un brin trop grognon. Tellement grognon qu’il s’effaça, le suivant à une très honorable distance, et se promettant d’intervenir que si le futur quadragénaire ne l’appelle. Il se fichait que son Maître rencontre quelques brigands, ou des experts de l’Assassinat : il n’interviendrait que sur demande. Certes, Sven ne pouvait plus fournir des coups de poing, ou des coups de pieds mémorables, mais il n’en restait pas moins un futur Grand Maître du Feu. Il avait encore plus d’un tour dans le sac. Pire, il était comme une bête brisée, prête à mordre férocement et sans relâche, pour se protéger, pour évacuer cette rage. A vrai dire, l’homme de main craignait davantage pour tout obstacle devant Sven que pour Sven lui-même.

Quant à ce dernier, il marchait et marchait, sans un but précis, réfléchissant à trop de choses. Il pensait à son séjour forcé à Dahud en raison de la famille représentative qui voulait s’entretenir sur des affaires qu’elle se refusait de dévoiler par lettre, ou coursier –, ou de sa sœur cachée qui souhaitait profiter de son passage à la Cité-Reine pour pouvoir parler en face-à-face sans trop éveiller de soupçons. Il réfléchissait ensuite à sa nouvelle captive, esclave et future promise, qui était une problématique en elle-même comme vis-à-vis de Sezni : plus d’une famille noble espérait que ce soit leur fille qui soit la prochaine épouse, et plus d’une personne attendait une descendance « Feu ». Or, Zora était un Elément de la Terre, et risquait de brouiller un tantinet la lignée.

« Mais elle reste un sang noble » se disait-il. Cependant, sang noble ou non, elle n’en restait pas moins une étrangère qui risquait de froisser bien des orgueils des familles de Sezni, dès que Sven annoncera publiquement le choix de sa future épouse – et dès que la dite épouse « voudrait » bien venir de sa propre volonté. Elle allait être un message fort, une première pierre à sa conquête, une idée que sa sœur partagée à demi. Elle hésitait, ne sachant si c’était une bonne idée de se mêler ainsi, et de soutenir la division d’autre part.

Enfin, le meilleur pour la fin, Sezni l’embêtait à lui-seul. La région était une des plus pauvres de ce continent et cette précarité n’arrangeait pas certaines choses. IL lui fallait des soldats forts et en bonne santé, il lui fallait des armes, il lui fallait des revenus. Il avait déjà enclenché des formations de l’Elément Feu bien plus poussé « qu’avant » et les esclaves étaient là pour faciliter certains points de la vie des familles les plus nobles ou des éléments les plus prometteurs qui avaient su faire leur preuve. Pourtant, était-ce suffisant ? Il fallait qu’il annexe une seconde région, qui pourrait lui offrir davantage de ressources, et une base plus solide pour avancer en toute confiance. La région de l’Air lui convient pour trop de raisons, dont l’élément surtout. Le Vent renforce le Feu. Physiquement parlant, et nullement d’un point de vue spirituel.

Perdu dans ses pensées, il arriva sans trop réfléchir, et par instinct, devant sa seconde demeure au sein du Dahud. Aussitôt, un profond sentiment de lassitude le gagna : il ne désirait pas "rentrer", ni voir une quelconque maîtresse, à vrai dire. Il eut aussitôt une idée, la seule qui pouvait allier son envie de brûler le monde - et surtout les traîtres à lui avoir infligé une telle douleur - et le respect de cette stupide "pacifisme" de Dahud : les combats clandestins. Et il connaissait un endroit qui savait lui fournir bien souvent un spectacle digne de ce nom - voire même dénicher de futurs recrus dont le potentiel n'a pas pu être pleinement apprécié lors des Cérémonies. Un tantinet plus guilleret, deux bourses pleines qu'il récupéra assez vite dans ses coffres personnelles, et le pas léger, le voilà vite mêlé à la fumée d'un établissement, à s'asseoir non loin d'une table collante due aux breuvages alcoolisées précédentes renversées, afin d'apprécier la douce symphonie des cris de gorets des spectateurs.

fiche By Camo©015
Revenir en haut Aller en bas

avatar


❝ Disponibilité RP : Pas disponible
❝ Message : 1835
❝ Avatar : Kristofer Hivju
❝ Multi-Compte(s) : Kara Ergorn-Jaggde, Cyne Wkar
❝ Crédits : angeldust (ava), tumblr (gif signa & profil), persephone (signa)

❝ Métier : Aide son ami Aishwarya à sa taverne
❝ Age : 37 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Jeu 29 Déc - 22:12



Quasiment tous les combats clandestins qui avaient lieu à Vainui ont été annulés au dernier moment. D’après quelques habitués que tu as pu croiser après une petite heure de recherche, les soldats ont été prévenus par un voyageur anonyme et patrouillent donc régulièrement dans les villages, prêts à arrêter n’importe quel Vainien qui pourrait être suspecté de combattre dans les sous-sols des maisons. De ce fait, c’est bien trop dangereux pour toi, ce soir.  Tu ne peux pas prendre le risque qu’un soldat t’arrête et te demande de lui montrer ton tatouage, toi, l’Exempt, qui ne possède que sa tête et son cerveau, voire même ses poings, pour se sortir de toutes les galères possibles. Non, tu ne peux pas risquer de te montrer. Ta gueule et ton corps de géant attirent bien trop l’attention, et avec ton air meurtrier avec lequel tu traînes dans les rues, tu as beaucoup de chances de tomber sur un de ces crétins qui osent s’appeler soldat. Un soldat. Tu le terrasses en moins d’une minute, comparé aux combattants contre qui tu te bats, les soirs où tu sors en douce de la taverne, lorsque ta sœur et surtout ton beau-frère se sont endormis, dans les bras l’un de l’autre. Des fois, tu les envies, ces deux-là, ces deux tourtereaux que rien ne sépareraient. Ils s’aiment tellement que, parfois, tu te sens de trop. Comme un intrus qui profiterait de leur bonheur. Et pourtant, tu restes à leur côté, fourrant dans la caisse de la taverne les pièces durement gagnées. Tu les aides à ta manière. Malgré tout, tu jalouses un peu ton beau-frère, lui qui a pris ta place aux côtés de ta sœur. Tu n’as plus le même lien avec elle.

Alors ce soir, quand tu as appris que les combats étaient annulés, et que le plus proche était encore trop loin, tu as refusé de retourner à la taverne, de retourner te coucher, sous une couverture trop petite pour toi et dans un lit qui grince à chacun de tes mouvements. Tu aurais pu te balader dans la région, profitant de la nature et du froid glacial que tu aimes tant. Mais encore une fois, c’est bien trop risqué, avec tous ces soldats de pacotilles qui parcourent les villages et les alentours en quête d’un truc à se mettre sous la dent. Même si tu croisais un soldat seul, celui-ci aurait le temps d’alerter les autres avant que tu ne puisses te sortir de là, et même si ce n’était pas le cas, retrouver un soldat inconscient mettrait le feu aux poudres. Les autres partiraient à la recherche de celui qui a fait ça. Et là, ton beau-frère, ton meilleur ami, ne pourrait plus te protéger, ni toi, ni ta sœur. Et tu ne te le pardonnerais jamais, s’il arrivait du mal à ta sœur. Alors, ne souhaitant pas rester sans rien faire alors que l’adrénaline coule déjà dans tes veines, toi qui es excité à l’idée d’un combat sanglant et violent, tu décides de partir pour Dahud. Le soir tombe à peine, tu as le temps d’y arriver, de combattre un ou deux autres gars avant de rentrer et de panser tes plaies. Ҫa sera rapide. Un coup, deux, quelques pièces, et tu rentres. Tu auras même peut-être le temps de changer ta monnaie en Pwenshara, histoire de ne pas devoir revenir plus tard.

Le sang éclabousse ton visage et le haut de ton torse tandis que ton adversaire s’effondre lamentablement au sol, les yeux révulsés. Tu le regardes à peine, sachant pertinemment qu’il ne va pas se relever. Lorsque tu as feinté, faisant mine de trébucher sur ton propre pied à cause de la fatigue, il a baissé sa garde, prêt à donner un ultime coup de pied qui aurait pu lui accorder la victoire. Malheureusement pour lui, tu as attrapé ledit pied, lui faisant perdre l’équilibre, et tu lui as fracassé ton poing sur son nez. Ton adversaire n’est pas très gros, ni même costaud. Il ne doit pas être habitué aux combats clandestins et à leur violence, alors quand il s’effondre après cet unique uppercut, tu comprends directement qu’il te faut un autre adversaire. Un adversaire à ta taille. Tu es arrivé il y a à peine un petit quart d’heure. Tu ne comprends pas comment il a fait, mais celui que tu viens de vaincre a déjà gagné deux combats, et tu as pris la relève immédiatement à ton arrivée. Vous vous êtes tournés autour pendant quelques minutes, examinant l’autre et ses capacités. Puis le combat a commencé, et tu as gagné. Alors, forcément, tu es déçu. Pour le moment, tu n’as aucunement relâché toute la pression qui est présente dans tes muscles, dans tes épaules. Il te faut taper, frapper, massacrer. Tu as besoin de ressentir cet acharnement nécessaire pour gagner les vrais combats. Et ici, tu t’ennuies. Le prochain combattant qui s’approche arrive à peine à hauteur de tes épaules. Tu sais que tu vas lui faire mordre la poussière en un rien de temps. Et pour ça, tu ne vas quasiment rien gagner. C’est une perte de temps. « Y’a intérêt à ce que le prochain soit plus féroce que ce chaton », tu menaces l’assemblée. Parce que tu sais que tu vas être vainqueur. Le seul enjeu, c’est de savoir en combien de temps tu vas le faire tomber.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Dim 8 Jan - 22:19


Rise and Shine

Sven Ramose & Lachlan Thralmur
Sven trouvait en la personne du Rouquin barbare un spectacle de la violence à la hauteur de ses exigences et envies. Il était doué pour reconnaître un « bon » combattant et celui-là était un habitué – un vétéran dirions-nous, de ce genre d’Arène. Sa figure, ses poings, sa carrure, son regard … Il respirait l’expérience. Il respirait la force. Il respirait la Victoire ! Les hommes hésitaient face à cet homme. Une simple question au voisin, et Sven sut son prénom : Lachlan.

- Je donne cet argent à qui me bat cet homme
, annonça-t-il soudainement de vive voix en faisant trébucher une modique mais intéressante somme dans la paume de sa main. Tout le monde savait que cela était un « apéritif » et seul le plus hâtif et le plus stupide se lancerait sur ce premier round. Et un jeunot se proposa.

Le jeunot était trop frêle et trop fin. Il allait se faire aplatir trop vite. Dans cette prévision-ci, il préparait déjà une seconde somme déjà plus rondelette pour le candidat suivant. Que recherchait-il ? Pousser ce Rouquin à bout, voir jusqu’où il irait. Jusqu’où les hommes autour iraient. S’il n’avait pas cette maudite blessure au torse qui l’élançait sans cesse, ou qu’il n’avait pas ce « titre » inscrit à son front, il aurait été de ceux qui se seraient jetés à l’arène non pour l’argent ou le gain, mais pour mesurer sa force. Aujourd’hui, il ne pouvait plus se permettre à de telle chose : entre le dit titre, précisément, et surtout parce qu’il savait qu’il perdrait ; Il était blessé, alors que le Rouquin non. En somme, le second aura l’avantage sur le premier à l’usure … à moins que le premier use de son talent de feu.

« Ce n’est pas un combat entre maître de feu » soupira-t-il. Il se fichait de l’égalité – seul la victoire compte. Cependant, il était à Dahud et il devait se plier à ces stupides règles de fair-play. Encore une invention nordique, ou terrestre, il en était certain. Si ce combat avait eu lieu au sein de la Nation de Feu, il y aurait deux règles abolies : aucune règle de fair-play si ce n’est que le meilleur et le plus astucieux ou le plus fort gagne, et surtout, qu’importe si l’autre mourrait tant que la Victoire était emportée par l’un. La notion d’égalité n’était pas acceptée, et le sort du faible était ignoré par bien des gens, par la communauté même.

Il fallait comprendre une chose avec les gens du Sud : ils étaient façonnés par la sécheresse imposée par le climat et par la rudesse de la roche dans laquelle ils se réfugiaient dès la naissance. Tous les jours, c’était « marche ou crève », que ce soit pour chercher l’eau, que ce soit pour travailler, que ce soit pour chercher une quelconque proie – et donc de la viande –, que ce soit pour maîtriser son élément tout simplement. Ajoutons à cela que la région a été la plus pauvre pendant bien des années, rendant sa population toujours plus avide, et toujours plus impitoyable, chacun porté vers la survie de sa personne ou de sa famille. La paresse, l’oisiveté, la spiritualité et la souplesse de bien des régions se heurtaient à la rigueur, à l’insensibilité et à la rudesse des lois du Sud.

Il se souvenait de ses premiers pas dans le dit désert. Des premières leçons de sa mère. Des premiers conseils de son père. Des premières pertes de compagnon. Des nombreux échecs et succès pour bâtir sa fortune, pour étendre son commerce ou pour obtenir le pouvoir. Il se souvenait parfaitement de chaque rire, chaque insulte, et chaque porte que l’on claquait à son nez parce qu’il était un « étranger » ou un « sudiste barbare et pauvre ». Par le passé, bien un nombre de portes s’étaient rouvertes car il était l’homme le plus riche du Sud. Puis les portes restantes s’étaient aussi ouvertes quand il était devenu Dictateur. Dorénavant il avait le pouvoir pour mener le destin de bien des hommes. Comme celui de ce jeunot, voire de ce rouquin.

[b]- Je double la somme à chaque combat que tu remporteras Lachlan. Si tu perds un round, la somme reviendra à ton adverse. Si tu remportes tous les rounds, et que personne n’ose se mesurer à toi, tu emportes l’argent. [/b
]

fiche By Camo©015
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas

avatar


❝ Disponibilité RP : Pas disponible
❝ Message : 1835
❝ Avatar : Kristofer Hivju
❝ Multi-Compte(s) : Kara Ergorn-Jaggde, Cyne Wkar
❝ Crédits : angeldust (ava), tumblr (gif signa & profil), persephone (signa)

❝ Métier : Aide son ami Aishwarya à sa taverne
❝ Age : 37 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Sam 21 Jan - 20:06


La voix qui surplombe l'assemblée t'est totalement inconnue. Tu regardes dans sa direction, tombant sur l'ombre d'un homme. De là où tu es, tu ne le vois pas très bien ; son visage et son corps restent cachés dans l'obscurité de la pièce, et il ne semble pas vouloir se montrer. Néanmoins, c'est à cause de lui que le jeunot s'est avancé devant toi, prêt à se prendre une raclée pour de l'argent qu'il ne gagnera pas. Agacé, tu fusilles la petite foule du regard. Tu ne peux pas refuser un combat, mais gagner celui-ci ne t'apportera rien. Tout le monde sait ici que tu vas gagner, sauf si un malheur s'abat subitement – ce qui ne pouvait pas vraiment se produire, dans les cas de figures les plus positifs. Tu entends la proposition de l'homme à l'argent, et ça te plaît, même si tu aimerais avoir l'assurance de récupérer l'argent. Cela ne te plaît pas qu'il faille qu'aucun homme ne te menace, car tu sais qu'à un moment, tu fatigueras. Et tu as besoin de cet argent. Alors, tu es encore énervé de devoir te battre contre ce petit garçon, au lieu de te mesurer à un homme plus fort. Tu as besoin de sang, de rage, de colère, de coup, de douleur. Tu jauges du regard ton adversaire, qui n'ose même pas relever les yeux. C'est à peine s'il ne se fait pas dessus. Juste avant que le combat ne démarre, tu lances au mystérieux homme « T'aurais pu proposer plus, qu'on évite de gaspiller ça ». Ça, faisait référence au jeune garçon devant toi qui tremble, les poings levés à hauteur de son visage, dans le but de se protéger. Parce qu'il sait qu'il va s'en prendre, des coups. Tu as presque envie de le renvoyer chez sa mère, mais c'est son problème s'il a choisi de monter sur le ring.

D'un accord commun et tacite, le combat commence. Tu laisses le garçon placer quelques coups – dans le torse, le bras, des parties non douloureuses – pour ne pas trop abîmer sa fierté, mais celle-ci en prend un coup quand tu lui fracasses ton poing sur le nez. Immédiatement, sa tête part en arrière, les yeux révulsés, mais tu es surpris qu'il reste sur ses pieds et qu'il se remette immédiatement en position. Il est plus costaud que ce que tu avais cru. Cependant, tu ne lui laisses pas plus de temps. Sans même prendre la peine de te protéger le visage, qui est dix centimètres facilement au-dessus de ton adversaire, ton poing s'abat sur son visage à nouveau, cette fois-ci à la tempe, puis à la mâchoire, et alors que tu vises son arcade, ton poing vole dans l'air, ratant sa cible. Surpris, tu te demandes où celle-ci est passée, jusqu'à ce que tu comprennes qu'elle git au sol, recroquevillée sur elle-même. Le garçon abandonne. Agacé, tu te tournes vers la banque – l'homme mystérieux – et le menace « Si c'est pour m'envoyer des hommes de cette trempe, tu peux tout de suite me donner ton argent, mon gars ». Alors, une idée germe dans ton esprit alors que le garçon s'enfuit. Cette idée te paraît bien meilleure, bien avantageuse, autant pour l'un que pour l'autre. Tu as besoin de te battre. De te sentir vivre. D'avoir mal en recevant les coups, d'avoir mal en donnant les coups. Te battre pour gagner ne t'apporte rien, non, tu te bats pour te dépasser, pour dépasser tes limites, des limites que tu t'imposes sans même t'en rendre compte. Alors oui, cette idée te paraît bien mieux.

Cependant, lorsque tu vois un autre concurrent s'approcher, bien trop faiblard à ton goût, tu grognes, dans sa direction et dans la direction des autres « Le prochain qui monte, je lui broie ses couilles ». Aussitôt, l'homme se fige, les yeux écarquillés. Tu en profites pour te tourner vers la banque, le regard déterminé. « J'accepte ton jeu, mon gars, mais uniquement si c'est toi qui choisis mes adversaires ». A sa voix, tu as très vite compris que c'est un combattant. L'assurance qu'il dégage, et également le charisme que tu ressens – et surtout, le fait que personne n'ose l'approcher véritablement – montrent bien qu'il possède une puissance retenue. Pourquoi il ne vient pas t'affronter lui-même, tu ne sais pas, et à vrai dire, tu t'en fiches. S'il te promet de l'argent, alors tu acceptes de brider ta curiosité. Cependant, son alléchante proposition est bien trop vague pour attirer les plus puissants de la pièce. Ceux-ci ne se jettent pas sur la première proposition venue, tu le sais bien, faisant exactement la même chose. Ils préfèrent prendre leur temps, évaluer leurs chances. Même si tu fais partie des combattants les plus reconnus, tu sais qu'un jour peut être plus difficile qu'un autre. Non, les plus forts n'iront jamais d'eux-mêmes sur le ring pour une telle proposition, et certainement pas en premier. Néanmoins, ils ne pouvaient pas refuser un défi. Défi que la banque leur lancerait. Presque dédaigneux, dans l'unique but de bouger les choses, tu lances à l'assemblée « Sauf si vous êtes trop froussards pour venir m'affronter ».

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Dim 5 Fév - 20:39


Sven hésitait entre « rire » ou « s’énerver ». Le premier combattant pourrait remporter un concours du ridicule, car il l’était avec son absence de muscle, avec sa petite taille, avec son regard apeuré et effaré ou avec ses gestes ridiculement novices. Combattant expert, Chef d’une armée et Politicien, s’il y avait une chose pour laquelle il brillait sans conteste – et que même sa sœur admettait – était sa capacité à juger les forces et les faiblesses physiques et – ou – militaires d’un homme, d’un simple coup d’œil. Il pouvait comprendre par un seul geste – ou posture – si les muscles étaient noués par la peur ou par l’inexpérience, et par un simple regard jauger l’équilibre au cours d’un combat entre deux opposants ou deux armées. C’était son terrain de jeu favori.

Alors oui, il riait car il savait que ce premier combattant allait se faire écraser trop aisément. Par contre, il s’énervait car il avait « espéré » que cet argent attirera un tantinet de plus gros poissons, du gabarit du rouquin. Celui-ci semblait partager les mêmes sentiments que Sven car le voilà à exiger plus fort, voire même à titiller l’orgueil de ce dernier. Le Dictateur – s’il n’était pas blessé – se serait proposé depuis bien longtemps à ce combat, mais sa situation l’empêchait évidemment. Car oui, il aimait le combat plus que tout mais il n’était pas stupide à se jeter dans un combat trop risqué – et en l’état, risqué pour sa réputation et son honneur.

Il fallait savoir choisir ses combats et ce soir, ce n’était pas « son » combat.

- Oh, je suis un grand froussard, répondit Sven avec un sourire malveillant, respirant une confiance en soi si démesurée qu’elle n’apportait aucune crédibilité à cette fausse déclaration.

Il avait appris avec « l’âge » que les excuses étaient propres aux « faibles ». « Je suis blessé » ou « Je suis trop puissant pour toi » ou, alias, les phrases toute faite des lâches. Un « Fort » n’avait que deux choix : oui ou non. Tout le reste n’était qu’accessoire et lâcheté.

De sa démarche noble, il fend la foule, lançant des regards par-ci et par-là. Aucun ne lui convenait. Et soudainement, il vit un visage familier – un de ses hommes, celui qui ne cessait de le suivre, préoccupé par sa sécurité. Un sourire éclaira le visage du dictateur : cet homme « pouvait » avoir l’honneur d’être son « champion », celui qui allait exorciser tout ce mal, cette violence et cette soif de sang qui l’habitaient. C’était soit « ce » sang du Sud, soit « ce » sang de Roux qui allait être versé, mais le sang sera versé et cela l’emplissait d’une certaine impatience.

- Voici « mon » Champion, dit-il en désignant son homme de main.

Ce dernier avait le teint basané et des yeux en forme d’amandes aussi noirs que l’ébène, des traits si caractéristiques des hommes du Sud. Si jamais un quelconque doute s’élevait dans les cœurs, il était aussitôt rayé par un simple coup d’œil à sa tenue des plus légères où une bonne partie du torse était à découvert et que les toiles de multiples couleurs servaient tantôt de turban, tantôt de ceinture.

L’homme avança, et laissa voir bien d’autres détails : des traits jeunes, des muscles saillants mais fins, un regard pétillant mais attentif et aucune peur dans le regard. Sven ne voyait rien de tout cela : il voyait des pas légers et agiles, des muscles sculptés pour supporter bien des acrobaties et une peau matée et durcie par des millions de coups distribués au cours de ses jeunes années.

- Et voici ma récompense finale, conclut-il en sortant une seconde bourse pleine d’une de ses poches. Les yeux de bien des spectateurs s’arrondirent devant la rondeur des plus généreuses de la dite bourse, et les yeux de certains pétillaient dangereusement.

Son homme de main lui-même avait le regard pétillant. Il lança rapidement un regard interdit à Sven, semblant demander s’il « aurait » cette récompense – ou non. Pour toute réponse, le Dictateur acquiesça de la tête : le gagnant aura la dite récompense. Et que le combat puisse commencer.

Le « Champion » du Dictateur se débarrassa de tout ce qui est superflu dans un tel combat soit les deux épées recourbées qui quittaient rarement son dos, les deux ou trois poignards dissimulés, ce turban à sa tête ainsi que le pauvre morceau de tissu qui cachait une moitié de torse. Aussitôt après, il se mit dans une position typique de combattants expérimentés, un poing prêt à l’attaque, un poing prêt à la défense et surtout une position sur la pointe des pieds prêts à reculer en urgence ou à saisir la première chance pour se donner de l’élan, mettre un pied à plat, et élancer le second pied sur le visage ou le ventre de l’adversaire.  
Revenir en haut Aller en bas

avatar


❝ Disponibilité RP : Pas disponible
❝ Message : 1835
❝ Avatar : Kristofer Hivju
❝ Multi-Compte(s) : Kara Ergorn-Jaggde, Cyne Wkar
❝ Crédits : angeldust (ava), tumblr (gif signa & profil), persephone (signa)

❝ Métier : Aide son ami Aishwarya à sa taverne
❝ Age : 37 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Jeu 23 Fév - 18:08


Le combattant que la banque choisit pour toi s’avance sur la piste, l’air totalement neutre. Il te lance à peine un regard avant de commencer à se déshabiller, retirant tout ce qui pouvait entraver ses mouvements ou toute autre chose. Cela change déjà des autres prétendants qui ont osé venir t’affronter, car ils n’avaient pensé qu’à te frapper, pas à se défaire de toute faiblesse. Cependant, tu es surpris que cet homme, à l’apparence si forte et dure, ait si facilement obéi à cet autre homme qui ne laisse pas voir son visage à la lumière nette. Certes, la somme proposée semble bien intéressante, la bourse menace d’exploser à chaque pièce que tu peux apercevoir au contour, mais si tu avais été à sa place, tu aurais pris un temps de réflexion, ou tu aurais au moins réagi face à cet homme qui semble si hautain. Tu as un peu de mal à comprendre ce qui se passe entre les deux, mais tu t’en fiches. Du moment qu’ils ne cherchent pas à t’entourlouper, toi, ça te convient. Surtout si une somme rondelette très attirante finit par tomber dans ta main.

Un silence s’abat sur la petite salle alors que le combattant en face de toi se met en position de combat. Rien que dans sa manière de bouger, tu comprends qu’il n’est pas un combattant en herbe, qu’il a de l’expérience derrière lui et que ce sera compliqué de le vaincre. Tu lances un dernier regard à la banque avant de te mettre toi-même en position. L’homme en face de toi est concentré, le regard fixe, prêt à parer le moindre coup et à en renvoyer dès que l’occasion se présente. Tu sais que tu ne supporteras pas de prendre plus de coups que nécessaire, surtout si la banque choisit à chaque fois des hommes aussi dangereux que celui que tu vas combattre, alors tu dois faire en sorte qu’il n’arrive pas à te blesser gravement. Tu as bien envie de te défouler sur deux trois gars et de ramasser une sacrée paire de pièces avant de te barrer de là.

Quelques minutes passent alors que vous vous jaugez du regard, mais vous savez aussi bien l’un que l’autre que vous ne pouvez pas rester indéfiniment dans cette position-là sans faire le moindre mouvement. Tu as besoin de frapper, de sentir les os craquer sous tes poings et, même si tu sais que c’est rarement avantageux de démarrer le combat en premier, c’est toi qui t’élances en premier. Alors que tu envoies ton poing en avant, ton adversaire recule brusquement, évitant ton coup, avant de jeter son pied vers ton ventre. Cependant, tu as l’habitude des combats et des coups que les gens rendent, alors tu le bloques aisément de ton avant-bras, le repoussant, tentant de le déstabiliser. Pourtant, l’homme reste debout, se remettant en position, avant tenter un uppercut droit. Son poing te frôle la tempe, avant d’attraper tes cheveux et de les tirer. Beaucoup de combattants pensent que tes cheveux roux sont une faiblesse, mais tu as très vite été habitué à ne plus ressentir aucune douleur quand on te les tire. Alors, tu profites de son essai manqué pour abattre ton poing dans son torse, frappant ses côtes. Tu ressens une certaine satisfaction quand tu sens une côte se briser sous ton coup, mais ce moment d’allégresse est brisé quand ton ennemi relâche tes cheveux pour te frapper violemment à la mâchoire. Sous le coup, tu trébuches en arrière, te dégageant de lui, et tu craches le sang qui est apparu dans ta bouche. Tu relèves la tête vers ton adversaire, un sourire aux lèvres — rouges de sang. « En voilà un qui est pas trop mal. Viens bébé, qu’on s’amuse un peu ».

Un brin arrogant, tu écartes les bras de chaque côté de ton corps, offrant impunément ton torse à ses coups. C’est une feinte bien trop grossière pour un combattant de sa trempe, tu le sais, mais il semble être devenu ivre des cris de la foule, de l’adrénaline du combat et de la sensation de liberté qu’offre ce combat, car il fonce vers toi, les poings levés prêts à frapper. Tu subis trois coups dans le torse, dont un plus douloureux que les autres, avant qu’une occasion ne s’ouvre à toi. Là, à l’instant, alors qu’il recule le bras afin de te porter un coup vers le visage, sa défense se baisse, et avant même que tu ne puisses penser à le frapper, ton poing s’abat déjà sur sa mâchoire. Sous la violence, tu sens la douleur remonter le long de ton bras — tu n’y as pas été de main morte —, et l’homme trébuche lui aussi en arrière. Un point partout. Le combat s’annonce sanglant, et tu ne peux pas t’empêcher de sourire. C’est le genre de combats pour lequel tu es venu.

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Dim 12 Mar - 20:20

Il ressentait la joie des combattants lorsqu’ils arrivaient respectivement à toucher son adversaire. Il huait sans retenu le plus faible comme s’il se serait hué à lui-même intérieurement s’il avait reçu un tel coup cuisant et fort à la fois. Plus les minutes s’enchaînaient, et plus le Dictateur s’enflammait. Cependant, sa joie devenait amère quand son assaillant avait droit à des coups puissants, et elle en devenait éclatante quand il rendait un coup. Cependant, la fin ne tardait pas à approcher car l’un comme l’autre avait eu droit à des coups puissants ou précis de la part de l’autre. Le sang commençait à couler de son combattant, et il chancelait même – Sven connaissait ses hommes, et surtout quand la faiblesse les assaillait.

- ALLEZ ! PAS LE DROIT A LA FAIBLESSE ! lança-t-il à l’encontre de son homme qui s’était approché des rebords de ce ring pour reprendre son souffle et analyser en parallèle la situation.

D’une, le rouquin avait à peine tressailli quand on s’était emparé de sa chevelure de feu. De deux, ce rustre avait la puissance à son avantage – et donc un coup pouvait être fatal pour quelqu’un qui misait plus sur l’agilité. De trois, la dite agilité était un tantinet compromise avec la douleur lancinante qui le traversait de sa côte jusqu’au tout le reste de son corps suite à un coup. De quatre, la dite douleur le lançait à chaque mouvement. De cinq, il avait tout de même à défendre son honneur. Sa conclusion était donc la suivante : il fallait en finir au plus vite.

Il opta pour un mouvement un tantinet dangereux mais qui avait le mérite d’être une constante réussite, un coup qu’il avait même eu l’honneur d’apprendre à Sven : un poing pile au niveau de la pomme d’Adam ou du cou pour d’autre. La personne restait sans le souffle, et surtout inapte à se défendre ou à attaquer. Par contre, cela signifiait deux choses : il fallait éviter les coups, et surtout leurrer Lachlan. Pour cette dernière partie, il avait une autre idée : prétendre attaquer dans le bas avec sa jambe – voire deux jambes histoire de mobiliser les deux bras de son assaillant -, mais utiliser la longueur de ses bras pour donner le fameux coup, au fameux endroit.

Il se mit donc en position de combat à nouveau, relevant les bras pour se protéger de potentiels coups, s’approchant en sautillant. Et il mit son plan à exécution.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar


❝ Disponibilité RP : Pas disponible
❝ Message : 1835
❝ Avatar : Kristofer Hivju
❝ Multi-Compte(s) : Kara Ergorn-Jaggde, Cyne Wkar
❝ Crédits : angeldust (ava), tumblr (gif signa & profil), persephone (signa)

❝ Métier : Aide son ami Aishwarya à sa taverne
❝ Age : 37 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Mar 21 Mar - 18:24


Les coups sont de plus en plus violents alors que toi tout comme ton adversaire comprenez que le combat touche à sa fin. Le sang coule de ton visage, sûrement ton arcade d’ouverte, mais tu ne sais plus très bien combien de coups tu as pris. Tu sais juste que ton adversaire est salement amoché, mais que ce bâtard tient toujours debout. Tu grognes légèrement en le voyant reculer pour reprendre son souffle. Si tu avais été dans un bon état, tu l’aurais suivi pour l’achever, sans lui laisser le temps de respirer et de retrouver ses esprits, mais tu as un peu de mal à respirer, alors tu en profites également. Tu ne réfléchis pas à un plan en particulier. Tu n’aimes pas réfléchir pendant que tu te bats, car c’est principalement ce que tu essaies de fuir. Tes pensées tourbillonnent bien trop pendant la journée, alors la nuit, quand tu te bats, tu éteins ton esprit, te focalisant sur ton adversaire.

Celui-ci se remet à sautiller devant toi, les bras bien haut, placés devant son visage pour se protéger des coups. Tu le regardes un instant, avant de faire de même, tes mains devant ton visage. Tu ne te protèges pas correctement, parce que tu as mal dans les épaules à force de les lever pour frapper ton rival. Alors que vous vous tournez autour durant quelques minutes, il semble amorcer un coup de pied relativement brusque vers tes bijoux de famille et, dans un réflexe purement masculin, tu protèges tes précieuses de tes deux mains. C’est pourquoi tu ne vois pas le coup arriver et son poing s’abat violemment sur ta pomme d’Adam, te coupant immédiatement le souffle. Surpris par la rapidité de ton adversaire, qui te semblait bien trop fatigué pour réagir à cette vitesse, tu réagis néanmoins aussitôt. Le fait de ne plus pouvoir respirer te force à te rapprocher du sol pour essayer de récupérer ton souffle, alors que la douleur s’épanouit dans la totalité de ton cou, ce qui surprend ton adversaire puisqu’il recule d’un pas.

Après un dernier spasme, tu réussis à prendre une minuscule inspiration qui te brûle les poumons, mais elle te permet de prendre assez de force pour te jeter sur les jambes de ton adversaire. Ton action si subite le fait tomber en arrière, et tu t’assois sur lui, lui bloquant les jambes des tiennes. Si une femme avait été à sa place, tu aurais adoré la situation — surtout si ça avait été une belle brune —, mais face à cet opposant, tu ne fais qu’abattre tes poings sur son visage. Il réussit à te frapper violemment à l’oreille, et le bruit te semble momentanément disparaître alors que la douleur remplace tout ce qui peut se faire entendre. Mais tu n’arrêtes pas pour autant de le frapper, écrasant son nez, sa mâchoire. Son arcade pète sous la violence d’un coup. C’est finalement quand tu vois que sa tête part sur le côté, signe de sa perte de connaissance, que tu arrêtes, te reculant.

Le combat est terminé. L’homme est vaguement retiré du ring, tiré par deux autres hommes, mais tu ne restes pas non plus, sortant du lieu de combat pour te diriger vers la banque. Tu essuies ton visage avec ton haut, retirant le sang et la sueur, et, une fois arrivé à quelques pas de l’homme qui t’a promis une sacré somme, tu croises les bras. « Vu que j’ai mis K.O. votre gars, j’veux le double de plus que prévu ». Tu te doutes bien qu’il ne va pas accepter, et qu’il va sûrement marchander, mais tu peux toujours tenter. Même s’il est dans l’ombre, tu vois vaguement son visage, mais tu ne sembles pas le connaître. En même temps, tu ne connais pas tout le monde, tu préfères de loin la simplicité et presque l’anonymat de Brynjolf.


Spoiler:
 

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Mer 19 Avr - 10:30

La suite du combat, ou devrions-nous dire la « Grande Finale » était à la hauteur de toutes ses espérances. Chacun offrait ce coup final, dévoilait sa botte cachée, jetait ses dernières cartes maîtresses, crachait tripes et boyaux … C’était un vrai combat. Un baptême de feu ! Si l’action de son homme était avisé et juste aux yeux de Sven, ce dernier eut la surprise de voir le grand roux répliquer avec un minime souffle. Un sourire au coin apparut sur les lèvres du Dictateur.

« Toujours finir avec ton ennemi, avant qu’il ne reprenne son souffle ou ses esprits »
. Son homme avait commis la faute d’être trop confiant, et par conséquent, d’avoir laissé à l’autre une minime chance de puiser dans ses réserves. Une grossière erreur qui, en vrai combat et bataille, peut mener à la mort. En l’espèce, il était à terre et traîné en dehors du ring, en laissant quelques traînées de sang par-ci et par-là. Aussitôt après, le rouquin fit son apparition en face du Dictateur, exigeant le double. Un éclat de rire retentit : il aimait cette petite audace. Il donna une grande claque au dos du combat, et donna ce qu’il exigeait.

- Et je t’invite pour boire et manger à notre soul ! Je n’ai pas vu un tel combat depuis ce qui me semble être des lustres !

Evidemment, le refus n’était pas envisageable. Lorsque Sven proposait quelque chose, c’était davantage des ordres déguisés. Son entourage avait tôt fait de le comprendre et ses conseillers tentaient de composer avec ce caractère-ci du mieux qu’ils pouvaient. Jusqu’à maintenant, bien du monde avait réussi à garder leur tête, preuve que c’était une chose faisable, et qu’il n’était pas encore un monstre totalement fou et enragé.

- Et je paye !

Certains pourraient dire que c’était la Nation du Feu qui payait, au travers des impôts. Nullement. Etrangement, Sven avait su se montrer incroyablement juste sur la question des finances : il utilisait son entreprise personnelle pour ses défenses personnelles précisément, et allouait toutes les ressources dites publiques à des questions publiques – davantage l’effort d’une guerre à venir. Ses détraqueurs avaient espéré qu’il use et abuse des impôts et ainsi soulever une population précaire et affamée : ils furent bien déçus.

Il passa une main autour des épaules du gagnant et le poussa à la dite porte pour l’entraîner vers une auberge qu’il connaissait et appréciait. Elle était régie par des hommes du Feu mais l’ambiance était « supportable » pour toute personne n’appartenant pas à la dite catégorie. En effet, avez-vous tenté de mettre pied dans un lieu uniquement composé du peuple du Feu ? Une fournaise.

- J’espère que le quartier du Sud ne te fait pas peur, l’ami ! Je connais d’excellentes adresses pour se remplir la panse et apprécier de belles choses !

Une question piège, une question innocente à la fois : s’il craignait, c’était un tantinet suspect, s’il ne craignait pas, c’était qu’il prenait trop de choses à la légère. Dans tous les cas, qu’importe, s’il venait, il ne regretterait pas. S’il y avait bien une chose que le peuple du Sud maîtrisait bien mieux que d’autre, c’était l’art de profiter de la vie, de chaque instant et de chaque chose offerte. Vivre dans le Désert et côtoyer la mort au quotidien semblent jouer un grand rôle dans cette philosophie de vivre chaque seconde intensément, comme si c’était le dernier.
Revenir en haut Aller en bas

avatar


❝ Disponibilité RP : Pas disponible
❝ Message : 1835
❝ Avatar : Kristofer Hivju
❝ Multi-Compte(s) : Kara Ergorn-Jaggde, Cyne Wkar
❝ Crédits : angeldust (ava), tumblr (gif signa & profil), persephone (signa)

❝ Métier : Aide son ami Aishwarya à sa taverne
❝ Age : 37 ans
❝ Niveau : Je n'ai pas de niveau


~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Mar 25 Avr - 15:38


Tu es surpris lorsque la banque t’offre effectivement le double de la somme prévue, pourtant, tu ne fais aucune remarque et range l’argent au plus vite. Mieux vaut ne pas attirer le regard des autres sur le bon pactole que tu viens de te faire en fracassant un seul et unique homme. Ce n’est pas à Brynjolf que tu fais une telle fortune, pour avoir un tel trésor, il t’aurait fallu battre au moins une dizaine d’hommes — ce que tu n’aurais jamais pu faire, au vu du danger des hommes de l’Eau, au contraire d’ici. Lorsqu’il te propose d’aller boire un verre, tu t’apprêtes à refuser — ce n’est pas la peine de perdre ce que tu viens de gagner aussi vite —, mais il propose presque aussitôt de payer, et cela te convient parfaitement. Il t’emmène rapidement dans une auberge que tu n’avais pas encore osé essayer. A vrai dire, tu évitais autant que possible tous les établissements en rapport avec les Feu, ceux-ci étant les pires vis-à-vis des Exempts. Mais tu te vois mal refuser un verre, surtout gratuit.

La remarque de la banque te fait légèrement rire. Bien sûr que tu es anxieux et tendu à l’idée d’être ici, il ne pourrait pas en être autrement. Cependant, tu ne vois pas pourquoi tes jours seraient en danger ; même s’il reste des traces de sang sur toi — tu as rapidement essuyé ton visage et tes mains —, ton bras nu de tout tatouage est caché derrière une longue manche difficile à relever. Et tu ne lèves jamais ton verre de ton bras droit. « Vous devriez arrêter de parler sinon votre gorge sera trop irritée pour accepter n’importe quel breuvage et je me verrais dans l’obligation de ne pas vous foutre la honte ». Sans attendre, tu entres dans l’auberge avant l’homme à tes côtés, t’installant sur une table libre. La position de ladite table a été choisie d’un simple coup d’œil : en plus d’être l’unique libre, elle est relativement proche de la sortie — au cas où — sans pour autant sembler trop loin du bar, et elle offre une certaine intimité sans que cela ne paraisse suspect. Tu te demandes pourquoi elle n’a pas déjà été prise.

Ton regard accroche ton compagnon et tu hausses un sourcil. « Puisque vous ne semblez pas vouloir vous mesurer à moi au combat, pourquoi ne pas faire un duel d’une autre sorte ? » Rapidement, des chopes de bière sont déposées sur la table, devant vous, et juste avant que la jolie brune à la peau d’ébène ne s’en aille, tu lui attrapes gentiment le poignet, lui signifiant de rester. « Il faudra sûrement plusieurs chopes de plus, chérie. Mon ami a bien envie de se remplir la panse ». Tu la relâches et elle semble fuir jusqu’au bar, et tu te retournes vers ton camarade. D’un geste rapide, tu sors toutes les pièces que tu viens à peine de gagner, les posant au milieu de la table. Tu ne veux pas perdre. Mais tu es bien connu pour supporter l’alcool. « Une dizaine de chopes chacun. Si vous les finissez avant moi, vous récupérez votre argent. Si je gagne, vous me donnez le double. Qu’en pensez-vous ? »

______________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Rise and Shine [Lach'] Dim 4 Juin - 16:34


Sven répondit à la taquinerie du combattant avec un air faussement surpris. Sven n'eut pas d'autre choix que d'emboîter le pas. Cependant, il ne put répliquer au Roux, que ce dernier entrait déjà dans l’établissement. Aussitôt, certains regards se tournèrent vers le Dictateur : il connaissait le lieu, et les lieux – les employés, et les habitués – le connaissaient. On pourrait imaginer une ambiance tendue, avec un silence de plomb mais nullement. Tout le monde continuait ses affaires, mais en lançant des coups d’œil rapides à ce duo, assis à une table, à commander presque un tonneau de bières. Le patron de l’établissement suait déjà, inconsciemment. Sven était un bon client – il savait qu’il aurait de quoi payer deux bons mois à ses employés lorsque le Dictateur était dans les parages – mais il n’en restait pas un homme politique avec ses bagages et ses ennuis. A chaque fois, il craignait une bagarre ou un complot, et à chaque fois, il craignait d’être le complice. Déjà, il lançait un regard tout autour, notant les habitués comme non habitués, les personnes suspectes comme non suspectes. Après cette petite vérification, il se dirigea tout droit vers l’homme du Feu, proposant une tout autre table, bien plus éloignée de la foule, en le désignant par « Maître ».

- Non, l’ami a décidé ici, alors nous nous soulerons ici ! répondit Sven, en affichant un air ravi, accentuant les rides au coin de l’œil. Il respirait une certaine joie de vivre, et ne semblait nullement être un homme prêt à brûler vivant un tout autre, par caprice. Quant à toi, je te déconseille de te mesurer à moi. Je ne suis pas comme tous mes hommes !

Il aimait les jeux, il aimait une bonne table et il aimait les femmes. Autant dire, il n’était pas homme qui refusait un challenge, et il n’était clairement pas homme à se retrouver quatre pieds à terre après une pauvre et ridicule chope de bière.

- Tu vas être notre arbitre
, annonça Sven en désignant la demoiselle sur qui le combattant avait jeté le dévolu. Annonces donc Sven Ramose … Et ?

Il lança un regard en biais au Roux, attendant sa réaction face à cette annonce explosive. A moins qu’il ne vive dans de profondes grottes, loin de la civilisation, il était difficile de ne pas connaître Sven Ramose, cet homme qui s’était emparé du pouvoir en tuant –ou empoisonnant si l’on voulait – l’ancienne dynastie et la famille représentante dans un repas empoisonné. Sa table était dès lors … réputée.

Certaines personnes prenaient peur et chercher mille excuses pour fuir. Certaines personnes voyaient là une opportunité de faire partie des plus grands, et ne lésinaient pas sur les compliments et manœuvres « amicales ». Et certaines personnes étaient indifférentes à cette condition, préférant continuer l’existence ou la relation telle qu’elle. Si au départ, ces attitudes l’avaient un tantinet plu – qu’il déchaîne tant de sentiments -, aujourd’hui il en était plutôt lassé tant c’était devenu un rituel prévisible.

Pourtant, il ne pouvait pas assister à une telle chose. Une demoiselle de l’établissement s’approcha de lui pour lui susurrer des mots à l’oreille. L’expression de Sven changea de tout en tout. De joie, il devint sombre et colérique. Son cou craqua, les muscles tendus … Il finit par se lever d’un râclement de chaises qui en disait long, et qui suffit pour faire taire toute conversation et murmure.

- Je dois vous lancer. Il semblerait qu’une affaire urgente s’est profilée à l’horizon. Tu auras le double de l’argent : l’abandon d’un tournoi est une défaite, au final. Restes ici le temps qu’un de mes hommes apportent la dite somme.

Il n’avait pas autant en « espèce » sur lui, alors le rouquin allait patienter. Et s’il ne le faisait pas, il risquerait fortement de ne pas avoir la dite somme. Quant au brun, il déposa quelques piécettes encore, pour payer l’équivalent d’un tonneau de bières et un repas de deux personnes.

- Apprécie ta soirée, l’ami. Les demoiselles de ce lieu sont des plus délicieuses quand il est question de tenir compagnie à un homme.

Sur ces mots, il quitta l’établissement d’un pas énergique.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Rise and Shine [Lach']
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Archives :: Corbeille-
Sauter vers: