AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Renouveau
Le forum rouvre enfin après une très longue MAJ qui a vu beaucoup de changements
Pour en savoir plus, c'est par ici
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des hommes, merci de privilégier ce sexe qui est en infériorité numérique
Nous recherchons également des Terre, n'hésitez pas à favoriser les PV, scénarios et pré-liens !
Recensement
On vous rappelle qu'un recensement est en cours, vous avez jusqu'au 8 novembre pour y répondre
Vite vite vite !

Partagez|

Mission : sauver Sven ft Aléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Mission : sauver Sven ft Aléa Mer 2 Aoû - 17:17


Mission : sauver Sven

Aléa Valior & Lya Rogen



05, treizième lune de l'an 836 : ☙


Cela faisait deux-trois jours à peine qu’elle venait de se sortir d’une situation assez délicate, causée par son manque de réflexion et d’observation. Par chance, la personne qu’elle avait rencontrée s’était avérée plutôt sympathique, et cette dernière lui ayant même offert un repas alors qu’à la base Lya voulait la voler. Il fallait croire que quelqu’un devait veiller sur elle, de là-haut.

Pensive, la fillette se promenait tranquillement au milieu de la rue, sans but précis. Qu’allait-elle faire aujourd’hui ? Ce n’était pas une heure à laquelle Eden sortait souvent du château, l’idée de l’attendre et surveiller au passage les rondes de garde ne lui plaisaient donc pas. En plus, elle cherchait à retrouver le visage de celui qui avait participé à l’exécution de sa mère, et cela lui demandait beaucoup de concentration. Sans préciser le fait qu’il fallait alors qu’elle marche à proximité des gardes afin de pouvoir scruter leur visage. Et qu’inversément, ils pouvaient la voir. C’est ce dernier point qui était assez ennuyant, étant donné qu’il y en avait parmi eux qui avaient souvent vu sa petite tête, et qu’ils n’hésiteraient alors pas à la poursuivre.

- Excusez-moi, savez-vous m’indiquer où se trouve la rivière ?

Une fillette aux beaux habits venait de l’aborder. D’humeur peu bavarde, la brunette observa cette inconnue qui cherchait la rivière. Elle ne devait pas être depuis très longtemps dans le coin pour ne même pas savoir ça. Peut-être était-ce une de ces personnes riche et fortunée qui sortait rarement de chez eux… Non, dans ce cas-là, la demoiselle aurait un garde à proximité, or il n’y en avait pas. Quoiqu’il en soit, son interlocutrice aux cheveux roux attendait toujours une réponse de sa part… Poussant un soupir las, Lya lui indiqua un chemin compliqué à prendre, qui emmèneraient la rousse parmi de nombreuses ruelles avant d’arriver jusqu’au poste de garde qu’il fallait franchir afin de pouvoir arriver à sa destination. Peut-être se perdrait-elle en chemin. Au fond, cela n’était pas ses oignons, et elle s’en fichait éperdument.

Reprenant donc sa route, Lya continua son petit bout de chemin tout en observant la populace autour d’elle. C’était une mauvaise habitude, elle le savait pertinemment, mais c’était plus fort qu’elle. Ses petits yeux guettaient toujours l’apparition d’une bourse facile à retirer de la ceinture d’un passant, ou un panier laissé ouvert et dans lequel ses petites mains pouvaient se glisser à l’intérieur en recherche de nourriture ou de pièces d’or.

Soudain, son attention fut attirée par un groupe de jeunes qui rigolaient ensemble au bord d’une ruelle. Rien de bien extraordinaire pour des gamins, si Lya n’avait pas repéré ce petit chaton qui étaient en train d’être traumatisés par ces brutes…

Aider ou ignorer ce pauvre être sans défense ?

Si elle s’amenait comme ça, du haut de son petit mètre vingt de hauteur, Lya ne risquait pas de s’en sortir indemne, même contre des gamins un peu plus grands qu’elle. D’autre part, s’incruster discrètement dans la ruelle serait trop compliqué. Surtout qu’elle se finissait en impasse. Ce pauvre petit chaton risquait de ne pas vivre longtemps sous les coups de pieds de ces monstres. Cela se voyait qu’elle n’était pas dans le quartier des Terre... Survint alors un petit miracle aux yeux de Lya. Des gardes s’approchaient à l’horizon, et les gamins le virent. Des mots de rage surgirent, un dernier coup dans le corps amoché du petit chat, et les individus retournèrent près de la foule.

Le chemin était libre.

Ce serait bien la seule fois qu’elle dirait merci aux gardes d’avoir fait peur de loin à ces enfants ! Ni une ni deux, la voleuse n’hésita pas et fonça près de l’endroit où se trouvait le petit chaton. Tout blanc, il ne devait pas être bien âgé. Par contre, les sales gosses l’avaient bien amoché.

- Toi aussi ta maman t’as abandonnée ? le questionna-t-elle sans se soucier de ne pas recevoir de réponses en retour. Allez, je te prends avec moi, on va aller te nettoyer toutes ces vilaines blessures.

Délicatement, la petite se saisit du chaton, l’enroula dans un morceau de tissu qui trainait dans son sac, et le prit dans ses bras. Prudente, elle observa l’avancée des « vilains pas beaux », mais ceux-ci étaient apparemment occupés avec un gars quelques mètres plus loin. Grand bien leur fasse. Lya ne voulait pas s’approcher d’eux. Ou elle resterait dans la ruelle cachée avec ce petit animal en attendant qu’ils passent. Néanmoins, la chance lui souriait aujourd’hui, alors autant en profiter et s’en aller loin d’ici…

Dix bonnes minutes plus tard, la miss arriva devant le contrôle de tatouages. C’était toujours ennuyant de passer par ici. Surtout lorsqu’il y avait des exempts qui passaient juste devant elle, ou que les gardes ne croyaient pas que c’était bien un innocent qui passait bien devant leurs yeux. Faisant sa tête la plus mignonne, Lya se montra son bras évidemment vierge de toute trace d’un quelconque tatouage, tout en disant bien qu'elle n'avait pas encore passé sa cérémonie. Mais le garde paraissait être de nature curieuse, et la questionna.

- Et que vas-tu faire par là, petite innocente ?

Lya hésita un instant à le fusiller du regard, n’appréciant tout simplement pas parler à un garde du feu, mais se retenu de justesse. Il ne risquait pas d’apprécier son manque de politesse, et répondre à la question était plutôt simple. Il lui fallait juste subir sa compagnie une minute, et après, elle serait tranquille de toute présence d’ennemis.

- Je vais rejoindre un ami pour laver…

Lya regarda le chat qui se trouvait toujours dans ses bras, emmitouflé dans le morceau de tissu. C’est juste, il n’avait pas de nom. Pouvait-elle lui en donner un ? Après tout, elle l’avait trouvé, non ? Il fallait que le nom plaise au garde…

- … Sven ! continua-t-elle avec un grand sourire en montrant le chaton.

Beurk. Lya savait pertinemment que ce nom était celui du dictateur du feu de Sezni – c’était bien un des seuls noms qu’elle connaissait parmi toutes ces grandes personnes importantes – mais elle le détestait étant donné qu’il était à la tête de tous ces gardes du feu. Et ces gardes, elle les haïssait. De plus, l’ami de ton ennemi est ton ennemi n’était-il pas le proverbe qui convenait ?

- Suivant !

Cela avait paru convenir au garde, et Lya n’insista pas, préférant s’en aller loin de cet être trop curieux. Chantonnant de joie, la voleuse se dirigea vers la rivière, se demandant si la demoiselle rencontrée bien plus tôt dans la matinée avait trouvé son chemin ? Peut-être serait-elle-même encore là ?

- Alors… Sven… T’aimes ton nom ? reprit-elle en s’adressant à l’animal qui s’était endormi dans ses bras. Hé, tu pourrais au moins m’écouter au lieu de dormir ! T’es devenu le maitre des chats grâce à ce prénom ! Tu pourrais me remercier !

Lya le secoua gentiment, et le déposa sur le sol, près de la rivière. Il n’y avait pas l’air d’avoir beaucoup de monde à l’heure actuelle, et cela n’était pas pour lui déplaire. La petite ne s’aventurait que rarement par ici, n’aimant pas spécialement quitter Lucrezia. Bien entendu, si elle devait se laver et qu’elle ne voulait rien payer, Lya venait jusqu’à la rivière. Néanmoins, il lui fallait alors trouver un endroit où elle avait pied, et qui était assez tranquille, sans trop de gens qui s’aventuraient là alors qu’elle se lavait. Elle n’aimait pas l’eau, cet élément l’effrayait, surtout à cause du fait qu’elle ne savait pas nager. La voleuse avait toujours peur de se noyer lorsqu’elle devait venir ici se laver.

Laissant ses craintes de côté, et s’asseyant à son tour sur le sol, la petite regarda Sven commencer à marcher tout autour d’elle en miaulant. Il était blessé à une patte, et boitait lorsqu’il se déplaçait. Mis à part ça, excepté toute la boue mélangée au sang, Lya ne voyait pas d’autres blessures inquiétantes chez l’animal.

- Il faudrait peut-être commencer à te laver, tu ne crois pas ?

La petite boule de poils se frottait à elle tout en ronronnant, avant de se voir distraire par un insecte qui volait autour de lui. Joueur, le petit chat partait alors à la poursuite de l’insecte, sous le regard amusé de Lya qui n’osait pas interrompre le spectacle.

La petite ne savait même pas ce qu’elle allait faire de ce pauvre petit Sven. Elle était consciente que ce n’était pas elle qui pourrait lui offrir un foyer dans lequel rester, ni le nourrir en suffisance. Même s’il n’avait apparemment plus besoin d’être sevré, vu ses maigres économies qui lui permettaient à peine se nourrir elle-même, la voleuse savait très bien que cela était peine perdue de vouloir le nourrir également. De toute façon, en pleine rue, le petit chat aurait bientôt fait de partir à l’aventure, et la voleuse ne le reverrait plus.

Plongée dans ses pensées et l’observation de Sven en train de faire le fou, Lya n’aperçut pas la présence d’Aléa qui se dirigeait droit vers elle. La rousse la reconnaîtrait-elle ?


#1514 mots @Aléa Valior

Spoiler:
 

fiche By Camo©015


Dernière édition par Lya Rogen le Jeu 10 Aoû - 11:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Mission : sauver Sven ft Aléa Jeu 3 Aoû - 16:35


Mission : sauver Sven

Aléa Valior & Lya Rogen



5, Treizième Lune de l'an 836

Parfois, on pouvait apprécier de ne rien faire et de ne pas bouger. En un sens, Aléa aurait pu tranquillement rester dans le quartier ouest, sans rien faire de spécifique, et sans même aller dans le cenre de Lucrezia. La rousse n’avait d’ailleurs pas envie de voguer dans le Grand Marché, ni même sur la place centrale ; à l’inverse, il était plus honnête de dire qu’elle cherchait à fuir un instant la capitale.

Plus encore que d’autres jours, Dahud lui semblait une fourmilière sur le bord de l’implosion. Certes, la région n’avait aucune véritable catastrophe, si ce n’était la noirceur du ciel depuis les derniers événements. Mais il n’en restait pas moins que les rues accueillaient plus de monde au fur et à mesure du temps qui passait, et si Aléa ne pouvait critiquer cette migration, puisqu’elle elle-même avait fait un voyage jusque Lucrezia, elle espérait néanmoins toujours qu’un petit miracle se produise, que les soucis des régions respectives cessent, et qu’ils aient enfin un ciel bleu où le soleil saurait enfin percer la voile nuageuse.

Bref, sauf erreur de sa part, cela ne serait pas pour demain la veille.

Alors, il fallait bien l’avouer, oui, elle avait légèrement pris la poudre d’escampette. Cela faisait plus d’une semaine qu’elle était arrivée de Sterenn : c’était largement suffisant pour se reposer, et du reste, la rousse n’était pas du genre à rester sagement dans sa chambre. Elle avait besoin de visiter, et puisqu’elle n’avait pas encore visiter tous les abords de Lucrezia, la jeune fille avait simplement laissé ses pas la guider. Elle avait juste pris garde à ne pas entrer encore une fois dans un quartier qui ne lui était pas autorisé. Avec sa veine, elle aurait pu tomber sur un nouveau contrôle de tatouage, et Nymeria ne serait pas toujours là pour l’aider.

Marcher à l’air frais, loin des rues principales encombrées de monde, lui avait particulièrement fait du bien. Il y avait toujours un contraste avec Sterenn – le vent qu’on retrouvait ici était souvent bien moins fort que dans sa région d’origine – mais cela valait quand même bien mieuxque de rester coincée entre quatre murs.

Son regard s’était finalement posé sur une rivière qu’elle pouvait apercevoir au loin, et à défaut d’avoir une destination précise, Aléa avait cherché comment l’atteindre. Le cours d’eau la mènerait sans doute vers l’extérieur de la capitale, mais ce n’était pas ça qui la gênait. La seule chose, c’est qu’elle ne savait pas le chemin qu’il fallait prendre, et ce fut alors qu’une brunette passa devant elle, l’air perdue dans ses pensées. Aléa la regarda un instant – elles devaient être du même âge, même si elle pouvait se tromper – puis se lança à l’eau pour avoir les quelques informations qu’il lui manquait. L’enfant était seule, tout comme elle, et elle ne croyait pas vraiment la déranger en lui demandant simplement la route qu’elle devait prendre pour atteindre le cours d’eau.

- Excusez-moi, savez-vous m’indiquer où se trouve la rivière ?

Son ton était affable, son sourire amical, seule sa demande pourrait peut-être sembler quelque peu inhabituelle à la jeune fille, si cette dernière n’y allait jamais.

Mais au fond, Aléa n’avait rein à battre des on-dit ou des pensées de pauvres inconnus.

Pendant un instant, l’Innocente crut que la brunette ne l’avait pas entendu ou alors qu’elle ne répondrait pas. Le silence régna en tout cas pendant quelques secondes pendant que toutes deux se regardaient, chacune détaillant l’autre.

La demoiselle était un peu son opposée. Autant Aléa avait de beaux habits – simples et modestes, mais en bon état quand même -, autant la jeune fille avait des vêtements bruns uniformes, sales et troués par endroits. On pouvait voir de la poussière sur ses vêtements, mais à l’inverse, les yeux bleus de l’enfant ressortaient avec une intensité particulière. Comme si son visage décrivait une certaine innocence, quoiqu’Aléa pouvait voir qu’elle la jaugeait rapidement. Sans doute avait-elle appris à faire ses armes dans la rue – si elle était issue d’une bonne famille, elle aurait au moins eu une tenue respectable, sans aucun trou. Du reste, ses cheveux étaient un peu gras, et ils n’avaient clairement pas été brossés depuis quelques jours…

Silencieuse, Aléa la regarda sans laisser entrevoir le moindre jugement, et la gamine finit par lui détailler un chemin quelque peu compliqué. S’efforçant de retenir les quelques explications qu’elle lui donnait, la rousse finit par la remercier et s’engager par la direction que la demoiselle lui avait montré.

Qui ne fut pas vraiment le plus simple parmi deux-trois impasses et quelques carrefours où tout se ressemblait sans qu’il n’y ait de grosses diférences. Mais la rousse finit par atteindre le contrôle de tatouage, et elle réussit à passer sans trop d’embrouilles en leur affirmant que sa grand-mère l’attendait là-bas pour qu’elle puisse l’aider. Ca valait mieux que l’excuse « Je veux simplement me promener ». Et pour une fois, ils ne lui firent même pas d’histoire quant au fait qu’elle était une Innocente.

Laissant là les gardes de Sezni, Aléa arriva au fameux cours d’eaux qui parcourait tout Dahud. Il était large, là où elle était, mais une grande partie semblait être accessible à pied. Sans doute que le milieu de la rivière était plus profonde… Mais ce n’était pas comme si Aléa comptait y nager.

La rousse marcha un instant, s’éloignant des rives qui lui paraissaient parfois trop fréquentées. Plus loin, les lieux lui semblaient plus déserts et elle n’eut pas vraiment rot puisqu’elle tomba sur une zone où il n’y avait qu’une jeune fille – une jeune fille qu’elle avait déjà vue, et qui à nouveau semblait perdue dans ses pensées.

- Eh bien, si j’avais su que tu viendrais ici, je t’aurais suivie, au moins, je me serais moins perdue.

Aléa accorda un sourire tranquille à la demoiselle tandis que celle-ci se retournait, et la laissant éventuellement réagir, elle posa ensuite son regard sur un chaton blanc qui sautillait près de la jeune fille. Celui-ci suivait à cœur joie un papillon jaune, et Aléa remarqua qu’il semblait avoir quelques blessures, en plus de boiter à une patte.

- C’est ton chaton ?

La rousse le regarda encore un moment avant de relever son regard vers Lya, puis le baissa à nouveau lorsqu’elle sentit une boule de pile se frotter contre sa jambe. Le petit chasseur avait de nouveau essayé d’attraper sa proie, mais tout ce qu’il avait réussi avait été de foncer tout droit sur sa cheville et Aléa laissa éclater un petit rire.

- Il s’appelle comment ? Il est tout joli, fit-elle en s’abaissant pour le caresser, et en même temps regarder de plus près les blessures qu’il pouvait avoir.

Elle n’était bien sûre pas vétérinaire, mais elle n’aimait pas voir un animal souffrir pour quelque raison que ce soit. L’animal ne semblait pas farouche pour un sou et se laissa un instant faire, avant de nouveau aviser le papillon jaune un peu plus loin et d’échapper à son emprise. Aléa le laissa faire, tandis qu’elle se relevait en direction de Lya.

Elle lui accorda un sourire qui se voulait amical avant de reprendre la parole, sans faire attention à la direction où allait le chat.

- Tu comptais le laver ?

Si on ne faisait rien, le sang risquait de coaguler, ce qui serait désagréable pour le chaton. Sans compter les blessures qui avait un peu besoin d’être épongées. Quant à la patte, il faudrait un bandage, mais Aléa n’était pas sûre que la demoiselle en avait un à disposition. Elle n’était pas le genre de personne qui passait chez un apothicaire ; tout à l’inverse, la brune semblait se débrouiller par ses propres moyens. Le plus étonnant était peut-être qu’elle s’occupe d’un animal alors qu’elle semblait pauvre. Mais cela ne rajoutait que de la noblesse aux intentions de la jeune fille devant elle ; du moins, c’était ainsi qu’Aléa le percevait.

- Si tu veux, je peux t’aider. Je n’ai pas grand-chose à faire et je ne suis pas une spécialiste des animaux, mais pour soigner, je m’y connais un minimum.

Laissant l’Innocente réagir et manifester son accord si elle le voulait, la fille d’Elwyn l’écouta, tourna la tête en direction du chaton, puis tiqua. Une expression quelque peu perplexe appartut sur son visage tandis qu’elle désignait le fuyard du doigt.

- Tu lui as enseigné à partir à l’aventure ? Parce qu’il me semble un peu dangereux là…

En tout cas, le matou avait décidé encore et toujours de suivre le papillon, au point qu’il en était venu à grimper au dessus d’une grosse branche près du sol qui surplombait une grosse partie de la rivière. Inconscient que plus il allait loin, plus il risquait de tomber dans l’eau et par conséquent dans le courant… Obnubilé par le papillon, il ne voyait pas que la branche se raréfiait au fur et à mesure et qu’il avait moins de place pour se mouvoir. Et avec personne aux alentours, il n’y avait que les deux jeunes filles qui pouvaient réellement faire quelque chose…

Spoiler:
 

fiche By Camo©️015
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Mission : sauver Sven ft Aléa Jeu 3 Aoû - 21:33


Mission : sauver Sven

Aléa Valior & Lya Rogen



05, treizième lune de l'an 836 : ☙

Une voix la sortit de ses pensées, la faisant sursauter. Ne s’attendant pas à se faire aborder ici, loin de la ville où grouillaient tant de gens suite aux catastrophes naturelles, Lya analysa silencieusement cette fille qu’elle n’arrêtait pas de croiser aujourd’hui. Il fallait avouer que ses cheveux étaient magnifiques et ensorcelant.

- Eh bien, si j’avais su que tu viendrais ici, je t’aurais suivie, au moins, je me serais moins perdue. Déclara l’inconnue tout en souriant.

Lya lui sourit à son tour, accordant le fait qu’elle lui avait donné un chemin assez compliqué pour quelqu’un qui ne connaissait pas aussi bien qu’elle la ville de Dahud. Elle n’avait pas été très gentille pour le coup, mais Lya s’en fichait, elle n’avait de compte à rendre à personne. Enfin… presque personne.

- C’est ton chaton ?

Toujours silencieuse, ne voyant pas quoi dire d’autre qu’un simple « oui », la voleuse lui hocha positivement la tête. Elle se méfiait à présent des gens aux jolies allures. Même des femmes, ou d’une simple enfant perdue près de la rivière. Voyant que cette inconnue dirigeait son attention vers Sven-chaton, Lya fit de même, le voyant jouer en poursuivant un pauvre petit papillon sans défense. Il ne lâchait pas sa proie. S’il était humain, la petite lui aurait bien appris à voler les autres, voyant sa motivation à poursuivre sa victime du jour. Ensuite, le papillon s’envola sur la jambe d’Aléa, direction que prit également le chaton, avec un grand élan, très motivé. La voleuse ricana en le voyant s’écraser vainement sur son interlocutrice.

- Il s’appelle comment ? Il est tout joli, fit l’autre fille en s’abaissant pour le caresser.

- Sven ! C’est le futur maitre des chats, répondit-elle directement, convaincue qu’avec un nom pareil le petit chat était prié de s’imposer et faire obéir toute la nation des chats, tout comme le Sven humain faisait avec Sezni…

Chaton qui, après avoir eu ses caresses auprès de l’inconnue sans nom, repartit s’amuser plus loin, laissant les deux innocentes discuter entre elles.

- Tu comptais le laver ? reprit la rousse, apparemment de nature aussi bavarde que Lya lorsqu’elle le voulait.

Cela semblait assez évident aux yeux de Lya. Elle suspectait que l’innocente avait sûrement voulu rajouter le fait qu’elle devrait aussi y passer, mais peut-être était-ce sa méfiance naturelle qui lui jouait des tours. Et de toute façon, elle s’en fichait. Il y a longtemps qu’elle ne faisait plus attention aux regards des autres, ni à l’image qu’elle leur renvoyait. Quant au sujet du chaton, vu le tas de poussières et de sang qui empêchaient de contempler toute la beauté de ses poils blonds, cela semblait logique qu’il allait y passer. De plus, cela ne ferait sûrement pas de mal à ses petites blessures, bien qu’il soit déjà miraculé de n’avoir qu’une patte amochée.

- Si tu veux, je peux t’aider. Je n’ai pas grand-chose à faire et je ne suis pas une spécialiste des animaux, mais pour soigner, je m’y connais un minimum.

Lya haussa un sourcil, ne s’attendant pas à cette demande d’aide soudaine. Elle n’en avait pas l’habitude, non plus. Se débrouiller faisait partie de son quotidien, et ne pas recevoir de l’aide d’autrui également.

- D’accord, j’accepte ton aide, déclara-t-elle finalement, espérant ne pas regretter cette décision. Au fait, mon nom est Lya… Et le tien ? Si tu en as un… Sinon je t’appellerais l’oiseau perdu aux cheveux de feu…

Oiseau car Lya la trouvait jolie, et ces animaux volants étaient souvent magnifiques. Perdu car elle s’était perdue dans la ville. Et cheveux de feu car les cheveux de cette gamine étaient tout simplement magnifiques. Elle en était presque jalouse. La voleuse attendit une réponse de sa part, mais dès qu’elle lui annonça son nom en retour, Aléa lui fit remarquer que Sven partait drôlement loin à l’aventure.

- Tu lui as enseigné à partir à l’aventure ? Parce qu’il me semble un peu dangereux là…

- SVEN ! Reviens ! cria-t-elle horrifiée en voyant la scène que lui désignait son « amie ».

Un énorme tronc était perpendiculaire à la rivière, et le bout le plus éloigné se trouvait au-dessus de l’endroit où la rivière dépassait leurs tailles d’enfants de treize-quatorze ans. Lya hésita quelques secondes avant de se diriger finalement vers le chaton, qui n’avait aucune conscience du danger que représentait cette rivière.

- Le chat ! Tu vas finir noyer ! Et si cela se produit, ce sera ta faute ! Et tu n’auras pas intérêt à venir avec ton fantôme te plaindre et nous hanter parce qu’on te mange malgré tout à cause de la famine ! Enfin, si on récupère ton corps…

Mais pour l’instant, il était toujours sur ce tronc. Suivie de près par Aléa, qui l’avait suivie sur le tronc afin de sauver le stupide animal, les deux gamines avançaient prudemment. Vers le milieu, le tronc semblait plus fragile et commençait à être moins gros. Sans compter le fait que l’eau avait remplacé le sol tout autour d’elles. Par précaution, Lya se mit à quatre-pattes et continua d’avancer ainsi vers Sven-chaton. Ce dernier les avait vues, et miaula dans leur direction, content de les voir. Surtout que son papillon s’était enfui loin dans la nature.

- Allez, viens !

Avançant toujours, Lya tendit sa main vers le chaton, et finit par l’attraper. Triomphante, elle tenta de se remettre debout, oubliant où elle se trouvait, afin de célébrer sa victoire.

- Récupéré ! cria-t-elle en mettant ses deux mains en l’air qui tenaient Sven, un peu comme dans le Roi Lion.

S’en suivi ce qui devait arriver. Le poids d’Aléa et de Lya ensemble sur ce vieux tronc ne faisaient pas bon ménage. L’arbre cassa et emporta ses occupants installés dessus, sans prévenir. Lya eut juste le temps de balancer le chaton dans les mains d’Aléa, ne se voyant de toute façon pas capable de le sauver en plus d’elle-même. La suite de sa chute fut trop rapide pour qu’elle puisse faire quoique soit d’autre, et ne vit même pas si la rousse avait eu le temps de se mettre à l’abri, ou si au contraire, elle était également tombée à l'eau.

Quoiqu'il en soit, ses pensées se concentrèrent rapidement sur elle, trempée de la tête au pied. Ou plutôt immergée. Lya ne savait pas nager, et l’eau était bien trop profonde pour qu’elle puisse avoir pied. Hurlant à l’aide, tentant désespérément de faire aller ses pieds et ses mains afin qu’ils la gardent en dehors de l’eau, la brune ne savait pas comment elle allait s’en sortir.

Si Aléa ne venait pas la sauver, son fantôme la hanterait à jamais.


Spoiler:
 

#1100 mots @Aléa Valior

fiche By Camo©️015
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Mission : sauver Sven ft Aléa Sam 5 Aoû - 16:04

[quote="Aléa Valior"]
Mission : sauver Sven

Aléa Valior & Lya Rogen



5, Treizième Lune de l'an 836

Spoiler:
 


Rencontrer la jeune fille qu’elle avait croisée un peu plus tôt dans la journée n’était pas ce à quoi Aléa s’était attendue. Elle avait encore moins pensé rencontrer un petit chaton blanc à ses côtés, qui restait mignon, bien que très actif à chasser son petit papillon. C’était assez drôle à voir, et la jeune fille n’avait pas su cacher une lueur amusée dans son regard ; l’autre demoiselle semblait d’ailleurs aussi s’amuser à contempler le spectacle du petit matou qui paraissait bien décidé à attraper sa proie.

Se désintéressant finalement de l’animal, Aléa avait demandé à la brunette quel était son nom, et sa réponse dynamique la laissa un instant pantoise, avant qu’elle ne laisse finalement échapper un petit rire face au sérieux de la gamine.

- Le futur maître des chats ? Eh bien, s’il veut, il aura un digne maître en la matière, tu ne crois pas ? lâcha Aléa.

Il n’y avait pas besoin de chercher bien loin pour savoir à qui elle faisait référence : Sven Ramose était connu de tous, sauf peut-être des petits enfants qui n’avaient rien à foutre de la politique. Faisant partie de la famille dirigeante des Airs, la rousse en avait forcément entendu parler. Quant à la jeune fille devant elle… Elle n’avait pas vraiment dû utiliser ce nom au hasard.

Dans tous les cas, la brunette semblait bien décidée à laver le chat, et si Aléa crut percevoir de la méfiance à son égard – ce sur quoi elle ne pouvait pas réellement lui donner tort –, elle sembla finalement accepter l’aide que la fille d’Elwyn lui proposait.

- D’accord, j’accepte ton aide, déclara-t-elle simplement. Au fait, mon nom est Lya… Et le tien ? Si tu en as un… Sinon je t’appellerais l’oiseau perdu aux cheveux de feu…

Amusée, la jeune fille haussa légèrement un sourcil face à ce surnom improvisé. Mais elle le prenait bien. Etre un oiseau, ces êtres graciles et libres de toutes contraintes, ne la dérangeait pas le moins du monde. Etre « perdue » était juste un tout petit léger détail sur lequel la jeune fille aurait plus tendance à rigoler qu’autre chose. Quant aux cheveux de feu… Elle devait bien reconnaître que la couleur de sa chevelure ne passait pas inaperçue. Ses cheveux avaient même tendance à flamboyer au soleil, alors elle ne pouvait pas donner tort à Lya de lui avoir donné ce surnom.

- Tu peux garder ce nom-là, si tu veux, il me plait bien ! sourit-elle franchement à la jeune fille. Mais si jamais, mon prénom est Aléa, fit-elle en se rapprochant de sa nouvelle camarade. Tu viens de Dahud ? demanda-t-elle avec une certaine curiosité.

Curiosité qui tomba nettement à l’eau lorsqu’elle aperçut le chat s’avancer dangereusement sur une branche perpendiculaire à la rivière. Totalement innocent et toujours à la poursuite dudit papillon, il ne semblait pas se rendre compte qu’il avait de moins en moins d’espace pour se mouvoir et se déplacer. La réaction de Lya alla de pair avec le visage quelque peu inquiet de la jeune fille.

- SVEN ! Reviens ! .

Aléa la suivit toujours en fixant le chat et calculant mentalement la distance qui les séparait de la branche. Le petit animal avait arrêté sa course en regardant pitoyablement la rivière en contrebas et, - évidemment – ne bougeait plus d’un pouce maintenant qu’il ne savait pas comment faire demi-tour.

Stupide chat.

Lya semblait d’ailleurs du même avis.

- Le chat ! Tu vas finir noyer ! Et si cela se produit, ce sera ta faute ! Et tu n’auras pas intérêt à venir avec ton fantôme te plaindre et nous hanter parce qu’on te mange malgré tout à cause de la famine ! Enfin, si on récupère ton corps…

La remarque de Lya aurait pu faire naître un mince sourire amusé sur les lèvres d’Aléa, sauf que la situation n’était pas des plus comiques, actuellement. Là où le chaton était, il n’y avait plus que de l’eau, et la rouquine n’avait jamais pris des cours d’acrobatie pour jouer les maîtres sauveteurs, fut-ce pour un chat. S’arrêtant à la base de la branche, la jeune fille se demanda comment elles allaient récupérer le petit fuyard et à défaut, ne put que suivre sa nouvelle camarade.

Celui-ci miaula dans leur direction, apparemment content de les voir, et Aléa marmonna des propos inintelligible.

Il avait le nom d’un homme qui dirigeait tout Sezni, alors il pouvait bien avoir lui aussi quelques couilles et avancer vers elles, non ?

Mais non, bien sûr, ç’aurait été trop facile, il restait obstinément au bout de sa branche. Il allait avoir quelques leçons de courage à avoir, ce chaton-là, se promit silencieusement Aléa. Finalement, ce fut Lya qui l’attrapa en première, et triomphante, elle en vint même à oublier où elle se trouvait, sous les yeux catastrophés de l’autre jeune fille..

- Lya, attends, la branche n’est pas…

Un craquement l’interrompit et Aléa baissa momentanément les yeux sur la branche qui les soutenait. Pour avoir un meilleur appui, elle s’était simplement accroupie, jusqu’à être à cheval sur la branche. Mais maintenant, elle voyait d’un mauvais augure ce bruit quelque peu sinistre. Un instant, pourtant, la rouquine se permit d’avoir une once d’espoir, avant qu’un second bruit plus sec ne parvienne à leurs oreilles.

La branche allait craquer.
Et elle craqua bien.

Pourtant Lya eut des réflexes auxquels la jeune fille ne s’attendait pas vraiment. Lui balançant Sven, Aléa eut juste le temps de l’attraper avant de chuter à son tour. Sans comprendre ce qu’il lui arrivait et sans même avoir le temps d’avoir vraiment peur. Serrant par réflexe le chaton contre sa poitrine, la rouquine sentit l’instant d’après l’eau froide l’envahir et Aléa fut dès lors convaincue bêtement d’une chose.

Elle ne serait jamais bénie par Glore.

L’eau était froide, cinglante, glaciale, et il fallut quelques secondes à la jeune fille pour se situer parmi le courant qui, avec plus de force, aurait bien pu l’emporter. Quelque peu sonnée, ce fut les griffes du chaton qui s’accrochait désespérément à ses vêtements qui la poussèrent d’abord à agir – ça, et le besoin de respirer qui s’avéra être une excellente motivation pour nager. Battant des mains et des pieds, Aléa finit par repérer d’où venait la lumière du ciel, et elle réussit finalement à atteindre la surface, le chaton avec elle.

En d’autres circonstances, elle aurait directement cherché à atteindre le rivage, sauf qu’elle était vers la moitié de la rivière et qu’elle cherchait d’abord à se stabiliser. Reprenant son souffle, trempée et frigorifiée, elle vit avec soulagement que le chaton respirait. Lui aussi été totalement trempé, mais il avait visiblement eu les bons réflexes, et la regardait de ses bleu azur maintenant qu’ils étaient sortis de l’eau. Il respirait de manière quelque peu saccadée et la jeune fille essaya de le laisser récupérer tout en parcourant la rivière des yeux. Ce fut à cet instant qu’elle fut de nouveau terrifiée. Ou était Lya ? Pourquoi n’était-elle pas non plus remontée à la surface ? Est-ce qu’il était possible qu’elle soit toujours au fond, dans l’eau, à se débattre sans savoir revenir à l’air libre ?

L’espace d’une seconde, Aléa sentit la panique l’envahir, alors qu’elle ouvrait la bouche pour crier.

- Lya ! Une seconde de silence, tandis qu’elle nageait toujours pour se maintenir à la surface. Lya ! Où est-ce que t’es ?

Mais toujours aucune réponse, toujours aucun signe de sa camarade, et Aléa conclut avec panique qu’elle devait toujours être dans l’eau. En étant un peu logique, elle ne devait pas être loin d’elle, puisqu’elle était tombée à moins d’un mètre de distance. Mais non seulement ses habits l’entravait, mais plus encore, elle ne savait pas si c’était une bonne idée de replonger avec le chat, sans savoir dans quelle direction aller.

Pourtant, celui-ci respirait en s’accrochant toujours comme un piquet à elle, et la gamine ne voyait aucune branche allant vers le rivage où elle aurait pu l’accrocher.

Bon. Elle n’avait pas le choix de toute façon.

- Tu respires, le chat. C’est ta première leçon de survie, lâcha-t-elle, avant de prendre à son tour une bouffée d’oxygène et de replonger, laissant l’adrénaline la guider.

Pourtant, dans une eau sombre qui avait du courant, et qui n’était pas forcément la plus propre, il n’était pas facile de se repérer. Aléa regrettait presque qu’elles ne soient pas tombées dans une rivière de Sterenn : le courant y aurait été transparent et limpide, mais à l’inverse il y aurait sans doute eu plus de courant et de rapides. En un sens, cela aurait donc été plus facile pour se voir et se repérer, mais paradoxalement, sortir de l’eau aurait été bien moins rigolo.

Dans un cas comme dans l’autre, elles auraient été drastiquement dans la merde et ici, Aléa devait faire avec.

Laissant ses jurons pour une autre fois, la fille d’Elwyn battit des mains et des pieds pendant ce qu’il lui sembla une éternité. La tunique jaune qu’elle portait était relativement légère et souple ; son pantalon blanc, par contre, trempé comme il était dans de l’eau, était relativement plus lourd. Cela ne l’empêcha néanmoins pas de chercher, en remontant une fois pour reprendre l’air, et pour ne pas rajouter une nouvelle âme au paradis des chats en passant. C’aurait été triste de l’empêcher d’accomplir sa destinée, même si Aléa ne riait pas du tout en cet instant.

Finalement, ce fut lors de sa deuxième tentative qu’elle crut sentir un morceau de tissu du bout de ses doigts. Reprenant alors follement espoir tandis que l’eau les entourait toujours, forte et impitoyable, Aléa fit un nouveau mouvement en avant et réussit enfin à trouver la brunette. Resserrant son emprise sur la demoiselle, espérant que celle-ci aussi lui répondrait et saurait joindre ses efforts aux siens, la rousse chercha à remonter à la surface tandis que Sven devait penser qu’il avait affaire à des folles pour replonger ainsi plusieurs fois dans l’eau.

Mais sa priorité était de sauver Lya, pas de les noyer tous les trois.

Leurs têtes perçèrent enfin la surface, et Aléa avala une goulée d’air avec soulagement. Elle était gelée, percée, frigorifiée, et en cet instant, elle détestait vraiment l’eau. Mais au moins, Lya était avec elle en train de respirer.

En tout cas elle l’espérait.

La tenant maladroitement par un bras, tenant par intermittence le chat de son autre main afin qu’il n’ait pas la mauvaise idée de faire sa route tout seul en plein milieu de la rivière, Aléa posa finalement son regard sur la rive d’où elles venaient toutes les deux. Estima les mètres. En supposa trois, si pas quatre. Refoula l’once de lassitude, voire de désespoir, qui voulut l’assaillir. Et se mit à nager, en essayant de parler par intermittence avec Lya pour essayer de la garder éveillée.

Mais c’était bien plus facile à dire qu’à faire, dans une eau qui avait un certain courant. C’était encore plus difficile de garder la tête de Lya au-dessus de l’eau, et finalement, la rouquine eut une idée qu’elle eut du mal à mettre en place. Se stoppant difficilement tandis qu’elle sentait des premières crampes apparaître dans ses muscles, elle arriva à mettre un bras de la brunette par-dessus son épaule. « Folie » lui souffla un instant sa raison, qu’elle repoussa d’un geste de la tête, regardant obstinément la rive qui l’appelait. Elle était têtue, et la rivière n’aurait pas sa peau.

Par contre, le chat allait passer un sale quart d’heure quand elle mettrait le pied dans la terre ferme.

Terre ferme qu’elle finit par fouler avec un intense soulagement alors qu’elle n’était pas encore sortie de l’eau, mais elle commençait enfin à retrouver une zone où elle avait pied.

Se trainant dès lors plus qu’elle ne nageait réellement, Aléa arriva finalement à les hisser tous les trois sur une partie de la rive, jusqu’à ce que, les pieds définitivement au sec, elle se laisse tomber sur le sable.

Elle n’en pouvait plus.

Et elle allait faire la peau au chat.

Toussant légèrement, elle sentit le petit animal commencer à gigoter en sentant le sable sur son dos. Celui-ci-ci avait sans doute compris qu’ils avaient retrouvé le sol, et Aléa l’aida à se dégager de sa tunique. Il avait tellement dû bander ses muscles que le chaton n’arrivait pas à lâcher ses vêtements. Non seulement il était tout raide, mais aussi tout trempé… Et il fit quelques pas de manière très hésitante.  sa première action fut de l’éclabousser en se trémoussant pour enlever l’eau qu’il avait accumulé.

Pour le coup, cependant, elle l’ignora totalement et se tourna vers Lya, la secouant tout en ne cachant pas son inquiétude. Elle était trempée, ses vêtements étaient lourds, et elle était gelée, mais tout ce qu’elle avait ne servirait à rien si sa nouvelle camarade n’était pas saine et sauve.

- Et Lya ! Réponds-moi ! T’es vivante ? Faut que quelqu’un s’occupe de Sven chaton ! Sauf si tu veux que je le refoule à Sven Ramose pour que ce satané chat apprenne enfin quelque chose de sa vie, mais je crois pas que c’était ton plan de départ ! Eh Lya !

La secouant ainsi jusqu’à avoir une réaction, la rouquine ne la laissa pas tranquille jusqu’à ce que sa camarade lui dise quelque chose.

- Je suis même partante pour qu’on demande une exemption pour la Cérémonie ! fit-elle. On va genre demander à la Princesse Nymeria, elle devrait comprendre !

En tout cas, vu leur performance d’aujourd’hui, la deuxième épreuve risquait d’être un total fiasco. Indifférent à tout ce que disait Aléa, Sven vint lui aussi se frotter à Lya. Une chose était sûre, tout le sang de ses blessures était parti.

- Et toi, ç’aurait été plus logique que tu passes un baptême de feu qu’un baptême d’eau, ronchonna-t-elle. Au moins en vertu de ton nom, espèce de chat idiot.

fiche By Camo©️015
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Mission : sauver Sven ft Aléa Jeu 10 Aoû - 11:12


Mission : sauver Sven

Aléa Valior & Lya Rogen



05, treizième lune de l'an 836 : ☙

L’Eau…

Cet élément si capital aux hommes et pourtant si féroce. Cet élément nécessaire à la création de chaque être humain sur terre. Lui sans qui personne ne pourrait survivre. Lui qui est si nécessaire dans le quotidien, que ce soit pour se nourrir ou se laver...

Sans eau, les hommes ne sont rien.

Sans eau, les végétaux ne pourraient grandir et offrir leurs fruits en abondance.

Sans eau, la vie n’existerait tout simplement pas.

Mais l’Eau est aussi un élément violent par moment, détruisant ainsi son image de calme et de plénitude. Pouvant créer tempêtes et inondations, ce n’est pas un ennemi à sous-estimer. Aujourd’hui, Lya le savait. L’Innocente ferait attention à l’avenir. Si elle survivait. Car l’eau pouvait aussi noyer les jeunes inconscients qui s’aventuraient trop profondément dans la rivière…

... Et se faire engloutir à jamais dans les profondeurs de l’Eau. Oublié de tous, destiné à finir en nourriture aux poissons.



***


Fermant les yeux, Lya sentait ses forces la quitter lentement. Ses espoirs d’atteindre la rive – que ce soit celle de gauche ou de droite – s’amenuisaient au fur et à mesure des secondes qui s’écoulaient. L’air qu’elle avait réussi à maintenir dans ses poumons diminuait fortement. Malgré tous ses efforts, ses petites mains et ses petits pieds n’arrivaient pas à maintenir sa tête hors de l’eau. Ses vêtements étaient si lourds. Comment pouvait-elle atteindre la surface ? Atteindre cette si jolie lumière qui donnait accès au ciel et à l’air frais ? Les questions défilaient dans sa tête, mais l’Innocente ne voyait toujours pas comment faire. Elle ne savait tout simplement pas nager, et cet handicap lui serait mortel si personne ne l’aidait rapidement.

A présent, elle regrettait de ne pas savoir se déplacer si furtivement dans l’eau comme ces animaux aquatiques. Néanmoins, ce n’était pas comme si la future Terre avait eu l’occasion d’apprendre à nager auparavant. Qui se serait donné la peine d’utiliser son temps-libre et son argent afin d’apprendre à une gamine à nager ? Qui plus est à une voleuse, une mendiante des rues. Une fillette destinée à mourir avant sa Cérémonie si elle n’est pas assez coriace pour survivre. Une fillette dont personne ne veut. Une orpheline sans famille.

Il faisait si calme dans cette eau trouble. Pas de cris de garnements qui jouent au loin, ni de marchands qui tentent d’ameuter les clients. Non. Rien que le silence. Laissant s’échapper les dernières bulles d’airs qu’elle possédait, Lya se laissa aller vers l’inconscience. Cet abîme où rien ne l’inquiétera. Plus besoin de se préoccuper de son repas ou de son abri de ce soir. Plus besoin de voler les autres pour avoir des pièces d’or. Plus besoin de décevoir qui que ce soit. Elle n’avait qu’à se laisser aller.

Ses seuls regrets seraient sûrement de ne pas avoir pu dire aurevoir à Eden. Ni de savoir ce que serait devenu Sven-chaton et la rousse suite à cette chute dans cette eau froide. De là-haut, près de Tarlyn et des autres Dieux, peut-être pourrait-elle essayer de veiller sur eux. Son fantôme pourrait peut-être guider les pas d’Aléa vers un bel avenir, accompagnée de son chat-maître-des-catastrophes. Même, peut-être se réincarnerait-elle en chat, après tout ? Enfin, si la réincarnation existait, ce dont elle doutait fort...

Lentement, ses pensées la quittèrent, et le noir fut son seul champ de vision.


***


Lya ne réalisa pas lorsqu’Aléa la sortit de l’eau, ni ne se souvenait des efforts de la rousse afin de la ramener jusqu’au bord de la rive sur laquelle elle se trouvait à présent.  Tout ce qu’elle savait, c’était que quelqu’un l’avait dérangée alors qu’elle était si bien, alors que plus rien ne semblait pouvoir l’atteindre. Ce quelqu’un la secouait de toute ses forces, la giflant même.

- Et Lya ! Réponds-moi ! T’es vivante ? Faut que quelqu’un s’occupe de Sven chaton ! Sauf si tu veux que je le refoule à Sven Ramose pour que ce satané chat apprenne enfin quelque chose de sa vie, mais je crois pas que c’était ton plan de départ ! Eh Lya !

- Arrête ! cria-t-elle en ouvrant tout à coup les yeux, réalisant qu’elle était en vie et n’était plus dans l’eau, engloutie dans les ténèbres.

Mais pas sans conséquences. Le tas d’eau qu’elle recracha immédiatement sur le sol, accompagnée de vomi étaient également présents pour fêter l’évènement. Sa tête tournait, et l’orpheline mit de grosses minutes avant de reprendre ses esprits totalement. C’est qu’elle avait échappé in extremis à la noyade.

Le principal restait le fait qu’elle ne soit pas morte. Le sable sur lequel elle se trouvait était réel. Ses vêtements trempés et ses maux de tête aussi. Miracle ou tout simplement trop chanceuse, Lya devait cet exploit à son interlocutrice qui la regardait avec inquiétude.

Mais…

Où était Sven-chaton ? A nouveau inquiète, Lya regarda partout autour d’elle, à la recherche de la boule de poils blanche. S’était-il noyé ? Était-il au paradis des chats ? L’avait-elle sauvé pour rien dans la rue, l’ayant ainsi conduit à une mort par noyade ?

Là ! Juste derrière Aléa, le petit chaton complètement trempé se frottait inlassablement à la rousse, tentant sûrement de se sécher tant bien que mal. Toussant légèrement, encore perturbée suite à la tentative de noyade sur sa personne, Lya émit malgré tout un petit sourire. Ils étaient tous en vie.

- Je suis même partante pour qu’on demande une exemption pour la Cérémonie ! reprit de plus belle la rousse qui ne semblait pas dérangée par leur récente aventure. On va genre demander à la Princesse Nymeria, elle devrait comprendre !

Fronçant les sourcils, la voleuse regarda curieusement sa copine de noyade. Connaissait-elle vraiment cette Princesse de Vainui, ou était-ce une farce ? Quant à la suspension de leur épreuve d’Eau pour la cérémonie, Lya était bien tentée, mais la petite ne pensait pas que les grandes personnes qui organisaient les épreuves soient si compréhensives.

Un « miaou » la sortit de ses pensées. Sven-le-chaton-tout-propre était en train de demander des caresses, et se frottait cette fois-ci à son pantalon bruns tout mouillé.

- Et toi, ç’aurait été plus logique que tu passes un baptême de feu qu’un baptême d’eau, répliqua Aléa à l’intention du chat. Au moins en vertu de ton nom, espèce de chat idiot.

Cette dernière phrase fit rire la jeune fille, qui ne s’attendait pas à une blague aussi pourrie sur le nom de son chat. Il fallait avouer que la rousse n’avait pas tort, et qu’il aurait pu éviter d’aller se jeter à l’eau afin de voir si Glöre l’avait béni. C’était logique qu’il serait un chat-maitre-du-feu étant donné son nom.

- Je crois surtout qu’il a besoin qu’on lui dise les endroits interdits aux chats idiots. Finit-elle par dire, sourire aux lèvres tout en observant l’animal.

Quoiqu’il en soit, les deux jeunes filles n’avaient pas été vraiment en ligne droite pour revenir sur la rive, et elles s’étaient assez éloignées de leurs affaires laissées là où elles s’étaient rencontrées quelques instants plus tôt. Pour sa part, Lya avait encore son sac là-bas, et la nourriture et la couverture sèche à l’intérieur lui feraient le plus grand bien.

- Retournons d’où nous venons,  continua-t-elle sur un ton plus sérieux, préférant ne pas laisser ses seules affaires sans surveillance. Mon sac se trouve toujours là-bas.

Doucement, la future Terre se mit debout, laissant à son corps le temps de passer de l’état noyade-couchée-assise-debout tranquillement, sans risquer une chute de tension trop violente. Accompagnée de Sven-chaton qui les suivait au pas, les deux aventurières ne mirent que cinq petites minutes avant de retrouver l’endroit où s’était installée Lya précédemment.

- Bon, quelle punition choisissons-nous envers Sven-chaton ? déclara-t-elle à l’intention d’Aléa, curieuse d’avoir son avis là-dessus.

Après tout, cet animal les avait quand même conduites à l’eau, dans laquelle elles auraient pu y laisser leur peau. Observant ses vêtements trempés, Lya soupira et commença à enlever ses haillons bruns qui lui servaient de vêtements, et se retrouva en sous-vêtements devant la rousse. Cela ne gênait pas du tout Lya, qui ouvrit son sac et fouilla à la recherche de sa couverture certes fine, mais sèche. Une fois trouvée, la voleuse s’en saisit et s’enroula dedans, contente de retrouver quelque chose de sec.

- Tu veux quelque chose à manger ? Je ne peux te proposer que des cookies ou… Euh, rien d’autre en fait. Fit-elle ensuite, continuant d’observer ce que son sac pouvait leur offrir.

C’est que la nourriture était vraiment de plus en plus chère avec tous ces habitants qui arrivaient d’un peu partout et se regroupaient aux alentours du palais. Cependant, la rousse lui avait sauvé la vie, la petite en prit un et le tendit à son interlocutrice.

- Tiens, mange. Ordonna-t-elle à Aléa, avant de continuer ses questions, à présent qu’elle s’était remise de leur ballade dans la rivière. Tu sais ce que ça mange un chat ? Tu crois qu’il aime les cookies ? Ah, et pourquoi m’as-tu parlé de la Princesse de Vainui ? Tu la connais ? Ou… ?



#1520 mots @Aléa Valior

fiche By Camo©015
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Mission : sauver Sven ft Aléa Mar 15 Aoû - 23:39


Mission : sauver Sven

Aléa Valior & Lya Rogen



5, Treizième Lune de l'an 836

De toute sa vie, Aléa avait très rarement pensé à aller nager toute habillée. En fait, elle n’y avait même jamais vraiment songé, et ce ne fut donc qu’en atteignant la rive qu’elle découvrit à quel point ses vêtements étaient lourds, tout gorgés d’eau qu’ils étaient. Lourds, encombrants, dégoulinants aussi. Cela ne l’empêcha pas encore d’avancer de quelques pas, afin d’être totalement écartée de la rivière, mais la jeune fille ne put s’empêcher de frissonner face à une brise légère se levait. A Sterenn, elle se serait littéralement changée en glaçon face aux vents forts qui régnaient près des montagnes et des falaises, et ç’aurait été un formidable moyen pour s’attirer un rhume, voire quelque chose de  pire. Ici, si elles s’y prenaient bien, peut-être qu’elles pourraient tenter de se sécher, mais pour ce qui concernait la rouquine, elle n’avait pas vraiment prévu d’aller se baigner. Ni d’éviter la noyade à quelqu’un…

C’était d’ailleurs sur Lya qu’Aléa se concentrait en priorité. Elle ne savait pas combien de temps elles étaient restées dans l’eau, mais la brunette avait dû être immergée dans la rivière pas mal de temps. Suffisamment, en tout cas, pour que la jeune fille soit inerte lorsqu’elle l’avait récupérée, et maintenant que les deux Innocentes étaient sur la rive, son absence de réactions lui faisait peur. Elle avait déjà pris son poul et elle respirait toujours. Mais cela ne voulait pas dire que Lya s’en sortirait pour autant, au moins pas facilement.

Une paire de gifles suffit néanmoins à la réanimer quelque peu et à lui attirer un cri – un ordre, même, qu’Aléa reçut avec soulagement. Evidemment, elle vomit, mais c’était quand même une réaction normale suite à ce qu’elle avait subi. Et tant qu’elle ne recrachait pas tout sur elle, aussi, elle n’avait pas tellement à se plaindre non plus.

Lui tapotant le dos pour l’aider à tout sortir, Aléa en profitait en même temps pour récupérer à son tour. Si elle n’était pas dans un si sale état que Lya, encore qu’elle avait bu plusieurs fois la tasse, elle n’était pas non plus capable de faire comme si rien ne s’était passé et gambader joyeusement en ville. D’ailleurs, c’était les gardes du Feu qui allaient se demander ce qu’elles avaient fabriqué, en les voyant toutes trempées, Mais sans doute s’en amuseraient-ils plus qu’ils ne poseraient réellement de questions.

Dans tous les cas, la rouquine laissa Lya reprendre ses esprits à son rythme, celle-ci éclatant finalement de rire à ses dernières paroles.

- Je crois surtout qu’il a besoin qu’on lui dise les endroits interdits aux chats idiots.

- Tout ce qui s’approche des branches qui cassent au-dessus d’une rivière, grommela-t-elle avec un léger sourire. Sauf si tu vois d’autres lieux où ce chat pourrait se mettre. Tu l’as depuis longtemps ? lui demanda-t-elle tout en jetant un coup d’œil au petit animal.

Lya lui proposa dans tous les cas d’aller récupérer leurs affaires, ce sur quoi la fille d’Elwyn acquiesça. Elle aussi avait laissé un de ses sacs sur la rive, qui ne contenait pas grand-chose en soi, sinon de quoi manger – une baguette simple, qui avait principalement du fromage à l’intérieur. Après, ne serait-ce que se mettre quelque chose sous la dent pourrait peut-être les réchauffer un peu, même si Aléa rêvait surtout d’une bonne couverture bien chaude, pour l’instant. Ou d’une boisson chaude qui pourrait les revigorer toutes les deux. L’un comme l’autre, Aléa ne serait pas difficile, et elle se demandait d’ailleurs s’il y avait vraiment un intérêt à rester dans cette partie de Dahud, désormais.

En tout cas, pour ce qui concernait la rivière, elle l’avait suffisamment vue.

Laissant Lya marcher tout à son aise suite à tout ce qu’elle avait subi, les deux filles récupérèrent finalement leurs biens jusqu’à ce que sa nouvelle amie lui parle malicieusement d’une punition à donner à Sven-chaton. Une sanction… La jeune fille laissa apparaître un sourire tandis qu’elle essorait ses cheveux encore dégoulinants de l’eau de la rivière.

- Aller voir un apothicaire pour chat une fois qu’on se sera remise et qu’on sera sèche. Qu’est-ce que tu en penses ? lança-t-elle en regardant la brunette toute trempée elle aussi de la tête au pied.

Cette dernière, d’ailleurs, ne sembla pas hésiter à retirer ses haillons. C’était vraiment le mot pour définir ses vêtements… Sales, quoique mouillés de part en part, troués aussi de part et d’autre, sans compter qu’ils ne devaient pas dater d’hier.

Aléa savait qu’elle n’en pouvait rien, bien sûr. Les Innocents faisaient chacun leur chemin quoi qu’on en dise, et ils le faisaient notamment en fonction de la situation de leurs parents. Pour ce qui concernait Lya… Avait-elle une mère non loin ? Un père qui l’attendait ? Une famille, au moins, qui la prenait en charge ? La jeune fille n’en savait rien, ne savait même pas s’il était vraiment poli de poser ce genre de questions. Très probablement que non. Mais à voir sa situation, elle devait probablement être dans une situation pauvre, quelle que soit sa région.

Était-elle venue à Lucrezia justement pour se protéger des catastrophes, d’ailleurs ? Elle pourrait même venir de Sterenn sans qu’Aléa ne l’ait rencontrée quand on y pensait. Partout, il y avait des familles plus aisées, des familles plus modestes, ou des familes dans le  besoin, même sur les terres de l’Ouest

Toutes ses questions, néanmoins, la future Feu les garda pour elle, au moins pour un temps. Là, elles avaient mieux à faire, et elle ne put que bénir la prévoyance de Lya en sortant une couverture de son propre sac. Elle n’en avait pas… Mais les bains à l’improviste n’avaient jamais été ce qu’elle préférait non plus dans la vie.

- Tu veux quelque chose à manger ? Je ne peux te proposer que des cookies ou… Euh, rien d’autre en fait. fit Lya en observant visiblement ce qu’elle avait dans ses affaires.

Aléa ouvrit la bouche pour dire qu’elle pouvait le prendre, mais la brunette fut plus rapide.

- Tiens, mange. ordonna-t-elle, et la jeune fille finit par prendre le cookie tout en le coupant en deux, pour en tendre ensuite une demi à Lya. Tu sais ce que ça mange un chat ? Tu crois qu’il aime les cookies ? Ah, et pourquoi m’as-tu parlé de la Princesse de Vainui ? Tu la connais ? Ou… ?

- Je m’y connais mieux en oiseaux qu’en chat…, soupira-t-elle en regardant Sven, qui était – pour une fois – sagement assis à leurs pieds tout en faisant sa toilette. Surtout que ça a l’air d’être un chaton assez jeune, observa-t-elle en s’accroupissant devant le petit animal. Ou est-ce que tu l’as trouvé ? Tu sais s’il a d’autres blessures que sa patte ? Lui aussi, il faudrait le réchauffer, il doit être gelé avec l’eau de la rivière….  Aléa marqua une pause, tout en passant sa main contre le pelage du félin. Effectivement, il était trempé, et il n’avait clairement pas chaud compte tenu du froid qu’elle pouvait sentir sous ses doigts. Tu sais le prendre dans ta couverture et le serrer contre toi ? Ce sera toujours mieux que rien le temps qu’on trouve… quelque chose, lâcha-t-elle, ne sachant pas trop ce que les deux filles allaient réellement faire, à présent. Je peux aussi le tenir le temps que tu te réchauffes si tu veux.

Quoi qu’il en soit, la rouquine attendit la réponse de Lya avant de se relever et de penser à ses autres questions.

- Pour les cookies, je ne sais pas trop ce qu’il en pensera, mais tu peux toujours essayer en attendant, sourit-elle. Même si je ne sais pas si on peut résister aux cookies, lâcha franchement Aléa d’un ton franc et sincère. Et pour la Princesse, éluda-t-elle d’un ton un peu plus sérieux, quoique toujours détendu, je ne la connais pas vraiment, j’ai surtout entendu parler d’elle… La seule chose, c’est qu’elle me semble plus abordable que son père.

Moins intimidante en somme. Plus accessible. Mais tout reposait aussi sur des a priori. Si elle avait été une Vanuienne, sans doute aurait-elle apprécié ce roi qui gouvernait son peuple. Après, entre lui et sa fille, Aléa aurait choisi la seconde, clairement à cause de leur rencontre quelques mois plus tôt à Dahud. Elles avaient alors pris un bain bien chaud au Palais des Kunan… Et il lui faisait drôlement envie, aujourd’hui, même si l’Innocente n’aurait alors jamais imaginé prendre un bain avec l’héritière de Vainui.

Eloignant ces pensées de son esprit, Aléa se détourna pour attraper son sac, et en sortit sa baguette qu’elle avait préparé dans la matinée. Elle la coupa la moitié et en tendit la moitié à Lya, toujours en souriant. Elle n’avait pas vraiment lésiné sur la quantité de fromage lorsqu’elle avait fait son repas, et maintenant, elle ne le regrettait pas.

- Mange aussi. Ca nous fera du bien d’avoir de quelque chose de consistant. Mais vas-y peut-être doucement.

Lya n’était pas passé loin de la noyade, au fond, ce n’était pas en quelques minutes seulement qu’elle allait se sentir comme neuve. Peut-être aussi ne saurait-elle pas ingérer tout de suite la part qu’elle lui offrait. La fille d’Elwyn ne la forçait de toute façon pas. Le principal était qu’elle ne semblait pas avoir de problèmes pour respirer et se remettre progressivement.

Laissant Lya se restaurer, Aléa prit sa propre part et sentit un frisson la parcourir tandis qu’elle mâchait une part de pain. Laissant un bout de fromage pour le chaton, elle laissa le silence reprendre un instant ses droits. Réfléchissant à ce qu’il valait mieux faire, à comment soigner le petit animal, à comment s’occuper de sa nouvelle amie, aussi.

Car clairement, Lya était la plus à plaindre parmi elles deux. Non seulement la gamine avait failli passer dans l’autre monde – et les Dieux savaient que ça l’aurait fait râler, pardi – mais en plus elle n’avait rien, sous sa couverture. Tout du moins, ce n’était pas ses sous-vêtements qui allaient lui donner chaud. Quant à Aléa, et elle baissa un regard presque dépité sur ses vêtements trempés, ce n’était pas non plus eux qui allaient l’aider à éviter un rhume si elle continuait à rester comme ça.

« Si au moins je pouvais me réchauffer toute seule… » songea-t-elle en fixant un point visible, son regard fixant son corps comme s’il pouvait par magie rétablir sa chaleur corporelle par le seul mouvement de sa volonté.

Mais bien sûr, ses vêtements étaient toujours trempés, ses cheveux continuaient à dégouliner, et elle ne pouvait pas être sèche d’un claquement de doigt. Un soupir exaspéré finit par s’échapper de ses lèvres et Aléa secoua finalement la tête. Qu’est-ce qu’elle avait espéré provoquer là, en se concentrant pour saisir comme les brides de chaleur qu’il y avait en elle ? C’était stupide. Stupide et inutile. Elle en avait même cessé de manger.

Agacée plus par son propre comportement que par le vent qui venait accentuer le froid de ses vêtements, Aléa se leva de là où elle était assise, laissant glisser son morceau de baguette dans le sachet qui l’abritait. Elle le terminerait plus tard, quand elle serait chez elle. L’Innocente se tourna ensuite vers Lya et Sven-chaton tandis qu’un mince sourire venait éclairer son visage.

- Viens, fit-elle. On va aller au quartier ouest. Mes grands-parents ne devraient pas être à la maison qu’on a pour le moment. Ils ne nous verront donc pas trempées, – ce qui lui allait très bien, ça éviterait les questions indiscrètes et les explications oiseuses -, et on pourra se mettre quelque chose de sec sur nous. On a l’air de faire la même taille, rajouta-t-elle tout en détaillant Lya du regard, ou plus ou moins en tout cas. Tu pourras toujours prendre un de mes vêtements si ça passe pour toi, sourit-elle, plus doucement maintenant qu’elle parlait et pensait à autre chose. Ca te conviendrait ? demanda-t-elle en posant un regard interrogateur sur son amie.

Elle rajouta, cette fois avec un peu plus de bonne humeur un peu plus d’enjouement, les mains tranquillement derrière son dos :

- Je peux prendre Sven aussi, si tu veux, il sera peut-être moins encombrant pour toi !

2046 mots - @Lya Rogen

fiche By Camo©015
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: Mission : sauver Sven ft Aléa Mar 12 Sep - 13:25


Mission : sauver Sven

Aléa Valior & Lya Rogen



05, treizième lune de l'an 836 : ☙

Toujours enroulée dans sa couverture de fortune, la petite voleuse attendit patiemment une réponse de la part de son interlocutrice, qui semblait tout autant gelée qu’elle. Lya ne pouvait pas l’inviter à venir se sécher un minimum avec elle, la couverture n’étant qu’assez large pour contenir qu’une seule et même personne. L’idée d’amener Sven-chat chez l’apothicaire était tentante, surtout qu’elle connaissait Danaria, un apothicaire de la ville.

L’Innocente avait une énorme dette envers cette dernière, pour l’avoir soignée et sauvée plus d’une fois. Lya ne savait cependant pas trop si cette dernière saurait quoi faire avec le chat, ni si elle serait là actuellement. Peut-être que son amie se promenait en ville, ou était occupée ailleurs ? Quoiqu’il en soit, cela pouvait être une idée de départ à laquelle réfléchir. En attendant, Lya répondit à la question posée par Aléa juste avant qu’elle n’arrive près de leurs affaires.

- Je l’ai trouvé avant de venir ici, dans la rue. Il se faisait martyriser par de sales gosses, mais ils ont fuit en voyant des gardes arriver.

Lya proposa alors les pâtisseries qui se trouvaient dans son sac, son estomac réclamant des forces suite aux mésaventures qu’elles avaient subies quelques instants plus tôt. Se posa alors la question de ce que devait manger un animal, ce dont Lya n’en savait rien. Ce n’était pas un sujet auquel elle s’était intéressée avant maintenant, n’ayant pas encore eu l’occasion de prendre soin d’un quelconque compagnon à quatre pattes.

- Je m’y connais mieux en oiseaux qu’en chat…, soupira Aléa tout en surveillant le chat sui se léchait afin de réaliser sa toilette. Surtout que ça a l’air d’être un chaton assez jeune. Tu sais s’il a d’autres blessures que sa patte ?

Lya hocha négativement la tête. La voleuse n’avait pas vraiment beaucoup observé les blessures de l’animal en détail, s’étant directement dirigée vers la rivière afin de justement les examiner une fois que le chat serait propre. Oralement, elle confirma son impression comme quoi le chat était plutôt jeune, mais n’interrogea pas plus son amie sur le fait qu’elle connaissait plus les oiseaux que les chats.

- Lui aussi, il faudrait le réchauffer, il doit être gelé avec l’eau de la rivière…. Tu sais le prendre dans ta couverture et le serrer contre toi ? Ce sera toujours mieux que rien le temps qu’on trouve… quelque chose. Je peux aussi le tenir le temps que tu te réchauffes si tu veux.

- Non, ca ira, je vais le prendre ! Je pense que tu es plus gelée que moi avec tes habits encore trempés. Bien que j’avoue le fait qu’il ne fasse pas très chaud sans vêtements…

Lya se leva, et se saisit du petit animal qui se léchait toujours. Quelques secondes plus tard, elle s’était réinstallée par terre, le chat emmitouflé avec elle dans la couverture. Aléa donna alors son impression sur les cookies, lui conseillant d’essayer malgré tout.  

- Pour les cookies, je ne sais pas trop ce qu’il en pensera, mais tu peux toujours essayer en attendant, sourit-elle. Même si je ne sais pas si on peut résister aux cookies. Et pour la Princesse, je ne la connais pas vraiment, j’ai surtout entendu parler d’elle… La seule chose, c’est qu’elle me semble plus abordable que son père.

Cette fille était quand même étrange. Connaissait-elle en plus Andar, pour pouvoir dire qu’il semblait plus abordable que sa fille ? Lya ferait mieux de se renseigner un peu sur sa compagne de mésaventure, lorsqu’elle aurait un peu de temps. Mais pour l’heure, se réchauffer était leur priorité.

Contre toute attente, son interlocutrice attrapa son sac, et en sortit une baguette avec une quantité impressionnante de fromage à l’intérieur. Yeux remplis d’étoiles, Lya avouait jalouser le repas de son amie, qui semblait assez bon. Lya n’avait pas l’habitude de manger du pain avec du bon fromage ! Par chance, celle-ci était d’humeur partageuse, et lui en tendit la moitié.

- Mange aussi. Ca nous fera du bien d’avoir de quelque chose de consistant. Mais vas-y peut-être doucement.

Un sourire naquit sur les lèvres de la brunette, qui remercia son amie, avant de prendre le morceau de baguette que lui proposait Aléa. Après avoir observé quelques secondes le morceau de pain, la petite prit une des tranches de fromage, et la proposa au chat. Ensuite, Lya commença à manger son bout à elle, toute contente.

- Viens, reprit Aléa. On va aller au quartier ouest. Mes grands-parents ne devraient pas être à la maison qu’on a pour le moment. Ils ne nous verront donc pas trempées, et on pourra se mettre quelque chose de sec sur nous. On a l’air de faire la même taille, ou plus ou moins en tout cas. Tu pourras toujours prendre un de mes vêtements si ça passe pour toi. Ca te conviendrait ? Je peux prendre Sven aussi, si tu veux, il sera peut-être moins encombrant pour toi !

Ainsi, cette fille avait une famille, et une maison à Dahud. Peut-être pourrait-elle la rencontrer encore, à l’avenir. Sa proposition de lui donner des vêtements à elle fit sourire Lya, qui ne s’imaginait pas s’habiller autrement qu’avec ses haillons.

- C’est gentil, mais je pense qu’on va d’abord faire un détour avant ! Ton idée d’aller chez un apothicaire me plaisait bien, et si on peut éviter de déranger ta famille, je préfère. Je connais quelqu’un qui pourra sûrement nous aider. Terminons juste de manger, d’abord !

C’est donc que cinq minutes plus tard, avec l’accord de la future Feu, que les deux jeunes amies s’en allèrent dans les rues de la ville. Un petit chat blanc, une petite fille de 13 ans recouverte d’une couverture – parce qu’elle avait refusé de remettre ses habits mouillés – et une petite fille de 14 ans trempée de la tête au pied s’engagèrent donc vers Lucrezia, ayant pour intention d’aller trouver le fameux apothicaire que Lya connaissait. Il ne restait plus qu’à voir comment cette dernière allait les accueillir, et quelle tête elle ferait en les voyant !



#1008 mots @Aléa Valior

fiche By Camo©015
Revenir en haut Aller en bas
Mission : sauver Sven ft Aléa
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Archives :: Corbeille-
Sauter vers: