AccueilAccueil   Tumblr  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des Terre, des Eau et des Innocents
Merci de favoriser les PV, scénarios et pré-liens !
Intrigue n°2
La deuxième intrigue a vu le jour
Pour savoir ce qui va se passer entre les régions, c'est par ici !

Partagez|

The world is closing in || Kalen Hileran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: The world is closing in || Kalen Hileran Mer 5 Juil - 23:40


The world is closing in
12, Dixième lune de l'an 836



La foule était présente, les représentants se réjouissaient faussement d'être réuni. Nymeria pouvait voir, ici et là, des visages qu'elle connaissait. Sven Ramose entre autre. Kalen Hileran. Elle buvait une coupe d'hydromel avec celui-ci, discutant de banalités. L'ambiance était légère et agréable, même si, au fond de son cœur, la princesse ne se sentait pas à son aise. Elle qui ne s'était jamais montrée durant un bal des représentants était la seule représentante de la monarchie de l'eau. Andar, son père, était souffrant et condamné à rester au lit. Brehn était venu le lui dire. Tout ceci avait un air de déjà vu. Les différents éléments se donnaient en spectacle, les Terres, les Eaux, les Airs et les Feux. Tous montraient ainsi une image positive et joyeuse de leurs éléments. Mais quelque chose ne tournait pas rond. Au beau milieu de la conversation, un cri s'éleva de la foule. Un cri d'horreur. Quelqu'un était mort. Sans même encore s'y être avancée, Nymeria savait. Elle savait qu'Osrian était mort. Osrian Thenkar, membre de la Famille Birghild, la famille représentante de la Terre à Dahud. Et comme dans un mauvais rêve, le visage de celui-ci lui apparut. Happé par la mort, déformé par la douleur, contracté par la surprise. Faisant un demi tour pour fuir cette vision d'horreur, elle se rendit compte que la salle s'était vidée. Elle était seule avec ce cadavre. Les cris raisonnaient mais il n'y avait plus personne. Une ombre apparut...

«  Par Glore ! » Pesta la princesse, se réveillant en sursaut pour la cinquième fois de cette courte nuit. Elle prit son visage entre ses mains délicates. Celles-ci tremblaient. Son corps entier tremblait. Fébrile, fragile. Effrayée. Voilà l'image qu'elle donnait à cet instant de la royauté de Vainui. Elle avait honte. Honte de cette fragilité qu'elle tentait tant bien que mal de cacher, honte de ces événements de la veille, honte de son impuissance. Tournant de nouveau dans le lit de ses appartements Dahudiens, elle posa l'oreiller sur son visage, cachant ainsi les larmes qui roulaient sur celui-ci. Elle n'avait jamais vu la mort en face, comme elle l'avait vu la nuit dernière. Le bal des représentants était supposé être un événement sacré où le sang ne devait pas être versé. Mais quelqu'un avait été tué. Les êtres d'Oranda avaient bafoué les Dieux. Nymeria pressentait qu'ils le paieraient sans doute. Fatiguée et lassée de ne pas réussir à fermer l'oeil, la princesse se redressa finalement. Elle resta un moment, assise sur le rebord de son lit. Observant ses appartements qui étaient baignés par une étrange lumière sombre. Le monde semblait s'être arrêté depuis hier. Nymeria était persuadée pourtant que le soleil devait s'être déjà levé, mais la clarté qui inondait son domaine était bien peu lumineuse.

La princesse se leva doucement et tira les lourds rideaux qui barraient le soleil. Devant elle se dressait un ciel sombre, couvert, bien que le soleil se soit levé. Il n'était pas habituel de voir une telle robe pour le climat de Dahud. «  Ce sont les Dieux.  » Nymeria en était persuadée. Ces derniers n'auraient jamais laissé passé un tel affront. Ils feraient payé à tout les Orandiens pour les péchés de certains. Mais il en était ainsi avec les dieux, si l'un est en faute, les autres le sont aussi. Mais qu'auraient-ils pu faire pour empêcher ce meurtre ? Jamais Nymeria n'avait entendu quoi que ce soit laissant présager un tel acte. La paix était presque acquise à Dahud. Malgré les différents entre Sven Ramose et Andar. Sven aurait-il fait ça ? Mais quel aurait été son intérêt ? Elle n'en savait rien. Elle soupira. Croisant son reflet dans un miroir, elle soupira de nouveau. Elle avait une mine affreuse, des cernes jusqu'aux joues, les yeux rougies par la fatigue et les larmes. Son teint était bien pâle, sans doute plus que d'habitude. Elle poussa doucement la porte de ses appartements, un garde était là, droit, le regard fixe. «  Peux-tu faire venir une de mes domestiques ? » lui intima-t-elle gentiment. Celui-ci s’exécuta immédiatement.

Quelques minutes plus tard, une jeune femme entra. Nymeria la laissa faire, celle-ci brossa la longue chevelure de la princesse avant de nouer simplement ses cheveux au dessus de son visage. Elle lui massa doucement les épaules, sentant sûrement à quel point elle était tendue. Après ce petit moment de détente, la domestique quitta la pièce suite à l'ordre que lui avait donné Nymeria. Elle se leva doucement de son fauteuil et s'avança vers la penderie qui contenait ses robe. Elle attrapa la plus sobre, noire, de longues manches, un peu évasé vers le bas, près du corps au niveau du buste. La princesse l'enfila rapidement, prenant une paire de sandales dans sa main et sortit de ses appartements. Elle prit la direction de la salle de réception des Kunan. Celle-ci était étonnamment vide, mais de la nourriture y était entreposée. Il restait même le fond d'une carafe de vin. Sans demander son dû, la princesse se servit une coupe qu'elle avala en une gorgée avant de changer de nouveau de direction. Elle devait retourner là où le meurtre avait eut lieu. Elle désirait se recueillir et prier Glore d'accorder la paix à cet homme qu'elle n'avait pas bénie. Quelques âmes se baladaient entre les quatre palais, mais peu. Il était tôt, sans doute trop tôt pour que les dirigeants de Dahud se mettent au travail. La princesse avança doucement jusqu'à l'endroit où Osrian avait été retrouvé. Une large tâche de sang était encore visible même si le corps avait disparu. Sans doute rendu à la veuve de celui-ci.

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: The world is closing in || Kalen Hileran Mer 2 Aoû - 20:50

Le silence en guise de roi. Habituel depuis de nombreuses années, généralement il se révèle un allié, voire même un ami. Celui de sa compagne depuis tellement longtemps. Également le sien quand il cherche à s’isoler. Ce compagnon n’est plus le même à cet instant. Il dégage quelque chose de pesant, menant presque à une suffocation mentale. C’est ce que le président de Gorka ressent. Il étouffe. Il ne cesse de se retourner dans son lit sans parvenir à trouver un sommeil qui le fuit. Les images s’obstinent à défiler dans sa tête. Ce ne sont que des bribes. Certaines sont bien réelles, d’autres ne sont que le fruit de son imagination. Un schéma que son cerveau crée pour donner vie à quelque chose qui n’est plus. Ou plutôt à quelqu’un. Osrian Thenkar s’en est allé, lâchement assassiné. Au-delà de tout ce que cela implique politiquement parlant, sa mort prend une ampleur qu’il est difficile d’expliquer. Kalen la ressent. Pire que cela, c’est comme si on lui a retiré une partie de lui. Il est bien incapable d’expliquer le pourquoi du comment. Sans doute est-il trop proche des êtres vivants, qu’il leur accorde trop d’attention. Quand l’un d’eux s’en va – un membre de son peuple, ou un animal – et qu’il se retrouve à proximité, c’est comme si on l’atteint de plein fouet. La communion du peuple de la Terre avec les êtres vivants est un cadeau. Elle se révèle parfois un lourd fardeau, surtout quand on est si proche de son peuple, et qu’on se donne à lui corps et âme. Le vide est là, bien présent, et il remplace le sommeil. Ses paupières acceptent de se fermer mais son esprit reste, s’accrochant avec acharnement et refusant de se laisser aller pour lui accorder un peu de repos.

Il se retourne une nouvelle fois, tente une autre position, en vain. Ses prunelles finissent pas se poser sur le dos de sa compagne. Elle ne bouge pas, pourtant il peut presque se douter qu’elle ne dort pas non plus. Il esquisse un geste vers elle mais sa main s’arrête avant de se poser sur son épaule. Peut-être qu’il se trompe et qu’elle dort. Il lui est alors impossible de venir troubler son sommeil. Trop de choses vont s’enchaîner dans les prochaines heures, et les prochains jours. Son esprit va être mis à mal. Des décisions lourdes de conséquences vont devoir être prise. Et le seul point de mire qu’il ne devra jamais oublier, c’est pourquoi il prononcera tel ou tel mot, pourquoi certaines phrases franchiront le seuil de ses lèvres. Gorka. Encore et toujours cette nation qu’il protège comme si elle est son propre enfant, le seul qu’il a et qu’il n’aura jamais. Et pour protéger cette progéniture, il a besoin de Saskia à ses côtés. Son équilibre, elle en est le pilier. Même si parfois il vit très mal son silence, un simple regard de sa part suffit à lui confirmer qu’il ne fait pas fausse route. Cela ne balaie pas ses hésitations, mais quelque part, il se sent rassuré. Sauf que cela ne suffit pas cette fois, il se retourne pour la énième fois. Finalement il rend les armes, renonce à trouver ce repos qui ne vient pas. Un soupir à peine audible s’échappe de ses lèvres alors qu’il se redresse et s’assoit sur le bord du lit.

Le président reste ainsi quelques minutes, complètement immobile. La seule chose qui transcrit son agitation intérieure, ce sont ses doigts qui se crispent sur le bord de sa couche. Plus que de raison, mais pas suffisamment pour qu’il ressente une douleur physique. Il se contrôle, comme à son habitude, et finalement il se décide à se lever, traversant la pièce. Il évite les gestes d’une trop grande ampleur, qui risqueraient de provoquer un bruit qui engendrerait une agitation en provenance du lit. Une fois prêt, il pose un dernier regard sur la silhouette de Saskia. Puis Kalen s’éclipse, ouvrant la porte doucement, la refermant dans le même mouvement. Tout est calme, beaucoup trop alors que l’agitation a régné jusque tard dans la soirée la veille. Au bout du couloir, une silhouette se détache. Des prunelles inquisitrices le scrutent, semblent porter un jugement sur lui. Comme si elles lui intiment l’ordre de rebrousser chemin. Ce qu’il ne fait pas, et qu’il ne cherchera pas à faire. La personne devra donc le suivre, pestant sûrement contre lui. Cela ne le dérange pas, ceci est devenu une routine entre eux depuis qu’il est au pouvoir. Généralement, il prend plaisir à la contrarier en face. Peut-être qu’elle perçoit cette douleur intérieure qui l’anime. Peut-être même qu’elle la ressent. Toujours est-il qu’il lui adresse un geste, simple, puis il se met en route.

Ses pas le mènent vers le lieu de la tragédie. La salle de réception est imprégnée de ce silence pesant. Il revoit son arrivée au bal des représentants. Il se remémore son état d’esprit et son manque d’enthousiasme à être présent pour ce qu’il considère comme une mascarade. Il ne pensait pas qu’elle se transformerait en assassinat. Il ne pensait pas du tout qu’un acte aussi odieux aurait lieu durant ce qui est censé être une trêve et une communion pour la paix. Ses doutes, les questions qui le taraudent depuis de si nombreuses d’années… Est-ce que ses craintes vont se révéler réelles ? Les supposer et les craindre, cela ne veut pas dire qu’il s’attendait à ce qu’elles viennent détruire tout ce qu’il tente de préserver. Il se rapproche de l’endroit où le corps de Osran a été retrouvé. Il a de nombreuses questions en tête, de multiples craintes, des explications davantage moins que plus plausibles. Son esprit est un pêle-mêle et peut-être que se recueillir à l’endroit où un membre de son peuple est mort l’aidera à remettre de l’ordre et à y voir plus clair. Ses prières vont le mener vers Tarlyn. Il espérera qu’elle le guide, qu’elle lui montre la voie à suivre pour ne pas commettre d’erreurs dans toute cette histoire. Seulement ses prières vont devoir être remises, car il se rend compte qu’il n’est pas le seul à être venu sur ce lieu. Une silhouette familière se tient déjà devant lui. Il hésite un instant, songe à rebrousser chemin. Seulement l’effervescence gagnera bientôt le palais, et il n’aura peut-être pas d’autre occasion de venir se recueillir. Alors il s’avance et sans un mot s’arrête non loin de la princesse de l’Eau.  Il se tient légèrement en retrait. Son regard la quitte, se dirigeant vers la tâche de sang. Devant lui, sa main gauche empoigne son poignet. Les doigts de sa main droite se resserrent un instant, avant que son poing ne se rouvre. Il ne dit mot, du moins rien à haute voix. Car intérieurement, il adresse déjà sa prière à Tarlyn. Une fois qu’il aura terminé celle-ci, il se décidera sans doute à saluer Nymeria, à faire preuve d’un respect et d’une politesse que pour le moment, il accorde à un mort.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité




~#~Sujet: Re: The world is closing in || Kalen Hileran Ven 4 Aoû - 0:53


The world is closing in
12, Dixième lune de l'an 836



Nymeria tenait toujours ses sandales dans une main, ayant omit de les enfiler au préalable. Elle se sentait quelque peu ridicule d'ainsi les transporter sans pour autant les mettre, mais finalement, elle se sentait plus libre avec ses pieds nus qui foulaient le sol. La température était douce, bien que le ciel soit inhabituellement voilé ce matin là. Elle était venue jusqu'à la salle de réception où avait eut lieu le bal des représentants, la veille. Poussée par une force invisible, sans doute un signe de Glore, elle s'était retrouvée devant ce qu'il restait de la découverte du cadavre d'Orsian Tenkar. Une large tâche sang ornait le sol, la princesse sentit un frisson lui parcourir l'échine alors qu'elle ne pouvait s'empêcher de poser un regard fixe sur celui-ci. Il avait la même couleur que le vin qu'elle avait avalé quelques minutes auparavant. A cette idée, un haut le cœur la secoua. Tout c'était passé si vite, la veille. Tout était flou et à la fois très net dans son esprit. Elle n'avait pas fauté, pourtant, elle se sentait coupable. Coupable de sa faiblesse, de sa peur. Son être entier craignait qu'il ne lui arrive malheur, à elle aussi, ou pire... A son père. Elle n'avait pas encore eut l'occasion de le voir, il était resté dans les appartements qu'il occupait lors de ses séjours à Dahud. De toute façon, Nymeria savait qu'il ne s'en mêlerait pas. Andar déléguait le pouvoir aux Kunan qui étaient régents, ici, à Lucrezia. Ils représentaient la monarchie établie à Vainui, monarchie qui perdurait depuis bien des années malgré le coup d'état profané par les Shöva il y a quelques décennies de cela.  

Le meilleur ami de Nymeria était un Shöva, cela en faisait sourciller plus d'un à la coure. Mais les erreurs des pères ne doivent pas être accablées aux fils, ainsi était sa façon de penser vis à vis de cet ami qui lui était si cher. Il avait toujours été à ses côtés, la veille aussi, elle l'avait vu. La présence de Brehn avait été réconfortante bien qu'elle n'ait pas pu en profiter grandement. En somme, ceux avec qui elle avait principalement discuter se trouvaient être les présidents de Gorka : Kalen Hileran ainsi que son ex-épouse, Ysire. Ils avaient rit, ensemble, tout en usant un ton bien cordial. La princesse soupira, elle avait perdu de vue ces deux là une fois que le corps du pauvre Orsian avait été découvert. Au fond, elle se demandait dans quel état ils pouvaient se trouver. Plus âgés qu'elle, peut-être géraient-ils mieux l'affront que ces immondes créatures ont fait aux dieux et à la nature humaine. La cruauté et la mort, Nymeria l'avait que trop peu côtoyée. Elle qui ne voulait pas tant s'investir dans la politique, la veille, se trouvait mêlée contre son gré à toute cette histoire, et l'ampleur qu'elle prenait lui faisait peur.

Elle resta un moment à fixer les tâches de sang, sans dire mot. Ignorant tout les regards interrogateur qui se posaient sur elle. Il était vrai qu'elle devait paraître bien pâle, la princesse de l'eau. Vêtue entièrement de noir, les cheveux en batailles, les pieds nus, le visage marqué par la fatigue, les yeux rougies par les larmes qui s'étaient discrètement faufilées sur ses joues la veille... Elle ressemblait en tout point à une somnambule, bien moins à la princesse de Vainui. Des pas derrière elle la sortirent de ses pensées, elle tourna doucement la tête jusqu'à apercevoir Kalen Hileran, en personne, s'approcher à son tour de l'endroit où elle se trouvait. Nymeria doutait qu'il soit venu pour elle, il semblait plutôt là pour se recueillir. Lui aussi, avait une tête affreuse, ce qui fit tristement sourire la princesse. Il ne supportait sans doute pas plus qu'elle ce tragique événements. Observant du coin de l’œil les agissements du président, elle le quitta des yeux quand elle réalisa qu'il s'était mit à prier silencieusement sa déesse. Nymeria fit de même, posant un genoux à terre, déposant les sandales à ses côtés. Elle était pieuse, la princesse. Et, en tant que monarque dans le monde des vivants, elle préférait se mettre à genou pour s'adresser aux dieux, ainsi se soumettre totalement au bon vouloir de Glore. La jeune femme sera ses poings ensemble avant de les poser contre sa poitrine, là où son cœur battait. La tête baissée, elle ferma les yeux, priant à son tour. Déesse Glore... commença-t-elle, mentalement. Faites que cet homme que vous n'avez pas béni trouve la paix là où il est attendu. Je vous demande pardon pour l'affront que ces hommes, aussi fous soient-ils, vous ont fait, à vous, et à tous les dieux...

La princesse continua ses prières un moment, jusqu'à se rendre compte qu'une larme solitaire avait perlé sur l'une de ses joues blanches. Elle l'essuya d'un revers hâtif de la main avant de se redresser et de, de nouveau, poser son regard sur le président de l'est. Celui-ci semblait avoir à son tour terminer ses prières, alors, d'une main tremblante, elle posa celle-ci sur l'épaule de Kalen, souriant tristement à celui-ci, lui intimant silencieusement ses condoléances et son soutiens. « Président Hileran... »

© BLACK PUMPKIN
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé




~#~Sujet: Re: The world is closing in || Kalen Hileran

Revenir en haut Aller en bas
The world is closing in || Kalen Hileran
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Archives :: Corbeille-
Sauter vers: