AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Groupes fermés
Le groupe des Matières et des Exempts sont momentanément fermé aux inventés et scénarios, merci de votre compréhension
Intrigue
Un vent de changement souffle sur les terres d'Oranda... Pour en découvrir plus, la première intrigue a été dévoilée
Venez donc tout savoir du meurtre d'Osrian Birghild (ou presque)
Avis de Recherche
Nous recherchons activement des Innocents, merci de privilégier les PV et scénarios !
Ils sont en sous nombre et on aimerait bien avoir de nouveaux amis avec qui jouer !
Scénarios
Le scénario d'Eden'El Lumnar a été mis en avant par Silee Pherusa
C'est le dirigeant d'un refuge de Lucrezia qui n'attend qu'à être pris !

Poster un nouveau sujetRépondre au sujet Partagez|

Tears of Ice || Andar Drogon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

avatar


❝ Disponibilité RP : Disponible
❝ Message : 255
❝ Avatar : Emilia Clarke
❝ Crédits : MissKettyDesigns, tumblr

❝ Métier : Princesse du Nord
❝ Age : 20
❝ Niveau : 2


~#~Sujet: Tears of Ice || Andar Drogon Ven 23 Juin - 10:29


Tears of ice
9, Douxième lune de l'an 836




La neige s'étendait à perte de vue devant les yeux ébahis de la princesse. Elle ne portait ni bottes, ni cape, mais le froid ne semblait pas la transpercer. Nymeria semblait être faite pour cette endroit, sa chemise de nuit volait avec la légère brise, ses cheveux argent disparaissaient presque avec tout ce blanc. Qu'il était reposant d'être dans un tel endroit... La neige s'affaissait sous ses pieds, faisant ce bruit si reconnaissable. Elle avançait lentement, au loin, elle distinguait l'aurore, un soleil rosé pointait doucement derrière les montagnes. Les nuages semblaient bien bas, ou peut-être que les pics étaient très hauts. Bouche bée, la princesse avança, sans regarder là où elle posait les pieds. Elle n'avait d'yeux que pour ce paysage si grand qui contrastait tant avec cette impression de confinement dans ses appartements. Une tâche attira son attention, au loin, une tâche brune venait salir ce tableau. Nymeria s'approcha doucement, une fois à bonne distance, elle put distinguer qu'il ne s'agissait pas d'une tâche, mais qu'il s'agissait de Brehn. Son cœur se mit à battre la chamade. Brehn ! Elle courut alors en direction de son amant, comme si sa vie en dépendait. Elle courrait si vie que la neige ne faisait plus aucun bruit sous ses pas, elle volait presque.  

Soudain, une bourrasque inattendue vient l'arrêter dans sa course. Un épais blizzard lui masquait la vue, elle n'y voyait plus. Les montagnes avaient disparus, le soleil levant aussi. Il n'y avait que le froid, et elle, seule, dans ce gigantesque espace. Nymeria sentait que ses pieds commençaient à la piquer, le froid pouvait enfin la pénétrer. Ses poils se hérissèrent sur ses bras alors qu'elle refermaient ceux là sur ses épaules pour se couvrir. Ses cheveux volaient dans tous les sens, le calme plat de cette vallée avait laissé place à la tempête.  Mais la princesse refusait de se laisser ainsi abattre. Brehn était là, quelque part.

Brehn ! Cria-t-elle avec une puissance qui la surprit elle même.

Pour seul réponse, elle n'eut que l'écho de sa propre voix. Elle hurla de nouveau, soufflant sans cesse le prénom de son bien aimé. La panique commençait à monter en elle. Pourquoi était-elle dans cette vallée enneigée, seule, et en chemise de nuit ? Pourquoi n'y avait-il personne à part Brehn ? Où était Brehn ? Elle finit par tomber à genoux, frigorifiée. Elle serra ses genoux contre elle, tentant de garder le peu de chaleur qui lui restait. Ses mains étaient devenus bleues, ses pieds aussi. Un mouvement sur sa droite la fit sursauté. Une main. Elle l'attrapa, à cet instant, le blizzard se dissipa et, horrifiée, Nymeria put constater qu'il s'agissait de Brehn qui gisait là, le corps recouvert de glace, le visage éteint.

* * *

Nymeria se réveilla en sursaut. Haletante. Un rêve. Ce n'était qu'un rêve. Elle posa doucement sa main droite contre sa poitrine, son cœur tambourinait en son sein. Elle resta un moment là, les genoux pliés sous ses draps, assise. Sa respiration finit par s'apaiser. Quel curieux rêve, se dit-elle. Mais déjà, l'image de cette nature enneigée lui manquait. Elle était de retour dans ses appartements aux couloirs froides, elle était de nouveau enfermée dans son château de glace, de retour avec ses problème et surtout, elle était de nouveau seule. Le palais semblait calme, elle n'entendait pas un seul bruit de pas dans les couloirs, pas de bonne odeur monté des cuisines. Il devait être tôt. Prenant son courage à deux mains, la princesse sortit de ses draps non sans difficultés. Elle s'avança d'un pas mou vers son balcon et tira le lourd rideau qui empêchait la lumière d'entrer dans ses appartements. Un soleil timide semblait prompt à prendre possession du ciel.

S'il était suffisamment tôt, peut-être que Nymeria aura la chance de croiser son père. Seul. Et de lui parler. Elle n'avait pas vu Brehn depuis plus d'une semaine. Elle ne lui avait toujours pas donné de réponse, elle n'avait pas trouvé le courage de parler à son paternel. Mais cette histoire ne pouvait traîner plus longtemps. Le plus discrètement possible, elle s'engagea dans le couloir qui menait à la salle des bains. Son cœur s'était remit à battre la chamade, l'angoisse montait en elle, une angoisse que même l'eau n'arrivait pas à apaiser. Nymeria espérait sincèrement que cette discussion se passe bien, mais son cœur n'était pas dupe : elle connaissait son père. Et leurs désaccords en ce moment n'avaient pas aidés à apaiser les tensions entre eux. Une fois lavée, elle prit la première tenue qu'elle trouva. Une tunique en daim avec un pantalon, le tout surmonté d'une épaisse cape noire. Non pas qu'il fasse froid dans l'enceinte du palais, mais l'angoisse qu'elle ressentait semblait lui geler le corps. Ou peut-être était ce son don qui se manifestait. Elle n'en avait pas la moindre idée.

La princesse coiffa rapidement ses cheveux et les tressa de manière assez aléatoire avant d'enfiler des bottes et de se rendre dans la salle où son père dînait parfois seul ou en petit comité. S'il n'y était pas, elle ne saurait où le trouver. Mais la chance, si on peut parler ainsi, fut avec elle. Andar était là, assis devant une immense table qui semblait si peu garnie. Un garde était présent dans la pièce. Quand son père remarqua la présence de la princesse, celle-ci lui fit une révérence et demanda d'une voix douce au garde de les laisser seuls. Il attendit l'approbation d'Andar avant de filer.

-Père, murmura-t-elle doucement, vous êtes bien matinal dîtes moi.

Elle resta debout, non loin de là où était assis Andar. Son cœur ne s'était toujours pas calmé, au contraire.


© BLACK PUMPKIN

______________________



.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tears of Ice || Andar Drogon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Oranda ~ Truth is not far :: Autres Terres :: Vainui :: Ibai :: Château-
Poster un nouveau sujetRépondre au sujetSauter vers: